Hub régional : et si c’était ça l’espace de travail de demain ?

Sylvie Laidet

COWORKING ET TELETRAVAIL - Télétravailler depuis Rennes ou Marseille pour votre employeur basé à Paris, sans souffrir de l’isolement du home office, est-ce possible ? C’est en tout cas la promesse affichée par les hubs régionaux lancés par les employeurs et parfois les salariés. Le hub régional, le néo-bureau ?

Le vocabulaire du bureau s'enrichit d'un mot avec le "hub régional", espace de co-working entre collègues d'une même boîte. Témoignages d'Alain d'Iribarne, Antoine Belot et Stéphanie Fraise.

Hub régional : et si c’était ça l’espace de travail de demain ?
Le vocabulaire du bureau s'enrichit d'un mot avec le "hub régional", espace de co-working entre collègues d'une même boîte. Témoignages d'Alain d'Iribarne, Antoine Belot et Stéphanie Fraise.

Ils témoignent

  • Alain d’Iribarne, président du comité scientifique d’Actineo
  • Antoine Belot, DRH Fleury Michon
  • Stéphanie Fraise, DRH de BlaBlaCar

Un hub régional, c’est quoi ?

Un hub régional est un espace de bureau loué par des entreprises afin d’accueillir leurs collaborateurs habitant sur un même territoire mais soucieux de ne pas faire uniquement du home office.

Ces hubs peuvent prendre plusieurs formes :

  • soit un mini plateau de bureaux dédiés à une entreprise dans un espace de coworking
  • soit la location ponctuelle et moins massive de bureaux pour quelques salariés.

Avec le développement du télétravail et du travail hydride, de plus en plus d’entreprises expérimentent ces hubs régionaux.

De nouveaux points de ralliement en région

« Le home office a des limites notamment parce que tous les salariés n’ont pas de logements appropriés avec un bureau séparé. Or, pour du télétravail à la maison, les entreprises doivent vérifier que les salariés disposent bien des mêmes conditions de sécurité et d’environnement de travail que dans leurs immeubles de bureau. De leur côté, les salariés en télétravail sont demandeurs de davantage de liens sociaux. Il y a donc convergence d’intérêt entre les collaborateurs et les employeurs pour le développement de ces tiers lieux », observe Alain d’Iribarne, président du comité scientifique d’Actineo.

 

Fleury Michon, BlaBlaCar, IBM… ont bien saisi leur intérêt à développer ce type de nouveaux points de ralliement en région.

 

Exemple 1 : Fleury Michon a ouvert un hub régional à Nantes

Depuis janvier 2022, Fleury Michon propose ainsi une nouvelle expérience collaborateur entre son siège social à Pouzauges en Vendée – berceau historique de l’entreprise - le domicile, et des bureaux partagés dans un espace de coworking au cœur de Nantes (HubFleury). Sur les 2500 salariés, une bonne soixantaine de salariés habite à Nantes ou alentours.

Plutôt que de leur imposer de faire 2h30 de trajet aller-retour quotidien à Pouzauges, le groupe leur propose de faire 2 jours de télétravail par semaine et 3 jours de présentiel répartis entre le siège et les bureaux partagés nantais. Le HubFleury (c’est le nom du Hub régional de Fleury Michon) compte deux espaces de 9 postes de travail chacun, deux bureaux individuels et 2 salles de réunion, « brandés » aux couleurs de la marque.

« Sur place, on a installé les mêmes écrans partagés qu’au siège, des chargeurs et des souris. Les collaborateurs ont juste à plugger leur ordinateur pour travailler », illustre Antoine Belot, le DRH.

En moyenne, une quinzaine de collaborateurs fréquentent ce hub nantais chaque jour. Et leur feedback sont à 90% positifs sur cette expérience de travail hybride. En s’épargnant des temps de transport, ils vantent un meilleur équilibre vie pro-vie perso et se déclarent également plus productifs car moins fatigués.

« Moins nombreux qu’au siège, ils se disent aussi moins distraits et apprécient le décloisonnement entre services. Ils ont créé une communauté du hub qui s’autogère. Ils gèrent leurs consommables, ont rédigé un livret d’accueil pour les nouvelles recrues… » explique Antoine Belot.

Et cet avantage plait aux nouvelles recrutes : 30% de ceux qui ont rejoint les fonctions support ont d’ailleurs fait ce choix d’habiter à Nantes et fréquentent le HubFleury.

Avec l’ouverture de ce hub nantais, les chasseurs de tête ont poussé un ouf de soulagement. Avant, notre bassin de recrutement était réduit autour de Pouzauges, désormais il s’est élargi à la France entière. C’est toujours plus facile pour un conjoint de trouver un job autour de Nantes que dans la région de Pouzauges.
Antoine Belot, DRH de Fleury Michon

Bon à savoir : Fleury Michon dispose encore de 20 postes à pourvoir (finances, commercial…) à Nantes et/ou au siège vendéen.

Exemple 2 : les hubs régionaux "libres" de BlaBlaCar

Chez le spécialiste du covoiturage, la politique de télétravail BlaBlaNomad donne la possibilité à chacun de choisir le mode de travail et le lieu de résidence qui lui convient le mieux. Venir au bureau 1, 3, 5 fois par semaine, ou même uniquement une fois par mois, tout est possible, dans le respect de la dynamique de son équipe.

Nos hubs régionaux se sont construits de manière totalement empiriques entre les 120 salariés installés dans une centaine de communes en France. Par exemple, 10 à Nantes, 10 autres à Lyon, un peu moins à Bordeaux, Marseille ou encore Lille. Ensemble, ils ont décidé de se regrouper dans des espaces de coworking avec lesquels nous avons noué des partenariats. Chacun dispose de 200 euros par mois gérer son organisation en télétravail. Sur présentation de facture, on leur rembourse la location de bureau dans leur espace de co-working.
Stéphanie Fraise, DRH de BlaBlaCar

Via un système de chanel sur Slack, ils s’organisent entre eux pour se retrouver sur place les jours qui leur conviennent le mieux. « Ces hubs ne sont pas encadrés par l’entreprise. Sur place, ils n’ont pas la même expérience collaborateurs que dans notre nouveau siège parisien mais on fait en sorte qu’elle est la même valeur », précise-t-elle. Un premier bilan est prévu en octobre-novembre prochain, notamment pour mesurer le taux d’engagement de ces télétravailleurs hybrides.

Exemple 3 : les "Smart remove centers" d'IBM

La firme américaine a également installé des hubs régionaux appelés « Smart Remote Center » dans plusieurs métropoles françaises dont Bordeaux, Lille et Nantes.

Un hub régional doit être le reflet de l’expérience collaborateur vécue au siège

Pour les collaborateurs en télétravail au moins 3 jours par semaine, l’immeuble de bureau d’origine n’est plus la référence de son environnement de travail. Son domicile et les hubs régionaux sont en train de prendre le relai.

Au sein des hubs, les salariés cherchent à nouer des relations informelles et à disposer de conditions de travail tranquilles et efficaces. La qualité de ces hubs doit donc être au moins équivalente à celle des locaux historiques de l’entreprise. C’est d’ailleurs pour cela que les tiers lieux low cost à l’origine fréquentés par des indépendants se muent en tiers lieux plus premium.
Alain d’Iribarne, directeur de recherche honoraire au CNRS

Pour ce chercheur, ces hubs deviennent parfois de mini établissements à part entière.

« Il y a une sorte de logique de PME au sein de grand groupe. On y retrouve des gens de la même entreprise, qui habitent tous dans le même coin mais ne travaillent pas dans les mêmes services. Les hubs régionaux permettent de lutter contre la verticalité. Le rêve managérial en somme. Mais pour l’heure, on n’a pas encore de validation scientifique de cette organisation gagnant-gagnant », tempère-t-il.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :