Eric Gandibleu : « On assiste à un redémarrage des recrutements depuis mi-septembre »

Publié le 16 octobre 2020 Gwenole Guiomard

INTERVIEW – Eric Gandibleu est président du chasseur de têtes Maesina international search, spécialisé dans les métiers du marketing, du commercial et du digital. Il réagit aux chiffres de l’Apec publiés le 15 octobre dernier qui annoncent une baisse historique du recrutement des cadres cette année.
Eric Gandibleu

Eric Gandibleu : « Les recrutements ont baissé de 30 à 40 % pendant le confinement. C’est un fait que l’ensemble de la profession ne peut nier. Mais on assiste depuis mi- septembre à un redémarrage.

A titre d’exemples :

  • Je recherche pour une association humanitaire, une demi-douzaine de cadres pour des salaires allant de 50 000 à 100 000 euros brut par an. C’est symbolique de la situation actuelle. Il y a beaucoup d’argent sur le marché et lorsqu’un projet est de qualité, il est financé. Viennent ensuite les embauches.
  • Je recherche aussi un développeur commercial pour une école pré-bac pour un salaire prévu de 100 000 euros brut par an. C’est une création de fonction dans un milieu en plein développement.
  • Un autre client du bâtiment m’a confié 5 recrutements dans le marketing pour une transformation de cette entreprise pour des postes payés de 50 000 à 100 000 euros.
  • Je recherche également un poste en ressources humaines pour une clinique, rémunéré autour de 80 000 euros brut par an.
Pour être dans les short listes, j’invite les candidats à mettre en avant leur capacité à ne pas rester sur un mode de fonctionnement pré-établi.

Les candidats qui seront retenus devront démontrer qu’ils possèdent des compétences comme l’agilité et maîtrisent le management à distance, l’écoute, l’invention de nouveaux modèles. Ce sont des aptitudes personnelles difficiles à mesurer.

Pour être dans les short listes, j’invite les candidats à mettre en avant leur capacité à ne pas rester sur un mode de fonctionnement pré-établi. Il faut montrer que l’on peut se remettre en question en donnant des exemples, des faits concrets. Il ne faut pas se dire meneur de projets mais préciser comment le projet a été monté, sans cadre défini, avec une équipe ad hoc. Expliquez et restez toujours concret lors de l’évocation d’une expérience ».

 

Gwenole Guiomard
Gwenole Guiomard

Je suis journaliste spécialisé dans les questions de formation et d’emploi. L’un ne doit pas aller sans l’autre et la compréhension des deux permet de s’orienter au mieux. Je rédige aussi, tous les deux ans, le Guide des professionnels du recrutement. Je suis aussi passionné d’histoire et amoureux des routes de la soie.

Vous aimerez aussi :