Pourquoi lire « L’Everest du potentiel » de Marion Chaygneaud-Dupuy

Raïssa Charmois

LIVRE 2023 – Inutile de tergiverser, L’Everest du potentiel, est bien un ouvrage de développement personnel perché, au sens propre et figuré. Mais alors pourquoi en recommander la lecture ? Tout simplement pour la personnalité de son auteure, sa vie hors du commun et sa façon de la partager. Car cette boudhiste française a passé sa vie à nettoyer l’Everest avec son association CleanEverest. Une œuvre ô combien utile grâce à laquelle elle a beaucoup appris sur les autres mais aussi sur elle-même. On peut ne pas adhérer à sa méthode des « sept étapes pour révéler ses forces » mais on peut au moins ouvrir ses chakras surtout si l’on aime la montagne et l’alpinisme. Lecture guidée.
Pourquoi lire « L’Everest du potentiel » de Marion Chaygneaud-Dupuy

L’Everest du potentiel, 7 étapes pour révéler ses forces

Cet ouvrage se lit comme un guide - au sens propre et au figuré - qui vous accompagne dans votre « ascension intérieure » en sept étapes initiatiques.

 L’auteur, Marion Chaygneaud-Dupuy,  sait de quoi elle parle. Elle  a gravi l’Everest à trois reprises, en 2013, 2016 et 2017, pour préparer son projet écologique et humain, Clean Everest. Si vous cherchez des recettes pour devenir haut potentiel, gravir l’organigramme de votre entreprise ou hisser votre organisation au sommet, passez votre chemin.

L’auteur avertit d’emblée le lecteur :

La tâche n’est pas de partir à la recherche de ce potentiel, mais simplement de déceler en nous-mêmes toutes les barrières que nous avons érigées contre lui.
Extrait de L'Everest du potentiel, Marion Chaygneaud-Dupuy, Flammarion, octobre 2023

Elle les cite : la perte de motivation, la part d’ombre, le jugement, le contrôle, la rumination, la peur, la déconnexion à l’Autre. Tentant, non ?

 

Envisagez la montagne comme un maître  

L’auteur, qui a quitté à 18 ans sa Dordogne natale pour vivre au Tibet et approfondir depuis 25 ans la sagesse bouddhiste, se dévoile avec simplicité sur sa tendance - occidentale ? - à en vouloir toujours trop. Sa posture humble - du latin humus qui signifie terre fertileencourage, par un effet miroir, à l’introspection. A votre tour de dessiner votre cartographie intérieure.

L’entreprise est sérieuse. A chaque étape de l’ascension de votre Everest personnel est associée une qualité.

 Au camp de base, la montagne, maître spirituel et miroir, enseigne à garder votre axe et à retrouver votre verticalité. Avant de mettre un pied devant l’autre, définissez votre intention, personnelle ou professionnelle. Ne vous cachez pas vos difficultés. Plus vous serez honnête avec vous-mêmes, plus votre transformation sera authentique. Cette motivation initiale constitue votre ancrage.

Vous avez commencé à prendre un peu d’altitude ? Au camp de base avancé, vous apprendrez à trouver et à rester à votre place en accueillant votre vulnérabilité qui constitue en fait votre force.

Au prochain camp, choisissez votre  trajectoire personnelle parmi les différents chemin qui mènent au sommet, sans chercher à imiter les autres. Vous cultiverez ainsi la force du discernement. Imprégnée de sagesse bouddhiste, l’auteur rappelle que « notre incapacité́ à accepter la réalité de l’impermanence est à l’origine de notre souffrance ». Et si composer avec l’instabilité de nos sociétés, des êtres qui nous entourent et de nos pensées permettait de persévérer grâce à la force de la détermination.

Peu à peu, à la lecture des pages, vous prenez de la hauteur par rapport au bruit et à la fureur du monde, vous vous laissez transporter vers les neiges éternelles, bercé par les écrits inspirants du maître soufi Rûmî. Votre sac à dos s’allège. Vous expérimentez le « non-effort ».

« Quand j’essaie de coller à une image idéale, je passe à côté de tout ». Ca vous parle ? Alors dans le prochain refuge, vous découvrez votre centre de paix intérieure et la force de la confiance.

A l’approche du sommet, vous composez avec vos peurs, vous réalisez que vous êtes bien plus que vos émotions. La force de la transformation opère.

Fort de ce voyage initiatique, vous redescendez de votre montagne intérieure avec un désir de transmission. Un peu irénique, non ? Tout n’est pas à prendre au pied de la lettre ni de A à Z dans cet ouvrage. En effet, dans une vie d’être humain, on tombe et on se relève. On se cogne à ses limites. Régulièrement. C’est le chemin d’une vie. Au final, n’est-ce pas un peu la démonstration de tant de livres de développement personnel ?

N'attendez pas d’être fort pour faire le premier pas

Attention, la voie proposée ne rime pas avec performance. L’auteur alpiniste nous encourage à faire « du mieux que l’on peut », en partant de « la vie que nous avons, l’être que nous sommes, pas sur celui que les autres voient ni sur celui que nous aimerions être ».

Le vrai défi serait d’arriver à lâcher, alors que le monde ne nous vend que du contrôle et de la sécurité. Si vous attendez de ne plus avoir de contraintes ou de difficultés personnelles ou professionnelles pour entreprendre un travail sur vous, vous pourrez toujours attendre… Grâce à la compassion envers vous-même et les autres, armé de patience, progressivement, vous vous ouvrirez à ce qu’il y a de plus silencieux et vaste en nous. Une vraie aventure intérieure !

Conjuguez réflexions et exercices de méditation

C’est bien beau ces paroles de sagesse, mais concrètement, comment j’arpente mon potentiel intérieur ? Marion Chaygneaud-Dupuy a tout prévu. Pour acquérir chacune des 7 forces, le lecteur peut suivre des méditations audios – téléchargeables. Parmi les pratiques formelles, le scan corporel vise à se connecter au moment présent et à cultiver l’attention. Les pratiques dites informelles guident dans l’identification de ses « perles noires » ou parts d’ombre ou encore dans l’expérimentation des  « cinq R » : ralentir, respirer, reconnaître, reconnecter, remercier.

Lire les textes de sagesse, pratiquer les exercices corporels, s’offrir un pas de côté dans une vie que l’on croit toute tracée, ou simplement parcourir la liste des valeurs proposées par l’auteur en fin d’ouvrage… Chacun(e), selon ses attentes, ses goûts et son temps disponible trouvera dans l’Everest du potentiel de quoi restaurer sa hauteur d’homme.

C’est déjà pas si mal.

Tags : Livre
Raïssa Charmois
Raïssa Charmois

Mes multiples activités me donnent accès au monde des entreprises et à ses cadres. J'observe, j'interroge, j'analyse et j'ai proposé à Cadremploi de publier le fruit de certaines de mes enquêtes.

Vous aimerez aussi :