Avec Cadr'action, les cadres se serrent les coudes dans les Pays de la Loire

Publié le 28 septembre 2015 Ingrid Falquy

Réunions en petits groupes, ateliers professionnels, accès à une CVthèque, contacts privilégiés avec les recruteurs… Voilà toute l’étendue de l’offre de Cadr’action.

Plusieurs centaines d’adhérents se serrent les coudes au sein du réseau Cadr’action. Cette association régie par la loi 1901 réunit des cadres et assimilés cadres en recherche d’emploi dans les Pays-de-la-Loire*. Ils ont la possibilité de publier leur CV dans une base de données, et d’accéder à tout moment à un intranet avec des informations sur les entreprises qui recrutent dans la région.

Mais le cœur de l’association, ce sont les rencontres. « Cadr’action remédie au problème principal du chercheur d’emploi installé dans une nouvelle ville : la solitude », explique le président Christian Boulaine. Ainsi les membres fonctionnent par équipes, suivant l’endroit où ils vivent, leurs âges, leurs corps de métier. « On rassemble des personnes d’horizons différents, car notre objectif est de brasser les compétences ». Ils se tiennent au courant de leurs avancées, se conseillent et s’encouragent.

 

Des ateliers sur des thèmes précis

En plus des réunions locales hebdomadaires, les membres s’engagent à assister à une plénière chaque lundi à Rezé, près de Nantes, pendant laquelle ils rencontrent un acteur de l’emploi. Enfin, ils ont accès à des ateliers d’apprentissage, animés par des membres. Suivant les propositions, des activités très diverses peuvent être proposées. Les plus traditionnelles restent cependant les cours d’anglais ; l’atelier oral d’une demi-journée d’anglais ; et les leçons de techniques de recherche d’emploi, qui s’échelonnent sur trois semaines.

Christian Boulaine explique que chaque membre doit être moteur. C’est pour cela que deux éléments conditionnent l’adhésion : la cotisation (de 70 euros à 120 euros, pour les personnes indemnisées par Pôle emploi) et l’investissement personnel. « On demande aux adhérents de se bouger. On attend d’eux qu’ils soient utiles et mettent en avant l’association ». Il l’assure, avec ces méthodes, 70 % des adhérents retrouvent un emploi dans les cinq mois.

 

* il existe des antennes à Nantes, La Baule, Saint-Nazaire, Cholet, Veaux, La Roche-sur-Yon

Ingrid Falquy
Ingrid Falquy

Vous aimerez aussi :