« Comment j'ai été recruté chez Celerant Consulting »

Publié le 01 janvier 2007 Sylvia Di Pasquale

Bastien Roux, 28 ans, consultant senior chez Celerant Consulting revient sur sa période de recherche d'emploi.

Il en faut beaucoup pour l'effrayer. En tous cas, une mission dans un endroit éloigné et isolé ne saurait le décourager. « Je suis mobile, limite nomade, » sourit Bastien Roux. Et doué pour l'anglais et l'allemand, ce qui reste le meilleur bagage lorsque l'on voyage. Ce goût de l'ailleurs et ses connaissances en stratégie opérationnelle, l'ont amené vers le cabinet Celerant Consulting où il est consultant senior depuis juin 2006.

Une deuxième expérience professionnelle après un accident industriel

« J'étais consultant depuis trois ans dans un cabinet anglo-allemand spécialisé dans l'industrie pharmaceutique. » Mais celui-ci a déposé son bilan. « Trois mois avant la cessation d'activité, j'ai compris que c'était la fin. Alors je me suis activé ». Et d'acheter la presse, de consulter les sites web et de se rendre aux forums emploi des grandes écoles, notamment de celle dont il est diplômé, l'ESCP-EAP. « Mais c'est un livre qui m'a permis de bien cibler ma recherche d'emploi. » Un guide des cabinets de conseil en management qui recense les cent premiers cabinets présents sur le marché français et apporte des informations précises sur leur activité. « J'ai sélectionné tous les cabinets qui me correspondaient, au travers de leur histoire, leurs spécialités, leurs implantations à l'étranger, et je leur ai écrit ».

Les vertus de l'entretien

Le marché de l'emploi du conseil étant souriant en ce début 2006, la plupart lui répondent et le reçoivent en entretien. C'est de cette manière qu'il va être choisi et va choisir. « Un entretien n'est pas seulement un acte unilatéral. Evidemment, l'entreprise décide si le candidat fait l'affaire ou pas. Mais ça marche aussi en sens inverse. C'est un moment où l'on peut se faire une idée sur l'entreprise et ceux qui y travaillent. On fait un métier où l'on travaille beaucoup. Autant le faire avec des gens que l'on apprécie. »

Faire l'éponge

En juin 2006, trois mois après la fin de son contrat précédent, Bastien Roux et Celerant Consulting se choisissent d'un commun accord. Et la route de ce mobile nomade de 28 ans de continuer au sein de ce cabinet qui possède des bureaux un peu partout en Europe. « Je suis souvent en déplacement. A ce stade de ma carrière, je suis une éponge, j'absorbe tout, je fais un apprentissage accéléré de la façon dont le monde économique fonctionne aujourd'hui et rien ne me rebute. » Et Bastien Roux de ne pas cacher sa curiosité pour le développement durable ou l'économie solidaire, des thèmes qu'un consultant ne peut ignorer à notre époque : « Ce sont des théories intéressantes, j'espère qu'un jour un de mes clients s'y intéressera de près. Je serai curieux de l'aider à adapter ces théories à son environnement, s'il le demande. » Dans les limites de sa propre éthique. « Si je devais travailler pour un client spécialisé dans l'armement, j'aurais du mal, » concède-t-il.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :