La sobriété énergétique, un sujet à aborder en entretien de recrutement ?

Sylvie Laidet

TEMOIGNAGES – Le sujet de la sobriété énergétique tournait en boucle dans l'actualité bien avant la bourde monumentale de l’entraineur du PSG*. Pour savoir s’il est judicieux d’interroger votre futur employeur sur sa politique de voyages d’affaire, de recyclage, ou encore d’économie d’énergie… Cadremploi a posé la question à trois recruteurs. Voici leurs réponses. Et vous, avez-vous déjà posé la question en entretien ? Vos commentaires sont les bienvenus (dans le forum tout en bas ou en partageant l'article sur les réseaux sociaux ).
La sobriété énergétique, un sujet à aborder en entretien de recrutement ?

Pierre Cannet, PDG du cabinet Blue Search Conseil

Pierre Cannet_Blue Search
Pierre Cannet

« Après les questions sur le poste, les missions et la rémunération, les candidats se sont mis à nous interroger sur les conditions de travail. Quid du télétravail, du travail hydride, de l’organisation,… ? Ces derniers mois, en entretien, leurs questions portent également sur la RSE (responsabilité sociale de l’entreprise). Aussi bien sur les valeurs que sur les engagements sociétaux de l’entreprise. Mais je n’ai pas encore entendu de questions sur la sobriété énergétique. Néanmoins, je trouverais logique que les candidats grattent ces sujets. Notamment si les employeurs affichent publiquement des engagements sur ces problématiques. Si notre client, donc l’entreprise, nous dit qu’il est sensible à la sobriété énergétique, on va lui demander des indicateurs probants sur le sujet. Des informations que nous pourrons alors communiquer aux candidats. Poser ce type de question peut permettre de convaincre un employeur. En tout état de cause, nous ne poserons pas de questions sur la sobriété énergétique du candidat dans sa vie personnelle, car c’est interdit. En revanche, on pourrait très bien lui demander comment ce sujet était appréhendé par son précédent employeur ».

Coralie Rachet, directrice générale France du cabinet de recrutement Robert Walters

Coralie Rachet

« Pour 64% de nos candidats, le sujet de la RSE est un élément déterminant dans le choix de l’entreprise. Et de plus en plus, ils nous interrogent sur l’engagement écologique des employeurs. Les consultants de notre division ingénieurs ont par exemple des questions sur la stratégie bas carbone, sur le verdissement des procédés de fabrication…. Certains employeurs, dans l’immobilier notamment, sont plus attractifs car ils ont cette sensibilité. Dans les packages de rémunération, on a de moins en moins de véhicules de fonction au profit de primes de transports plus verts (vélo, covoiturage, etc).  Les employeurs se préparent à parler de leur empreinte carbone mais je n’ai encore jamais vu de candidats refuser un poste car les déplacements professionnels étaient prévus en avion ! ».

Maxime Masraff, managing partner chez LesTalents by Frenchfounders

Maxime Masraff

« Soyons francs : les questions écologiques restent encore anecdotiques en entretien de recrutement. Les candidats auront plus ou moins intérêt à en parler selon la sensibilité ou l’actualité d’un futur employeur sur le sujet. Certaines industries n’ont pas encore pris le sujet à bras le corps. Donc prudence, au risque de passer pour un empêcheur de tourner en rond. Un candidat peut l’évoquer mais sans jugement. Mieux vaut demander « quelle est votre politique de mobilité pour les voyages d’affaire ? » que de lancer « que pensez-vous de la tendance au verdissement des flottes auto ? ». Car si l’entreprise n’a rien mis en place, elle pourrait se sentir agressée ».

 

A quand les "Chief sobriety officer" ?

Les« ambassadeurs de la sobriété », qu'appelait de ces vœux la Première ministre lors des universités du Medef, ont fait une timide apparition dans les annonces. Mais la majorité des appellations de postes inclut plutôt "l'efficacité énergétique" ou la "transition énergétique" que la "sobriété" pour le moment. Exemples de postes à pourvoir :

  • responsable sobriété et décarbonation
  • chef de projet sobriété énergétique
  • ingénieur efficacité énergétique
  • chargé de mission transition énergétique

A noter que d'autres postes en commercial/vente, communication, office management ou comptabilité inclut la sobriété énergétique dans leurs attributions mais le mot n'apparait pas dans leur titre.

* En conférence de presse, l'entraineur du PSG a été interrogé sur la politique de déplacement des joueurs. Prendre le train plutôt que l'avion, est-ce envisageable ? Christophe Galtier a préféré ironiser et répondre "on est en train de voir si on peut se déplacer en char à voile". Sa réponse a suscité de nombreuses réactions négatives, dans un contexte de crise climatique, et après un été de polémique sur les déplacements en jet privé des grandes fortunes.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :