E-commerce : un secteur qui tient bon

Sébastien Tranchant

La crise sert les intérêts du e-commerce. Les clients sont de plus en plus nombreux sur la Toile. Seul bémol : le panier moyen a baissé de 4 euros en un an.

S'il y a un secteur qui ne déprime pas, c'est bien le e-commerce. Selon le dernier baromètre de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), « le commerce électronique a progressé de 25% au cours du 1er semestre 2009 par rapport au 1er semestre 2008. La bonne tenue des ventes en ligne au premier trimestre (+26%) s'est donc confirmée au cours du deuxième trimestre (+25%). » Sur les six premiers mois de l'année, le montant total des ventes en ligne est estimé à 11,3 milliards d'euros.

78% des consommateurs achètent sur le web

Paradoxalement, la crise sert les intérêts du secteur (25 milliards de CA estimé d'ici à la fin 2009) : en effet, les prix cassés pratiqués tout au long de l'année sur la Toile attirent un nombre grandissant de clients internautes. 78 % des consommateurs achètent aujourd'hui à distance. Toujours selon le baromètre de la Fevad, sur les six premiers mois de 2009, « ce sont plus de 110 millions de transactions qui ont été enregistrées par les sites de e-commerce. Rapporté au nombre de cyberacheteurs ayant déclaré avoir acheté lors du semestre, cela correspond à 5,7 opérations par e-consommateur, soit près d'une transaction par mois. »

Baisse du panier moyen

Les ventes au grand public (hors voyages-loisirs) sont en hausse de 9% (contre 13% en 2008). Les produits « mode et textile » progressent de 11%, les produits techniques de 7%, le e-tourisme croît quant à lui de 5 %. Petit bémol tout de même : en un an, le panier moyen a baissé de 4,3 % passant de 93 € à 89 €.

 

Les autres articles du dossier :

Le e-commerce embauche

 

E-commerce : un secteur qui tient bon

 

Quand le web fait surfer les emplois de la grande distribution

 

Web, e-commerce, ingénierie : la région Rhône-Alpes plus que jamais branchée

Sébastien Tranchant
Sébastien Tranchant

Vous aimerez aussi :