Benjamin, ex-cadre reconverti brasseur : « J’ai refait ma vie entouré de gens moins portés sur le statut social »

Sylvie Laidet

SERIE « FRANCHEMENT » épisode 26 – A 38 ans, Benjamin Gauffre a changé de vie depuis 5 ans. La brasserie artisanale qu’il a fondée et baptisée « Petite Couronne » puisqu’elle est située à Gennevilliers (92), tourne à plein régime. Lucide, il revient sur les étapes qui l’ont mené à oser ce virage de carrière. Retrouvez d’autres témoignages de cadres qui font bouger leur vie en fin d’article et un article sur les reconversions de cadres dans la brasserie artisanale.

Benjamin Gauffre s'est reconverti il y a 5 ans dans la brasserie artisanale.

Benjamin, ex-cadre reconverti brasseur : « J’ai refait ma vie entouré de gens moins portés sur le statut social »
Benjamin Gauffre s'est reconverti il y a 5 ans dans la brasserie artisanale.

Le contexte de sa reconversion


Cet épicurien a toujours rêvé de faire de la cuisine ! Mais sous la pression parentale, il se retrouve dans une école de commerce (EDHEC), débute sa carrière chez Adenclassifieds (c’est un ancien de Cadremploi J) et enchaine avec 8 années chez Altran. Une ESN où il termine patron d’un business unit de 150 personnes.

« A ce moment-là, j’ai eu l’impression d’avoir rempli ma part du contrat vis-à-vis de mes parents. Et je me suis autorisé à me lancer dans un job en lien avec mon souhait de toujours. N’ayant pas les moyens d’acheter un domaine viticole, j’ai analysé le marché émergent des brasseries artisanales. J’en ai visité plusieurs. Les salles à brasser, les fermenteurs… tout ça m’a rappelé les chais de vin du Bordelais mais en milieu urbain », se souvient-il.

Sa reconversion

Benjamin Gauffre dans sa brasserie Petite couronne située dans les Hauts-de-Seine (92)

 

Convaincu du potentiel de ce marché, il se forme aux techniques de fermentation, à la réglementation en vigueur pour la vente d’alcool… Il réunit quelques amis investisseurs, décroche un prêt bancaire (investissement initial : 200 000 euros) et lance fin 2017, sa brasserie Petite Couronne. En deux ans, il double sa production et son CA et se retrouve à l’étroit. Il revend son matériel pour réinvestir d’emblée dans un local plus spacieux et des cuves 4 fois plus grandes.

Aujourd’hui, il brasse 2000 hl par an et distribue ses bières auprès de la grande distribution, des grossistes en boissons, des lieux de concerts, chez des chefs étoilés et dans des palaces.

Ses réussites

« Avoir embauché 6 personnes. Des brasseurs bien sûr mais aussi des commerciaux », illustre ce néo-entrepreneur. Au quotidien, Benjamin Gauffre assure l’administration des ventes, le management de l’équipe et du commercial.

Mon expérience chez Altran où mon boulot consistait à faire grandir les grands comptes clients automobiles me sert évidemment. En effet, je sais parler aux acheteurs des grands groupes. Je maitrise également bien toute la partie systèmes d’information car chez Altran j’avais l’habitude de bosser sur ce type d’appli. C’est donc aujourd’hui un avantage supplémentaire pour développer mon business.

Ses doutes

« Les deux premiers mois, je me suis demandé si je n’avais pas fait une bêtise. J’ai quitté un job de bureau pour un métier hyper physique. Je portais les sacs de 250 kg, j’embouteillais à la main… C’était très difficile », se souvient-il.

Et puis, l’entreprise a grandi, Benjamin a embauché et endossé d’autres missions. Cette reconversion lui a valu un divorce.

« J’ai refait ma vie entouré de gens moins portés sur le statut social de manager. Un tri salvateur. J’ai divisé mon salaire par 5 pour toucher aujourd’hui un peu plus que le smic. Le salaire de ma femme compense cette perte de rémunération. Suis-je plus heureux ? Épanoui ? Je ne sais pas. En fait, c’est différent. Je suis marié avec mes 200 clients. On n’arrive pas à fournir autant qu’on le voudrait, donc je ne me pose pas trop de questions », résume-t-il.

Ses projets

Brasser 5000 hl par an pour « Paris 2024 » et 4 fois plus en 2028. Mais pour cela, il lui faudra investir environ 1 million d’euros et staffer encore plus son équipe.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :