Présidentielle 2022 : qui sont les candidats préférés des cadres ?

Sylvia Di Pasquale

BAROMETRE CADREMPLOI-IFOP 2022 - De qui ont-ils la meilleure image ? A quelques semaines des élections présidentielles, Cadremploi et l'Ifop ont sondé les cadres non pas sur leurs intentions de vote mais sur leur opinion au sujet des principaux candidats. A l'occasion de ce baromètre, ils s'expriment aussi sur les mesures phares des candidats en matière de retraite, d’emploi ou encore d’égalité professionnelle.

Dans le baromètre Ifop/Cadremploi, les cadres donnent leur opinion sur les principaux candidats à la Présidentielle 2022.

Présidentielle 2022 : qui sont les candidats préférés des cadres ?
Dans le baromètre Ifop/Cadremploi, les cadres donnent leur opinion sur les principaux candidats à la Présidentielle 2022.

Top3 et Flop3 : les cadres préfèrent les candidats les plus modérés et rejettent les plus radicaux

Loin devant les autres candidats à la présidentielle 2022, Emmanuel Macron jouit d'une "bonne image" auprès de 56% des cadres. Il est suivi par Valérie Pécresse (41%) et Yannick Jadot (35%). A l'inverse, les cadres expriment un fort rejet des candidats aux extrêmes de l'échiquier politique. Jean-Luc Mélenchon récolte la plus mauvaise image auprès du panel (80%), suivi de Marine Le Pen (78%) et d’Éric Zemmour (77%).

Baromètre Cadremploi/Ifop 2022

Emmanuel Macron plait aux gros bosseurs et aux directions générales (mais pas aux services généraux)

  • Il plait en particulier aux plus aisés (61%) et aux cadres proches de la droite (59%)
  • Les hommes (57%) sont légèrement plus nombreux que les femmes (54%) à en avoir une bonne image.
  • Les moins de 35 ans (51%) l'apprécient moins que les plus de 50 ans (59%)
  • Il plait davantage aux gros bosseurs (73% des cadres travaillant plus de 55 heures hebdo) qu'aux cadres ne dépassant pas 39 heures par semaine (51%)
  • Les salariés du secteur privé (57%) l'apprécient davantage que ceux du public (46%)
  • Et davantage aux cadres de la construction (63%) que de ceux des services (55%)
  • Côté fonction, ce sont les services généraux (40%) qui l'apprécient le moins et les directions générales (60%) le plus.

Valérie Pécresse séduit davantage les cadres Franciliens

  • Les cadres franciliens (45%) ont une meilleure image de leur présidente de Région que les cadres en région (37%)
  • Elle plait autant aux hommes qu'aux femmes., mais beaucoup plus aux plus de 50 ans (43%) qu'aux moins de 35 ans (32%)
  • C'est dans les services finances/compta (50%) qu'elles est le plus appréciée des cadres.

Yannick Jadot apprécié des ingénieurs

Parmi les cadres qui l'apprécie, davantage d'ingénieurs et de chercheurs (40%) que de directeurs généraux (23%)

Environnement, allègement du temps de travail, rémunération… les cadres attendent des avancées sociales et sociétales

Interrogés sur certaines propositions qui figuraient dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle de 2022, les cadres se montrent globalement plutôt favorables aux avancées.

Baromètre Cadremploi/Ifop 2022

Environnement : soumettre les aides aux entreprises au respect des normes environnementales

81% des cadres sont favorables à cette mesure interventionniste de l'Etat. Une adhésion plus forte encore chez les cadres des grandes entreprises (+6 points). Les cadres dont le métier est amené à disparaitre ne sont que 51% à être favorable aux aides conditionnées.

Pouvoir d'achat : indexer les salaires sur l'inflation

 73% soutiennent cette mesure et en particulier les femmes (80%), les jeunes (81%) et les petits salaires (82%).

Equité sociale : encadrer les écarts de salaire au sein d'une même boîte

70% des cadres, et tout particulièrement les femmes, les jeunes et les plus petits salaires, se disent favorables à l’encadrement des salaires dans une même entreprise. Ce ratio d'équité sous surveillance de l'Etat serait soutenu davantage par les cadres des grosses entreprises (74%) que par ceux des plus modestes (68%).

En France, les patrons d'entreprises cotées touchent 50 fois plus que le salaire médian des salariés français (Source : étude Willis Towers Watson 2021). Ce ratio d'équité monte à 120 au Royaume-Uni. Il n'est pas disponible pour les PME.

Temps de travail : passer à la semaine des 4 jours

60% des cadres disent un grand oui au passage à la semaine de quatre jours.

Une mesure davantage soutenue par les femmes (65%) que les hommes (57%). Elle fait un tabac chez les plus jeunes (75%) et séduit une courte majorité des séniors (51%). Elle fait écho à la recherche d'un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. D'ailleurs, les cadres qui ne dépassent pas les 39 heures par semaine y sont bien plus favorables (64%) que ceux qui passent plus de 55 heures au boulot (53%). Pas très populaire dans les directions générales (45%), elle passe très bien chez les ingénieurs (64%).

Réforme des retraites : pas de consensus chez les cadres

Bonne chance au futur président ou à la future présidente pour réformer les retraites ! Les cadres ont toujours été plus conscients que les autres qu'il fallait réformer mais ils sont de moins en moins acquis à la cause.
Frédéric Dabi, DG de l'Ifop, lors de la présentation du baromètre Cadremploi-ifop 2022

Aucune des solutions proposées pour sauver le système de retraite ne remportent une forte majorité chez les cadres.

"Les cadres, comme l'opinion publique en général, sont désenchantés sur ces questions, estime Frédéric Dabi, le DG de l'Ifop lors de la conférence de lancement du baromètre Cadremploi-Ifop le 15 mars dernier. A chaque réforme, on leur dit que c'est "la der des der" et on leur redemande un effort à la suivante. Ils n'y croient plus."

Leur adhésion est même plus faible qu'en 2015 et même 2010 "avant la réforme Sarkozy-Woerth-Fillon que l'opinion avait de très peu acceptée, notamment grâce aux retraités."

Baromètre Cadremploi/Ifop 2022

Une seule mesure remporte une majorité de suffrage : 55% des cadres se déclarent favorables aux fonds de pension pour compléter les pensions de retraite par répartition. "Mais c'est une intériorisation des contraintes, selon Frédéric Dabi. Elle est appelée par les cadres les plus aisés (62%) et proches du parti présidentielle et de LR (71%).

En revanche, le recul de l'âge de départ après 62 ans est rejeté par 57% des cadres. Idem pour l'allongement de la durée de cotisations (14 points de moins par rapport à 2010). Quant à l'augmentation des cotisations sociales et la diminution du montant des pensions, ce sont carrément des mesures repoussoirs pour les cadres.

Baromètre Cadremploi/Ifop 2022

Les mesures prioritaires pour l'égalité femme-homme créent le débat chez les cadres

Neuf cadres sur dix sont favorables à des mesures pour améliorer l'égalité femmes/hommes en entreprise. C'est dans l'importance accordée à ces différentes mesures que des écarts apparaissent : "L'impact du mouvement #MeToo se lit dans la première priorité, estime Frédéric Dabi.

Baromètre Cadremploi/Ifop 2022

En revanche, les différentes mesures pour rééquilibrer la charge de la parentalité rencontrent une adhésion contrastée. Notamment seuls 58% des cadres estiment que l'allongement du congé de paternité est important : 63% des femmes et 55% des hommes, 73% des moins de 35 ans vs 53% des plus de 35 ans.

Baromètre Cadremploi/Ifop 2022

* Méthodologie de l’étude :

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population cadre du secteur privé. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 7 au 15 février 2022.

La représentativité́ de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de secteur d’activité́ et de région.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :