1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité métiers et régions >
  4. Emploi cadres en région : les secteurs qui recrutent

Emploi cadres en région : les secteurs qui recrutent

emploi-cadres-en-region--les-secteurs-qui-recrutent

Séverine Dégallaix

23/01/2014

Région Ile-de-France,Région Nord,Région Grand Ouest,Région Sud Ouest,Région Méditerranée,Région Rhône-Alpes,Région Grand Est

À l’heure où les entreprises bouclent leur bilan 2013 et établissent leurs prédictions pour 2014, des spécificités se dessinent en fonction des régions, rapporte le dernier baromètre Hudson. Les ingénieurs et les commerciaux restent globalement les plus courtisés. Les entreprises de taille moyenne, implantées en régions, recherchent de plus en plus de cadres au profil international.

Ile-de-France : des ETI et PME dynamiques

De par la nature de son tissu économique, l’Ile-de-France recrute plus de cadres que les autres régions, comme l’explique Marc Puyoulet, directeur général adjoint de Hudson France : « elle rassemble 35 % des cadres du pays et 50 % des recrutements. » Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les grandes entreprises ne sont pas celles qui embauchent le plus, car elles ont tendance à se focaliser sur l’international. En revanche, « les activités autour de ces grands groupes bénéficient de leur dynamisme. Les ETI et PME se développent et recrutent. » À noter que c’est l’une des régions où les cadres de la banque-finance-assurance s’en tireront le mieux en 2014.

Nord : des ingénieurs avant tout

Le Nord est à la recherche d’ingénieurs, principalement dans l’industrie textile et dans le domaine de la logistique. Mais ce n’est pas tout, d’après Marc Puyoulet : « il y a beaucoup de grandes entreprises de distribution, les commerciaux sont donc indispensables. Et il ne faut pas oublier les patrons intermédiaires : directeurs régionaux, responsables… » Enfin, les NTIC sont assez présentes dans la région. Les offres pour ce début d’année concernent notamment les ingénieurs télécoms et les ingénieurs application mobile ainsi que les chefs de projet web.

Grand Est : une pénurie marquée

La Lorraine, l’Alsace, la Champagne-Ardenne, la Bourgogne et la Franche-Comté souffrent de leur éternel problème : le manque d’attractivité. « En Alsace et Lorraine notamment, il existe des spécificités culturelles très marquées qui ont tendance à rebuter les candidats extérieurs », souligne Marc Puyoulet. Ainsi, si la reprise de l’activité dans la région a tendance à s’effectuer au ralenti, les entreprises peinent tout de même à trouver des talents pour occuper leurs postes clefs.

Rhône-Alpes : l’international en pleine ascension

Comme en Ile-de-France, le marché rhônalpin rassemble de nombreuses PME et ETI très actives à l’international qui affichent d’importants besoins à l’export. Des besoins qui se ressentent sur les compétences recherchées : l’anglais est indispensable, et une expérience de l’international appréciée. Heureusement, « rares sont les formations qui ne prévoient pas d’échanges avec d’autres pays, qu’ils s’agissent de stages ou de passer un ou deux semestres dans une école à l’étranger. »

Grand Ouest : un podium pour les ingénieurs

Dans les régions atlantiques, trois secteurs seront porteurs cette année : l’agroalimentaire, l’énergie et l’aéronautique. Selon Marc Puyoulet, « il y a eu tout un mouvement de restructuration des grandes filières agroalimentaires avec une vigilance sur les coûts et des années difficiles, mais la reprise est en vue. » Côté énergie, le marché de l’emploi bénéficie du dynamisme de l’éolien. Enfin, « dans l’aéronautique, l’industrie des composites est très active. Il y a aussi ce projet d’aéroport à Nantes qui fait polémique, mais s’il va à son terme, il générera des recrutements. » Tout ceci explique que le Grand Ouest souffre particulièrement de la pénurie d’ingénieurs généralisée.

Méditerranée : les services en tête

« Traditionnellement, c’est une région où le commerce, les services et le tourisme sont très bien représentés, rappelle Pierre-Louis Cisamolo, Directeur Senior chez Michael Page Sud-Est. On y voit des créations de postes dues à l’externalisation d’activités qui ne sont pas dans le cœur de métier de l’entreprise, en logistique par exemple. » Les cadres qui souhaitent partir à la recherche du soleil peuvent aussi avoir toutes leurs chances dans le domaine de la santé et des biotechnologies : « clairement, il superforme par rapport aux autres. » Enfin, certaines fonctions sont estampillées métiers d’avenir : toutes celles liées au e-commerce et aux NTIC.

Sud-Ouest : des activités diversifiées

« Le quart sud-ouest tire plutôt bien son épingle du jeu, notamment grâce à la diversité de son environnement économique, » estime Patrick Favre, Directeur Senior chez Michael Page. Car le Sud-Ouest, ce n’est pas seulement Toulouse et l’aéronautique : « c’est aussi l’agroalimentaire, avec des coopératives dynamiques qui se musclent sur les fonctions commerciales et les activités viticoles du Bordelais qui recrutent pour l’international. C’est aussi l’informatique, l’électronique, la logistique. C’est aussi la papeterie, région forestière oblige. » Mais quel que soit le secteur, le Sud-Ouest ne fait pas exception à la règle : ce sont les ingénieurs et les commerciaux qui s’en sortent le mieux. Et pour peu qu’un candidat cumule des compétences en vente avec une formation technique, il sera activement courtisé !

Séverine Dégallaix © Cadremploi.fr

9

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Fabrice

18/02/2014

à 21:01

"Il y a aussi ce projet d’aéroport à Nantes qui fait polémique, mais s’il va à son terme, il générera des recrutements."

SI il va a son terme il générera de la concentration. ( moins d'aéroport sur l'ouest, voir les discours d'il y a quelques années). Si il n'y va pas il n'en générera pas. ( et ne générera pas d'emploi non plus).
Pour moi, le recrutement des cadres (ou de toutes les catégories de personnes) n'est pas lié à ce genre de projet de façade.

" Côté énergie, le marché de l’emploi bénéficie du dynamisme de l’éolien. Enfin, dans l’aéronautique, l’industrie des composites est très active"

Voilà un commentaire qui me semble plus concret et réaliste, les enjeux et les opportunités en emplois sont beaucoup plus intéressantes dans ces domaines.

> Répondre

Eric

09/02/2014

à 10:07

Les secteurs qui recrutent

"A l’heure où les entreprises bouclent leur bilan 2013 et établissent leurs prédictions pour 2014"

à moins de lire le marc de café du matin, les entreprises font plus de prévisions que de prédictions

> Répondre

Guy

03/02/2014

à 16:13

Je vais avoir 60 ans et suis totalement d'accord avec ce qui est dit ci-dessus au sujet des séniors. Une vraie gabegie de savoir, de compétences, accompagné de l'exploitation par des chefs d'entreprise sans scrupule qui vous rémunèrent comme un débutant alors que vous avez une autre efficacité. Des chutes de salaire supérieures à 50 % ne sont pas rare car il faut bien nourrir sa famille.
Aucune des belles paroles des gouvernements, l'actuel mais aussi le précédent n'a réellement été suivi d'effets. Dans l'esprit du monde du travail et j'en veux particulièrement aux soi-disant chasseurs de tête, si l'on reste incompétent jusqu'à 30 ans, on devient sénile dès 45 alors que dire lorsqu'approche la soixantaine!
La mobilité ne paye pas non plus. Que faut-il? Tout le monde ne peut pas devenir manager de transition, tout le monde ne peut pas devenir consultant, tout le monde ne peut pas créer une entreprise nouvelle ou en reprendre une (les banques suivraient elles?) mais tous les séniors ont une réelle expertise et un vrai savoir-faire. En s'en débarrassant, des pans entiers du savoir des entreprises disparait ainsi... Bravo.

> Répondre

Soline

31/01/2014

à 19:00

bonjour,

C'est très gentil de mettre les secteurs qui recrutent. Mon mari a postulé partout et on ne lui répond qu'une fois sur cent. tout simplement parce qu'il est senior, donc pour les entreprises qui recrutent il n'es t plus bon à rien.
soyez corrects ne dites pas qu'il y a du travail car nous avons toujours été mobiles
cordialement Virginie

> Répondre

William

24/01/2014

à 14:51

Oui en effet , avec un taux d'emploi national pour les plus de 55 ans de seulement 44%, et des entreprises qui ne jouent pas le jeu, avec de surcroît un dumping salarial qui de ce fait privilégie les jeunes diplômés, la situation ne va pas s'arranger en méditerranée dans le secteur des services.
On voit depuis plusieurs années une recrudescence des ruptures conventionnelles...

> Répondre

bastet

24/01/2014

à 12:27

Bonjour, Monsieur,

Je vous rassure cela est équivalent même à 46 ans, rien pour nous, ne perdez pas courage, malgré une bonne dose de réalisme, rien n'est fait en notre faveur, dommage car la France perd en compétences et en qualité.

Cordialement,

> Répondre

hafid

24/01/2014

à 10:23

Eric, je te rassure, j'ai 32 ans, diplomé d'un Master (voir profil Linkedin: LAARAJ Hafid) avec une expérience de 7 ans dans le commerce b to b.

Dernier poste directeur agence dans l'électricité et les entreprises ne font pas assez confiance aux jeunes cadres non plus. Malgré ma forte motivation, je n'ai pas réussi à reprendre un poste depuis plus d'un an en France malgré ma mobilité.

Pour moi, une lueur d'espoir se trouve à l'étranger.

La reprise des recrutements des cadres en Méditerranée ou ailleurs est qu'une utopie car ils prennent même pas le temps de répondre sérieusement à nos envoies et lettre ciblés.

Je reste optimiste pour la suite. Bon courage.

> Répondre

Antoine C.

24/01/2014

à 09:44

J'aime les beaux clichés véhiculés sur l'Alsace et la Lorraine. Quelles sont ces "spécificités culturelles" qui rebutent tant les candidats? J'aimerais en savoir un peu plus sur cette fine analyse sociologique...

> Répondre

58 ans et sur le carreau

24/01/2014

à 08:16

On recrute dans le secteur du commerce en mediterranée et tant mieux mais le recrutement des plus de 55 ans restera un probléme pour ceux et celles qui sont au bord de la route avec leur age
5 ans sans trouver malgre l'envoi de CV dans les divers sites d'emploi , pas de reponses ou des reponses "amicales" du style votre parcours est interessant mais nous ne donnons pas suite a votre demande ( pourtant on colle a 90% a leurs critéres) et etre obligé de faire 50 km pour aller travailer au smic dans une entreprise
Enfin tant mieux pour ceux et celles qui auront la chance de retrouver un emploi et sa dignité

eric Lovergne

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte