1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. La Suisse ne discrimine pas... les Français

La Suisse ne discrimine pas... les Français

la-suisse-ne-discrimine-pas-les-franais

Nathalie Alonso

09/11/2012

Air pur, salaires confortables, taux de chômage à 2,9%... Bienvenue en Suisse, le pays qui n’en finit pas de faire rêver nos cadres en quête d’un nouveau job pas trop loin de la France.

Avec sa forêt de sièges sociaux et d’institutions internationales, la place helvète est l’un des fantasmes des profils très qualifiés et multilingues. Pourtant, les étrangers ne semblent pas toujours les bienvenus au pays d’Heidi, dont la population de 7,95 millions d’habitants compte 22,7% d’étrangers. C’est ce qu’a révélé jeudi un rapport de la Commission fédérale contre le racisme, qui s'appuie sur une étude de l'université de Bâle non disponible en anglais.

Selon cette note, les personnes originaires de Turquie, des Balkans et du Portugal seraient ainsi particulièrement défavorisées à l'embauche, et ce même s’ils ont décroché de très beaux diplômes en Suisse. 5% d’entre eux sont au chômage, contre seulement 1,5% des Suisses hautement qualifiés.

Une analyse qu'est loin de partager Eddy Guinet, directeur général de la branche suisse du cabinet de recrutement Approach People : « La Suisse est sans doute l’un des pays au monde les plus enclins à embaucher des étrangers », assure cet expert du marché suisse. Selon lui, quoi qu’il en soit, les Français – pourvu qu’ils aient un anglais impeccable - ont plus que jamais la cote de l’autre côté des Alpes, à la faveur notamment d’une formation « Grandes écoles » Hexagonale très appréciée.

« Les profils commerciaux français sont recherchés grâce leur connaissance de l’analyse stratégique et du benchmarking et leur style « agressif » », explique Eddy Guinet. Autres fonctions qui recrutent dans le vivier de cadres français : logistique, achats et supply chain, des domaines couverts par une pléthore de masters dans l’Hexagone.

La Suisse demeure la destination préférée des cadres et des dirigeants français, devant le Canada ou les Etats-Unis, selon une étude Experteer.

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte