Les transports, la logistique et les achats en quête de nouveaux profils plus qualifiés

Céline Chaudeau

Le secteur se porte bien et les métiers du transport, de la logistique et des achats affichent des besoins en main d’œuvre de plus en plus importants. Des profils de plus en plus qualifiés et spécialisés.
Les transports, la logistique et les achats en quête de nouveaux profils plus qualifiés

C’est une start-up qui roule. Depuis dix-huit mois, Stuart propose un service de livraison innovant. « L’idée est, grâce à notre plate-forme, de rendre le métier de coursier plus efficient comme les VTC l’ont fait avec le transport de personnes, explique Nicolas Breuil, le responsable marketing de l’entreprise. Grâce à notre grande flotte de livreurs indépendants, nous nous adressons aux marchands en tout genre. Nous travaillons avec des commerces de proximité comme des pressings, des retoucheurs ou des imprimeurs, mais aussi avec de grandes enseignes telles que Carrefour pour le cheminement de panier de courses par exemple, ou Zalando, dans l’e-commerce, pour ses retours colis. » Et avec 85 collaborateurs déjà répartis dans cinq villes, la start-up ne compte pas en rester là. « Au-delà des livreurs, nous avons besoin de profils très qualifiés en logistique, c’est-à-dire de développeurs pour optimiser notre plate-forme web et mobile ou encore de data scientist pour identifier les meilleurs coursiers en temps réel. »

>>Retrouvez les offres Cadremploi pour les fonctions transport-logitique-achat

 

Une variété de métiers méconnus

« Quand on pense transport et logistique, on pense parfois spontanément aux camions et aux palettes alors que le secteur est tellement plus vaste et plus riche », sourit Mickaël Ledru. Consultant en transport et logistique au cabinet Hays, il décrit volontiers une chaîne de métiers et des profils de plus en plus complexes. « À côté des chauffeurs, on trouvera aussi des exploitants, des responsables d’agence, des coordinateurs pour le transport. À cela s’ajoutent, en logistique, des chefs d'équipe, des responsables de service, des directeurs région ou encore des responsables logistiques sur des fonctions transverses. Enfin, la logistique déborde naturellement sur d’autres secteurs comme les achats et la supply chain quand il s’agit de gérer des flux et des stocks. Cela génère encore d’autres besoins en gestionnaires logistiques et planificateurs. Entre autres… »

À lui seul, Jean-Philippe Labaronne témoigne également de la diversité du secteur. « Nous cherchons régulièrement des profils très variés allant des candidats sans qualification particulière jusqu'à des profils d'ingénieurs ou de polytechniciens de niveau bac +5, explique le directeur des ressources humaines de FM Logistic France, spécialiste des métiers de l’entreposage, du transport et du conditionnement. À côté des besoins en caristes et autres opérateurs de conditionnement, l’entreprise fonctionne aussi avec des chefs d’équipe, des contrôleurs de gestion ou des ingénieurs informatiques. » Ici comme ailleurs les problématiques de niveau de stocks, coûts logistiques et transport et disponibilité produits deviennent en effet essentielles.

 

Une activité en croissance dans tous les secteurs d’activité

Sans surprise, le cabinet Michael Page enregistre une demande de plus en plus importante sur des postes de chefs de projet supply chain et logistique, ainsi que sur des postes en méthodes. « Les premiers conduiront les changements nécessaires, les seconds les chantiers d’optimisation, améliorant ainsi l’efficacité et la réduction des coûts, résume Sébastien Perdereau, spécialiste des secteurs transports, logistique et achats. Les experts de la gestion de projets et du lean management sont ainsi valorisés, d’autant plus si leur parcours présente une expérience opérationnelle. Et il faut, sur ces profils, souligner une forte appétence des entreprises, tous secteurs confondus, pour les profils issus de l’industrie. » Le cabinet décrit, sur l'ensemble de l'activité supply chain, une croissance de presque 10 % en 2016. « Le contexte global est bon et les ordres de mission croissants sur à peu près tous les secteurs d'activité, avec une poussée encore un peu plus forte sur le secteur industriel. » Dans l’aéronautique et la défense, les besoins de ressources sont portés par un double effet d’augmentation de volumes de commandes et de déficit de compétences chez des équipementiers, notamment dans les PME. « La distribution a aussi généré des besoins, portés notamment par le secteur du e-commerce. Celui-ci doit travailler à la mise en place ou l’amélioration de ses processus logistiques, dans des contextes de croissance forte pour certains, de recherche d’optimisation pour d’autres. »

Partout dans ces métiers, les signaux sont au vert. « Le 2e trimestre 2016 a été vraiment intense et de nombreux postes nous ont été confiés par nos clients », abonde Romain Devrièse, directeur chez Fed Supply, un cabinet dédié aux recrutements temporaires et permanents des métiers de l’administration des ventes (ADV), des achats et de la logistique. « L’essor du CDI par rapport aux contrats temporaires montre que les entreprises sont confiantes quant à leurs perspectives, ce qui augure une année 2017 elle aussi dynamique. »

Céline Chaudeau
Céline Chaudeau

Vous aimerez aussi :