Recrutement : le BTP cherche à attirer des cadres et s’ouvre aux reconvertis

Aurélie Tachot

SECTEUR QUI RECRUTE – Après un fort recul de son activité pendant le premier confinement, le secteur du BTP reprend doucement des couleurs. Même si elle devrait perdre 50 000 emplois en 2021, la filière va de l’avant et cherche à recruter des cadres. Pour contrer son déficit d’attractivité, elle s’ouvre aux profils venus de l’aéronautique, de l’immobilier voire du médico-social. Enquête et témoignages de recruteurs sans langue de bois.

Le BTP fait appel à des profils venus d'autres secteurs pour ses métiers transverses.

Recrutement : le BTP cherche à attirer des cadres et s’ouvre aux reconvertis
Le BTP fait appel à des profils venus d'autres secteurs pour ses métiers transverses.

Ils témoignent

  • Alexis Eychenne, directeur exécutif de Badenoch+Clark
  • Marie Dupuis Courtes, vice-présidente en charge de la commission « Développement des compétences » au sein de la FFB
  • Virginie Flore, DRH Spie Batignoles

Le BTP durement touché par la crise

Alexis Eychenne

Enrayé par une baisse des commandes, notamment publiques, le secteur du BTP a été fortement ralenti en 2020, du fait de la crise du Covid-19. « On estime à environ 15 % le décrochage de l’activité du secteur durant l’année 2020 », explique Alexis Eychenne, expert aguerri de ce secteur et directeur exécutif de Badenoch + Clark, le cabinet spécialiste du recrutement des cadres au sein du groupe Adecco.

Une chute « historique », estime la Fédération française du bâtiment (FFB), et qui n’a pas encore dévoilé toutes ses facettes, les mesures de soutien immédiates mises en place par le gouvernement ayant permis de tenir le secteur sous oxygène. Le premier confinement, qui a mis un coup d’arrêt aux chantiers, a été dévastateur pour la filière. « Sans le confinement strict du printemps et l’arrêt massif des chantiers, le recul eut été limité à 4,6 % », assure la FFB.

L’année 2021 devrait afficher un rebond d’activité de 11,3 % en volume, qui ne compensera pas la chute initiale. « L’emploi se repliera de 4,1 %, cela signifie qu’environ 50 000 emplois seront détruits », explique Alexis Eychenne.

Y-a-t-il des raisons d'être optimiste pour le BTP ?  

Marie Dupuis Courtes

Tout n’est pas noir pour autant. « Dans le bâtiment, nous recrutons à partir d’un indicateur : le carnet de commandes. Il est de nouveau bon pour les entreprises, exceptées pour celles qui évoluent dans la construction neuve, pour laquelle il y a une vraie inquiétude », résume Marie Dupuis Courtes, vice-présidente en charge de la commission « Développement des compétences » au sein de la FFB.

L’autre point positif, c’est que le tissu de PME est très important dans le BTP. « Ces entreprises ont repris leur indépendance financière et ont eu peu recours au chômage partiel lors du 3e confinement », constate Alexis Eychenne.  

Des recrutements majoritairement dans les PME du BTP

On l’aura compris, c’est donc dans les PME que les cadres trouveront le plus d’opportunités d’emplois, moins chez les majors comme Eiffage, Nexity, Vinci ou Bouygues, qui représentent d’ordinaire la moitié des postes offerts à l’échelle du secteur.

Ce sont plutôt les PME qui tirent leur épingle du jeu en matière de recrutements, et non les majors qui sont plus en souffrance lorsque le volume d’activités diminue, du fait de leur taille critique.
Alexis Eychenne, directeur exécutif de Badenoch + Clark

Dans le BTP, un autre facteur – plus structurel – encourage toutes les entreprises, petites comme grandes, à recruter malgré la crise sanitaire. « La pyramide des âges est favorable au recrutement d’experts, qui viendront remplacer ceux qui partent à la retraite », indique-t-il. Concrètement, ce seront surtout les ingénieurs en bâtiment, les ingénieurs travaux, les conducteurs de travaux, les directeurs techniques, les directeurs de programme, les développeurs fonciers et les dessinateurs qui seront recherchés par les employeurs du BTP.

Virginie Flore

Chez Spie Batignolles, 900 recrutements sont par exemple programmés en CDI en 2021. « Nous recherchons des conducteurs de travaux, des responsables d’affaires, des chargés d’opérations dans l’énergie, des responsables d’études de prix, des géomètres et des topographes », énumère Virginie Flore, la DRH. Puisque le groupe de construction digitalise ses modes opératoires, il recherche également « des BIM managers, encore trop rares sur le marché », note-t-elle.

Top 10 des métiers cadres recherchés dans le BTP en 2021

Cliquez sur chaque métier pour retrouver les listes d'offres d'emploi actualisées :

Source : APEC, mars 2021

Les cadres boudent le secteur du BTP

 

Si les cadres constituent une cible privilégiée des entreprises du BTP, ils sont de moins en moins nombreux à vouloir le rejoindre. « De manière générale, les cadres deviennent de moins en moins opérationnels. Les métiers techniques comme ceux proposés par le BTP ne les attirent plus. Ce désintérêt a même gagné la maîtrise d’ouvrage », note Alexis Eychenne.

Des conditions de travail difficiles…

Les conditions de travail – réputées difficiles – expliquent ce désamour. « Dans la construction, les chantiers débutent à 7h du matin, les cadres travaillent 14h par jour, les déplacements professionnels sont perpétuels, la pression vis-à-vis du delivery est forte », résume-t-il. Résultat : les cadres ont tendance à bouder la filière du BTP, au profit de la finance et du conseil. « Surtout s’ils souhaitent avoir des carrières internationales, qui sont impossibles dans un secteur non délocalisable comme le BTP », ajoute-t-il.

… compensées par des enjeux passionnants

Pour Marie Dupuis Courtes, le secteur se rattrape par l’envergure de ses projets. « Nos ingénieurs travaillent sur la reconstruction du patrimoine français comme Notre-Dame de Paris, sur la nouvelle réglementation environnementale RE2020, qui dessine le modèle constructif de demain. Ce sont des enjeux passionnants », rappelle-t-elle. Pour attirer les cadres, certaines entreprises conscientes de ce déficit d’image interviennent dans les écoles de tout horizon, « pour montrer la richesse des métiers et faire naître des vocations », précise Virginie Flore, de SPIE Batignolles.

Des reconversions possibles

Face à cet enjeu d’attractivité, le secteur du BTP n’a pas dit son dernier mot. Il compte notamment sur le dispositif « Transitions collectives » mis en place par le gouvernement en janvier 2021, pour attirer des cadres issus de secteurs d’activité plus sinistrés.

Comparé à d’autres secteurs, celui du BTP propose des opportunités. Nos entreprises sont prêtes à accueillir des cadres de la filière aéronautique, par exemple, de manière provisoire, dans le cadre d’un prêt de salariés ou définitive, dans le cadre d’une reconversion professionnelle.
Marie Dupuis Courtes ? présidente de la commission « Développement des compétences » au sein de la FFB

Spie Batignolles est ouvert aux profils de reconvertis mais uniquement sur des fonctions transverses. « Pour des postes de chargés de développement, de responsables développement commercial ou de chefs de projet innovation, nous nous autorisons à recruter des profils qui ne sont pas issus du BTP », illustre Virginie Flore.

« Même s’il fonctionne en silo, il y a une transversalité qui s’opère dans les compétences : les entreprises font de plus en plus preuve d’ouverture et s’intéressent aux profils issus de l’immobilier tertiaire, du médico-social... », confirme Alexis Eychenne.

 

Ces entreprises du BTP recrutent des cadres en 2021

Quelques exemples de profils recherchés dans ces entreprises :

  • Eiffage Construction : ingénieur structures, conducteur de travaux, ingénieur bureaux d’études...
  • Agiense : conducteur de travaux, préventeur sécurité chantier, ingénieur méthodes, AMO...
  • Bouygues : coordinateur BIM, ingénieur matériel, chargé d’affaires, chargé d’études de prix...
  • Nexity : business analyst, conducteur de travaux, chef de projet performance durable...
  • Cassous : chef de chantier, ingénieur études de prix, économiste de la construction, chargés d’affaires...

Retrouvez ici les offres d'emploi cadres à pourvoir dans le BTP

 

Aurélie Tachot
Aurélie Tachot

Après avoir occupé le poste de rédactrice en chef d’ExclusiveRH.com (entre autres), je travaille désormais à mon compte. Pour Cadremploi, je contribue à la rubrique Actualités via des enquêtes, des interviews ou des analyses sur les évolutions du monde du travail, sans jamais oublier l'angle du digital.

Vous aimerez aussi :