Julien Rozet et Gérard Guilbert : « Les embauches ont été maintenues dans les fonctions "régaliennes" et à l’international »

Publié le 16 juin 2020 Gwenole Guiomard

PAROLES DE PRO – Le cabinet français de chasse de têtes Alexander Hughes international est l’un des très rares à disposer de bureaux en propre à l’étranger. Pour ses dirigeants Julien Rozet (monde) et Gérard Guilbert (France), le recrutement des profils internationaux et de dirigeants a mieux résisté que les autres.
Julien Rozet et Gérard Guilbert : « Les embauches ont été maintenues dans les fonctions "régaliennes" et à l’international »
  1. Quel a été l’impact du Covid sur vos affaires ?
  2. Alexander Hughes est l’un des rares cabinets de recrutement français à disposer de nombreux bureaux en propre à l’international. Quel a été l’impact de cette crise sur vos affaires à l’étranger ?
  3. En France, quels sont les secteurs qui vous sollicitent le plus ?
  4. Quels conseils donnez-vous aujourd’hui aux candidats ?

Quel a été l’impact du Covid sur vos affaires ?

Gérard Guilbert, directeur général d’Alexander Hughes France : « Notre chiffre d’affaires a baissé de 20 à 30 % entre février et mai 2020. Les missions acquises en mars ont continué mais les nouvelles demandes de nos clients ont chuté des deux-tiers entre avril 2019 et avril 2020. Nous disposons de deux entités. Celle consacrée aux postes de dirigeants a beaucoup moins souffert. Nos clients ont maintenu leurs embauches dans les fonctions ‘’régaliennes’’, de type directeur financier à remplacer, dans les sphères commerciales de haut niveau et sur l’international. Alors que le département dédié aux experts et cadres intermédiaires a été beaucoup plus affecté.

L'économie repartira plus vite à l’étranger qu’en France
Julien Rozet, président du directoire de Alexander Hughes international

Alexander Hughes est l’un des rares cabinets de recrutement français à disposer de nombreux bureaux en propre à l’international. Quel a été l’impact de cette crise sur vos affaires à l’étranger ?

Julien Rozet, président du directoire de Alexander Hughes international : Un grand groupe français dans les hautes technologies nous a, par exemple, demandé d’intervenir pour une embauche d’un chief financial officer (directeur financier) aux USA. Le salaire prévu est de 400 000 euros brut par an. Nous avons alors élaboré une recherche tous continents pour un poste dans le Tennessee. C’est le symbole d’une économie mondiale qui n’a pas subi la crise avec la même intensité partout. Ainsi, nos clients en lien avec les USA, la Grande-Bretagne, l’Europe de l’est – à commencer par l’Allemagne – recrutent toujours. Cela nous a permis d’adoucir les effets de la crise. Ces employeurs recherchent par exemple des commerciaux, des financiers, des patrons de sites industriels ou des patrons de pays. En Asie, notre chef du bureau chinois nous précise que les recrutements reprennent de façon intéressante. Selon nous, l’économie repartira plus vite à l’étranger qu’en France où nous prévoyons un retour à un niveau proche de la normale courant 2021.

Nos clients sont aussi à l’affût de manager pour gérer le changement ou de directions commerciales plus agressives.
Gérard Guilbert, directeur général d’Alexander Hughes France

En France, quels sont les secteurs qui vous sollicitent le plus ?

Gérard Guilbert : Ici, les banques d’affaire maintiennent leurs embauches. Certaines nous ont missionné pour réallouer, du fait du Brexit en cours, des activités à Paris et en Allemagne. Les assurances embauchent également tout comme l’agroalimentaire, le food dans notre jargon. Nous recherchons par exemple un directeur général (CEO) pour une société francilienne spécialisée en agroalimentaire qui travaille pour un grand distributeur. Ses rémunérations seront de l’ordre de 250 000 euros brut par an.  Nos clients sont aussi à l’affût de manager pour gérer le changement ou de directions commerciales plus agressives.

 

Quels conseils donnez-vous aujourd’hui aux candidats ?

Julien Rozet : Nous continuons à expliquer aux candidats qu’ils doivent se placer dans une relation d’égal à égal avec les employeurs. Ils doivent faire valoir leur qualité d’agilité et de réactivité. Mais ils doivent aussi juger la qualité de l’offre proposée, la culture de l’entreprise, son éthique. Cette relation d’égalité va devenir la règle. Enfin, pour les candidats à l’expatriation, je leur rappelle que l’ensemble des cabinets de chasse de tête intégrés disposent de bases de candidatures partagés entre leurs bureaux. Je conseille donc aux candidats de nous solliciter pour travailler dans une région précise. Leur CV sera lu par l’intégralité de nos consultants.

Alexander Hughes international en quelques chiffres  

  • 1500 recrutements par an
  • 120 consultants en 2020 dont 25 en France
  • CA 2019 : 10 millions d’euros en France et 40 millions d’euros hors de France
  • CA 2020 souhaité en France : 8 millions d’euros
Gwenole Guiomard
Gwenole Guiomard

Je suis journaliste spécialisé dans les questions de formation et d’emploi. L’un ne doit pas aller sans l’autre et la compréhension des deux permet de s’orienter au mieux. Je rédige aussi, tous les deux ans, le Guide des professionnels du recrutement. Je suis aussi passionné d’histoire et amoureux des routes de la soie.

Vous aimerez aussi :