Samuel Tamagnaud : « Les recrutements d’experts et de dirigeants ont été reportés, pas annulés »

Aurélie Tachot

PAROLES DE PRO – Pour Samuel Tamagnaud, directeur général adjoint du cabinet Morgan Philips Group, l’impact de la crise est inégal selon les profils. les candidats les plus agiles sortiront leur épingle du jeu ces prochaines semaines. D’autant plus s’ils justifient d’une expérience au sein d’une start-up.
Samuel Tamagnaud, directeur général adjoint du cabinet Morgan Philips Grou

Comment le Covid-19 a-t-il impacté votre business pendant le confinement ?

 

Samuel Tamagnaud : « En mars et avril, notre activité a été réduite de 50 % suite à la pandémie du Covid-19. L’impact a toutefois été différent selon nos activités. Notre branche dédiée au middle management a marqué le pas tandis que l’executive search a été préservée. Les recrutements d’experts et de dirigeants ont uniquement été reportés, pas annulés. Etant donné la vague de départs qu’engendre la crise sanitaire, notre activité d’outplacement est, quant à elle, restée dynamique. Durant la période de confinement, nous n’avons évidemment pas pu organiser d’entretiens physiques avec les candidats, ce qui a perturbé certains de nos clients, peu habitués à découvrir un profil via la visioconférence. Nous avons dû travailler différemment et utilisé davantage notre outil d’évaluation « Agility », qui permet de mesurer l’agilité des cadres dans leur environnement de travail.

 

Les profils de cadres en marketing et communication souffrent davantage.
Samuel Tamagnaud, directeur général adjoint du cabinet Morgan Philips Group

Peut-on déjà parler de reprise dans certains secteurs d’activité ?

 

Le marché de l’emploi va mettre du temps avant de se relancer. Toutefois, nous pouvons effectivement parler de reprise dans l’industrie pharmaceutique, la grande distribution ainsi que le transport-logistique. Comme avant la crise sanitaire, ce sont essentiellement les profils d’experts dans les fonctions finance, RH et IT ainsi que les fonctions opérationnelles en planification et R&D qui tirent leur épingle du jeu. Ce sont ces mêmes profils d’experts qui étaient, il y a encore quelques semaines, au cœur de la guerre des talents. Ils sont et seront toujours aussi difficiles à recruter. Dans le middle management, les recrutements dans les fonctions comptabilité, gestion et IT digitaux se poursuivent car, crise ou non, ils sont indispensables à la continuité des entreprises. À l’inverse, les profils de cadres en marketing et communication souffrent davantage.

 

À quelles compétences les recruteurs seront-ils les plus sensibles à l’avenir ?

 

D’ores et déjà, les entreprises nous parlent d’adaptabilité, de souplesse, de transversalité, d’inventivité, de capacité à travailler en mode projet…, et moins de hard skills. L’expérience d’un candidat passé par une start-up pourrait, à l’avenir, devenir un critère déterminant pour nos clients, qui ont besoin d’insuffler de l’agilité à leur organisation. Cette souplesse pourrait également être attendue sur les contrats de travail : maintenant que le monde a changé, les missions en freelance et en intérim pourraient être préférées au CDI ou CDD. À l’inverse, le critère géographique pourrait passer au second plan : la crise du Covid-19 nous a montré que nous parvenions à travailler efficacement à 200 kilomètres de notre lieu de travail. Plutôt que de systématiquement privilégier les grandes métropoles, les entreprises pourraient par exemple se relocaliser dans des villes moyennes.

 

Avez-vous une question fétiche, que vous posez aux candidats depuis la fin du confinement ?

 

Oui, nous posons systématiquement une question que nous posions peu avant : « comment vous sentez-vous ? » L’objectif de cette question n’est pas d’en savoir plus sur les compétences des candidats mais de connaître leur état d’esprit. Ce dernier est d’ailleurs très différent selon les individus : certains ont subi beaucoup de pression en travaillant chez eux et en enchaînant les calls tandis que d’autres ont vu leur activité se réduire, donc la pression tomber. »

 

Le cabinet Morgan Philips en quelques chiffres :

  • Environ 1500 recrutements en 2019 en France
  • 130 consultants en France en 2020
  • Chiffre d’affaires 2019 : 28 millions d’euros en France
  • Créé en 2013
Aurélie Tachot
Aurélie Tachot

Après avoir occupé le poste de rédactrice en chef d’ExclusiveRH.com (entre autres), je travaille désormais à mon compte. Pour Cadremploi, je contribue à la rubrique Actualités via des enquêtes, des interviews ou des analyses sur les évolutions du monde du travail, sans jamais oublier l'angle du digital.

Vous aimerez aussi :