MedTech : la médecine du futur recrute ses cadres

Aurélie Tachot

SECTEUR QUI RECRUTE – Cœur artificiel, nano-puce détectrice de cancers, exosquelette d’aide à la marche… Les technologies médicales révolutionnent notre santé et la médecine du futur est déjà une réalité. Sur ce secteur très prospère, près de 1300 entreprises de la MedTech (contraction de "Medical Technology") emploient des chercheurs et des ingénieurs. Mais pas seulement : la bonne nouvelle, c’est que la filière embauche aussi des chargés d’affaire réglementaires, des commerciaux ou des « couteaux suisses » dotés de double voire triple compétences, à condition qu’ils excellent dans leur domaine. Enquête et témoignages de recruteurs d'un secteur risqué, élitiste mais d'avenir.

Les progrès technologiques au service de la médecine de demain chez Gleamer, Omini, Carmat, inHeart...

MedTech : la médecine du futur recrute ses cadres
Les progrès technologiques au service de la médecine de demain chez Gleamer, Omini, Carmat, inHeart...

Ils témoignent

  • Amélia Fanchette, manager au sein du cabinet Michael Page
  • Stéphane Chekroun, associé au sein du cabinet de recrutement Selescope
  • Aïssa Khelifa, directeur général de Milvue
  • Roland Sicard, le fondateur Thess Corporate

La MedTech, un secteur qui fait rêver les cadres

Elles s’appellent Gleamer, Omini, Carmat, inHeart... Elles mettent toutes le progrès technologique au service de la médecine de demain, respectivement dans les segments de l’aide au diagnostic, des tests sanguins, du cœur artificiel et de l’arythmie cardiaque. Ces quatre start-up incarnent le marché prospère de la MedTech.

Selon Bpifrance, Le Hub qui est l’écosystème MedTech en France, est composé de 1300 entreprises, dont 92 % de PME, et 13 % exclusivement centrées sur la R&D.

Amélia Fanchette

Stimulé par la quête d’amélioration de la vie des patients, le secteur attire des cadres cherchant du sens dans leur travail. « C’est une filière dynamique, d’autant plus depuis le début de la crise, qui a remis le confort du patient au centre des préoccupations », confirme Amélia Fanchette, Manager au sein du cabinet Michael Page.

Si les cadres sont aussi nombreux à s’y projeter, c’est bien parce que la filière fait rêver. « L’attractivité de la MedTech se mesure souvent aux projets déployés et aux technologies de pointe utilisées », explique-t-elle. Réaliser un exosquelette pour aider les paraplégiques à marcher, développer une application de télésurveillance pour les patients atteints du Covid-19 ou commercialiser un bras robotisé capable d’intervenir sur une boite crânienne… Voilà quelques-uns des défis passionnants que chercheurs, ingénieurs, cadres et techniciens de la filière sont en train de relever.

Voici les 10 technologies médicales les plus étonnantes selon Dr. Bertalan Mesko :

  1. Médicaments imprimés en 3D
  2. Montre intelligente ECG
  3. Échographie portable
  4. Réalité mixte
  5. Jumeaux numériques
  6. Suivi du sommeil et alarme de sommeil intelligente
  7. Pilules numériques
  8. Drones médicaux
  9. Séquençage du génome
  10. Tests de laboratoire à domicile
    10 + 1 I.A. en santé publique

Quelles entreprises de la MedTech recrutent des cadres en 2021 ?

Quelques exemples d'entreprises qui recrutent en ce moment :

  • Incepto : médecin, spécialiste d’applications cliniques...
  • Kinvent : data scientist, développeur mobile, manager commercial, attaché de recherche clinique...
  • Medicrea : responsable OpEx, ingénieur qualité software, administrateur systèmes & réseaux...
  • Milvue : développeurs applicatifs, experts du data mining, chercheurs en intelligence artificielle, ingénieurs support, commerciaux…
  • Owkin : ingénieur informatique, data scientist, ingénieur machine learning, chief medical officer...
  • Thess Corporate : ingénieurs front end, chefs de projet informatique, ingénieurs en conception industrielle, des commerciaux
  • Wanderkraft : chargé d’affaires réglementaires, ingénieur en robotique médicale...
  • Zimmer Biomet : clinicien, ingénieur développement, expert logiciels, ingénieur systèmes...

⭐⭐⭐ Retrouvez ici des offres d'emploi de la MedTech proposées par des entreprises et des cabinets de recrutement

Vous pourrez affiner votre recherche en filtrant par métier, type de contrat, niveau de salaire et zone géographique.

Les chercheurs et les ingénieurs IT activement recherchés

Sous l’impulsion du Big Data, de l’intelligence artificielle, de la robotique, de l’impression 3D et des objets connectés, la façon d’exercer la médecine évolue. Tous les acteurs de la santé souhaitent prendre ce virage, y compris les industriels de la biochimie, les laboratoires pharmaceutiques, les mutuelles santé...

Aujourd’hui, la donnée nourrit la santé. Les sociétés « digital natives » et les entreprises plus traditionnelles qui sont transfigurées par le développement du digital recrutent des profils spécialisés dans les nouvelles technologies.
Stéphane Chekroun, associé au sein du cabinet de recrutement Selescope.
Aïssa Khelifa

✔️A titre d'exemple, la start-up Milvue, qui développe une solution pour analyser les radios des patients et ainsi désengorger les urgences des hôpitaux, recrute « des développeurs applicatifs, des experts du data mining, des chercheurs en intelligence artificielle, des ingénieurs support, des commerciaux... », énumère Aïssa Khelifa, directeur général de Milvue.

✔️La société montpelliéraine Thess Corporate, qui développe un distributeur de médicaments connecté recherche, quant à elle, « des ingénieurs front end, des chefs de projet informatique, des ingénieurs en conception industrielle ainsi que des commerciaux », précise Roland Sicard, le fondateur.

 

La MedTech recherche des chargés d'affaires réglementaires

Les cadres IT ne sont pas les seuls à intéresser la MedTech. D'autres profils sont activement recherchés :

Stéphane Chekroun

Pour commercialiser leurs dispositifs médicaux, les sociétés doivent respecter une réglementation européenne lourde. Entrée en vigueur en mai 2020, elle donne du fil à retordre aux acteurs de la filière. Pour s’y conformer et obtenir le précieux marquage « CE », ces derniers s’arrachent les chargés d’affaires réglementaires, dont la rémunération peut aller jusqu’à 80 K€ brut annuel, selon l’Apec.

« Il y a une forte demande sur ce profil, qui est pénurique. Or, les entreprises doivent intégrer l’aspect réglementaire en amont du développement de leurs solutions, présenter leurs études cliniques et scientifiques aux autorités », explique Stéphane Chekroun.

Roland Sicard

Lorsqu’elles n’ont pas la taille suffisante pour disposer d’un département juridique en interne, les entreprises font appel à des prestataires ou recrutent des « couteaux suisses », selon Roland Sicard. « Dans l’industrie de la santé et des dispositifs médicaux, la technologie n’a pas le droit d’avoir des failles. Les processus de fabrication sont donc rigoureux et doivent répondre à des normes. Nous apprécions donc que nos ingénieurs soient pleinement impliqués sur le sujet des affaires réglementaires. S’ils n’ont pas cette culture, nous les formons en interne », indique-t-il.

La prime aux doubles - voire triple - compétences

On l’aura compris, ce que la filière de la MedTech apprécie par-dessus tout, ce sont les cadres ayant une double – voire une triple – casquette.

Le Saint Graal, c’est le médecin qui est geek et qui souhaite bifurquer dans le secteur de l’informatique, par exemple pour participer au développement d’une application pour assister les professionnels de santé.
Amélia Fanchette, manager Michael page

Les profils de bio-informaticiens ont également les faveurs des recruteurs de la MedTech. De même que « les profils hybrides justifiant de compétences en informatique et en réglementaire », indique-t-elle. À l’image de ceux recrutés par Thess Corporate. Les chefs de projets, les experts de la data ou les commerciaux doivent bien connaître le contexte réglementaire pour réussir à dialoguer avec un large panel d’interlocuteurs : médecins, laborantins, certificateurs...

 

Des critères de recrutement exigeants

La filière évoluant sur des sujets complexes, les critères de sélection des candidats sont donc nombreux.

 

La MedTech est réputée pour être exigeante et sélective. Mais le jeu en vaut la chandelle : les perspectives d’avenir sont bonnes, le terrain de jeu pour les cadres est formidable et les innovations fleurissent rapidement. Le secteur rassemble tout ce que les cadres adorent.
Amélia Fanchette (Michael Page)
Aurélie Tachot
Aurélie Tachot

Après avoir occupé le poste de rédactrice en chef d’ExclusiveRH.com (entre autres), je travaille désormais à mon compte. Pour Cadremploi, je contribue à la rubrique Actualités via des enquêtes, des interviews ou des analyses sur les évolutions du monde du travail, sans jamais oublier l'angle du digital.

Vous aimerez aussi :