Innovation RH : voici comment Engie détecte plus "démocratiquement" ses talents prometteurs

Sylvia Di Pasquale

PRIX DE L'INNOVATION RH 2022 – Comme toutes les grandes entreprises, Engie doit trouver en son sein les managers qui occuperont les postes clés du groupe. Un programme de détection de talents bien rodé faisait jusqu’à présent le job. Mais un petit groupe de huit salariés – parmi ces talents prometteurs – ont réussi à « hacker » ce processus qui ronronnait et a instauré une sorte de « RIC » avec l’aval de la direction. Résultats ? La promotion 2022 de « hauts potentiels » a gagné en diversité de genre, d’âge, de nationalité et de diplôme. Voici comment.

L'équipe Engie venue recevoir le Prix de l'Innovation RH de l'année le 22 juin 2022. Sur scène, les 8 "révolutionnaires" ainsi que Vincent Gailhaguet (directeur des talents, au centre avec le trophée) et Élise Maury (directrice adjointe des ressources humaines (4e en partant de la droite)

Innovation RH : voici comment Engie détecte plus "démocratiquement" ses talents prometteurs
L'équipe Engie venue recevoir le Prix de l'Innovation RH de l'année le 22 juin 2022. Sur scène, les 8 "révolutionnaires" ainsi que Vincent Gailhaguet (directeur des talents, au centre avec le trophée) et Élise Maury (directrice adjointe des ressources humaines (4e en partant de la droite)

Un nouveau programme de détection des talents à l’initiative des salariés

Désigner les futurs talents de demain a toujours été la prérogative du top management. Chez Engie comme ailleurs partout dans le monde, la direction, les managers et les “directeurs talents” – une sorte d’agent qui prépare en interne les hauts potentiels à évoluer –  se réunissent chaque année en conclave à huis clos afin de désigner ceux qui occuperont plus tard les fonctions managériales-clés dans le groupe. Une fois repérés par ce processus, ces talents entrent dans un accélérateur de carrière, un programme appelé « Boost » qui les prépare pendant 18 à 24 mois à rejoindre l’élite dirigeante du groupe.

Mais en 2020, le programme Boost (c’est son nom) ne marche plus comme espéré. Il faut dire qu’une crise Covid, le départ du CEO et une réorganisation sont passés par là. C’est à ce moment que 8 talents du programme « Boost » ont l’idée de rêver à voix haute. Et si, chez Engie, on introduisait un peu de démocratie dans le programme Boost, se disent-ils ? Et si les futurs top managers étaient choisis en toute transparence par les salariés eux-mêmes plutôt que dans le secret des people review ?

Il faut dire que jusqu’alors, les bénéficiaires du programme Boost avaient tendance à être plutôt des hommes, plutôt de nationalité française et plutôt séniors… Adoubé par la direction, le petit groupe d'agitateurs lance alors un process parallèle de désignation des talents baptisé Shake iTake . Ce ne sont plus les managers qui proposent des noms mais les talents du programme Boost eux-mêmes qui proposent des collaborateurs qu’ils estiment à potentiel.

 

Des résultats prometteurs

Résultat ? 15 des talents retenus par cette méthode (sur les 100 de la promotion au total) sont réellement plus divers, plus internationaux, plus féminins, plus jeunes et certainement moins complaisants.

 

Loin du siège, parfois invisibilisés par leur propre manager qui ne voulait pas prendre le risque de les perdre (sic), ces talents passaient sous les radars de la sélection classique. Les managers ont laissé faire et les RH ont joué le jeu. Au passage, ce programme est devenu très populaire au sein d’Engie et le fait que l’idée vienne de la base a boosté l’engagement d’une grande partie des salariés, ravis que leur employeur soit capable de se laisser disrupter pour la bonne cause.

#SHAKE ITAKE co-existe avec le process historique

Pour l’heure, le process de sélection Shake iTake continue de co-exister avec le process classique. Chacun désigne une partie des futurs managers. Le logiciel de gestion des talents s’appelle « iTake ». Comme il a été « secoué », l’innovation a été baptisée « Shake iTake ».

 

Prix de l’innovation RH 2022

Le programme Shake iTake a reçu le prix de l’innovation RH 2022 qui lui a été décerné le 22 juin dernier lors d’une cérémonie organisée par Cadremploi, Le Figaro Emploi, Morgan Phillips, et Fyte.

Le Jury 2022 du Prix de l’Innovation RH accueillait Karima Silvent, DRH du Groupe Axa ; Xavier Savigny, DRH de Saur ; Michel Barabel, Professeur à Sciences Po ; Raphaël Reclus, Directeur général France, Moyen-Orient & Afrique de Morgan Philips Executive Search.

Si vous souhaitez concourir l'année prochaine avec une innovation RH, un dossier de candidature sera prochainement disponible ici.

 

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :