Salaire médian à 4982e et 2,9% de chômage : bienvenue en Suisse

Publié le 29 novembre 2011 Michel Holtz

Quand deux infos se télescopent, on est tenté de les comparer. Ainsi, hier, au moment même ou le ministère du Travail rendait publique les chiffres du chômage du mois d'octobre tombaient d'autres chiffres en provenance de Genève. Selon l'office fédéral de la statistique, le salaire médian, qui concerne tout de même 50% de la population active helvète, se montait en 2010 à 5979 francs suisses par mois. Histoire d'aiguiser un peu plus encore la jalousie entretenue de ce côté-ci des Alpes, on n'hésite pas à traduire la somme pour obtenir... 4982 euros, par mois, oui. Du côté de chez nous, le même salaire médian, mesuré par l'Insee, était, toujours en 2010, de 1600 euros.

On pourrait se consoler, se dire que nous sommes mieux lotis en matière de chômage. Pas vraiment. La barre des 10% devrait être frôlée rapidement. On en saura plus ce jeudi, mais l'annonce hier de la hausse de 1,2% du nombre de demandeurs d'emploi en octobre, n'est pas de bon augure. De l'autre côté des Alpes, le chômage existe aussi, mais n'atteint pas vraiment les cimes de notre versant. Au mois d'octobre il était de 2,9%. Et dire que les économistes estiment que le seuil du plein emploi se situe juste sous la barre des 5%.

Reste une consolation, et une spécialité franco-française : le SMIC. Le salaire minimum existe chez nous depuis 1950, alors qu'en Suisse, il n'a été adopté, par référendum comme il se doit, que dimanche dernier, et dans le seul canton de Neuchâtel. Aucun montant de ce minimum garanti n'a été fixé, mais la nouvelle loi précise que la mesure doit permettre de «mener une vie décente». L'union syndicale suisse demande qu'il ne soit pas inférieur à 3200 euros mensuels et l'office fédéral de la statistique a classé les 10,7% de salariés dont la rémunération n'atteint pas les 3300 euros, dans la case des « bas salaires ». On peut donc parier que nombre de Français aimeraient gagner un futur SMIC suisse.

Michel Holtz © Cadremploi.fr

Michel Holtz
Michel Holtz

Vous aimerez aussi :