1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité métiers et régions >
  4. Pourquoi Lyon fait rêver 40 % des cadres parisiens

Pourquoi Lyon fait rêver 40 % des cadres parisiens

pourquoi-lyon-fait-rever-40--des-cadres-parisiens

Farah Sadallah

31/08/2017- réactualisé le 29/09/2017

X

Quitter Paris pour la Capitale des Gaules, une folie ? Retrouvez toutes les réponses à vos questions dans notre émission spéciale du jeudi 31 août pour vous faire votre propre idée.

Aussi appelée la Ville des Lumières, Lyon est connue pour ses nombreux atouts historiques, culturels, artistiques, gastronomiques, mais aussi économiques. En bref, c’est un Paris à taille humaine, auquel pensent les cadres parisiens quand des envies de fuir la capitale leur viennent. Pour preuve, c’est leur troisième destination préférée pour vivre et travailler, selon le sondage 2017 réalisé par Cadremploi sur les villes préférées des cadres parisiens. 40 % d'entre eux choisiraient de quitter Paris pour Lyon, principalement motivés par les opportunités professionnelles offertes par la Capitale des Gaules.

Est-ce une bonne idée ? Lyon est certes le 2e bassin d'emploi des cadres français mais à quel marché du recrutement faut-il s'attendre ? Confirmés et expérimentés peuvent-ils y poursuivre leur carrière sans repartir de zéro ? Les entreprises lyonnaises aiment-elles les jeunes diplômés ? Est-il facile pour le conjoint de retrouver un emploi ? Notre vidéo "Spécial Quitter Paris pour Lyon" répond à ces questions (voir video ci-dessus), avec notre invité expert en recrutement, Sébastien Blanchet.

Sébastien Blanchet est associé chez Talented et Teal Executives, des cabinets de recrutement implantés à Lyon et dans toute la France. Ils sont spécialisés dans les recrutements de cadres experts, de managers opérationnels et de dirigeants. 

 

Comment bien préparer son départ ?

Selon notre expert en recrutement, il y a deux manières de quitter Paris pour une autre ville. Le plus souvent vous venez seul pendant de votre période d’essai. Et vous faites le choix de prendre un logement de transition à Lyon, en attendant de faire venir votre famille. Soit votre déménagement est un vrai projet familial et vous acceptez de faire les allers-retours au début, le temps de réussir l’implantation de toute votre famille. Dans tous les cas, le conjoint n’aurait pas de difficultés à retrouver un emploi, selon Sébastien Blanchet, « le bassin d’emploi étant très riche et très diffus en termes de contenu de métiers à Lyon, contrairement à Nantes ou à Bordeaux ».

>>Retrouvez nos vidéos sur les opportunités pour les cadres qui veulent aller travailler à Bordeaux et à Nantes

 

Faut-il forcément baisser ses prétentions salariales quand on quitte Paris pour Lyon ?

Selon l’étude Cadremploi, 56 % des cadres parisiens interrogés seraient prêts à sacrifier une partie de leur salaire en quittant Paris pour une région et 35 % accepteraient un niveau de poste moins élevé. Les cadres parisiens vont-t-ils voir leur salaire baisser en prenant des postes à Lyon ? Pas forcément selon Sébastien Blanchet. S’il vient s’installer à Lyon pour occuper un poste à plus haute responsabilité, il verra son salaire augmenter en conséquence. D’autant plus que les cadres connaissent le plein emploi. Et le nombre d’offres étant supérieur au nombre de candidats, « le candidat est en position de force et peut renchérir sur le salaire qu’il percevra à Lyon », analyse le recruteur.  

Quels sont les secteurs et les métiers qui recrutent des cadres à Lyon ?

>> Retrouvez ici nos offres d’emploi à Lyon et ses environs

Lyon est la seconde agglomération industrielle de France. Il semblerait donc évident d'orienter ses recherches vers le secteur de l’industrie. Les filières du caoutchouc, plastique, chimie, pharmacie, énergie, environnement, numérique…se sont modernisées en profondeur pour devenir des usines 4.0. Celles-ci recherchent des profils ayant des compétences techniques et managériales, notamment des ingénieurs et cadres intermédiaires, comme des chefs de projet, ou des chargés d’affaires réglementaires (surtout dans le médical) mais aussi des responsables méthodes, maintenance ou industrialisation. La filière mécanique-outils est également très dynamique. L’objectif étant de renouveler le personnel vieillissant qui part à la retraite. En revanche ces profils restent difficiles à trouver.

En plus de booster les recrutements dans l’industrie en Auvergne-Rhône-Alpes, la filière du numérique est aussi à l’origine des recrutements dans les services. En 2017, l’Apec prévoit 7 embauches sur 10 dans ce secteur, grâce au dynamisme des activités informatiques et de l’ingénierie R&D. Et on estime à 4 000, le nombre de recrutements par an pour les filières ingénierie, informatique & études, conseil et services dans les prochaines années. Les commerciaux restent néanmoins les profils les plus recherchés dans le secteur des services.

Autre recruteur potentiel, les entreprises étrangères qui viennent s’installer à Lyon. C’est le résultat du travail de l’Agence pour le développement économique de la région lyonnaise (Aderly) qui accompagne ces entreprises, de toutes tailles et tous secteurs confondus. En 2016, elle a implanté 110 entreprises étrangères qui devraient aboutir à la création de 2045 emplois en trois ans, soit 11 % de plus par rapport à 2015. Et quels sont-t-ils ? « 8 fois sur 10, les entreprises recherchent des ingénieurs spécialisés dans l’IT, la robotique ou la mécanique des fluides et des profils techniques et commerciaux aux frontières du consulting », explique Marie-Pierre Gottwald, l’une des deux consultantes dédiées aux RH au sein de l’Aderly. Dans tous les cas les profils recherchés restent les mêmes : une expérience internationale et un profil entrepreneurial pour s’adapter à des marchés souvent tournés vers l’export avec des équipes réduites où les missions peuvent être élargies.

Les entreprises lyonnaise et pas seulement étrangères sont également à la recherche de profils de consultants dans la supply chain et la performance industrielle, selon Sébastien Blanchet. Ces derniers sont très nombreux à Paris et sont donc une cible de choix à Lyon. En termes d’expériences professionnelles, les profils entre 1 et 10 ans d’expérience ont plus de chance d’être recrutés (56 % des embauches cadres).

Et si je veux travailler dans une start-up ?

La gastronomie 2.0 vous passionne ? Et si vous décidiez de travailler sur les quenelles, les bugnes ou les pralines roses ? 80 jeunes entreprises gastronomiques ont suivi la vague de la FrenchTech et se sont regroupées autour de la bannière Foodtech Lyon Auvergne-Rhône-Alpes. 50 start-up vont être créées en plus d’ici 2020 et tout cet écosystème va avoir besoin de nouvelles recrues dans les métiers du digital bien sûr mais aussi pour des fonctions support ou encadrement. C’est le cas de La Fraîcherie, qui vend fruits et légumes découpés. Et d'un autre fleuron de la foodtech lyonnaise, Ici&Là, surnommé le "boucher vert" car il fabrique des steaks et des boulettes de légumes, qui n’a recruté que des cadres pour l’instant. En revanche, si vous vous engagez dans une foodtech, la prudence est de rigueur, puisque le taux de pérennité des entreprises de la restauration n’est que de 57 % en France.

Est-ce facile de se loger à Lyon ?

Une chose est sûre les loyers à Lyon sont nettement inférieurs à ceux de Paris. Comptez 3 140 euros du mètre carré en moyenne dans l’ancien contre 9 000 euros en moyenne à Paris. Bien entendu, tout dépend du quartier choisi. Les quartiers centraux tels que Bellecour, les Terreaux, le Vieux Lyon ou encore le 6e arrondissement avec le parc de la Tête d’Or seront plus chers que les alentours de Montchat, Monplaisir et Gerland, plus périphériques. La Part Dieu reste le quartier d’affaires de Lyon où les loyers ne dépassent pas 3 500 euros le mètre carré. Le quartier actuellement le plus prisé des Parisiens ?  la Croix Rousse, une colline légèrement excentrée qui surplombe la ville des Lumières. Et personne ne sait pourquoi. Si vous avez une idée, n'hésitez pas à la partager en commentaires...

Fait-il vraiment bon vivre à Lyon ?

La ville aux deux collines s’affirme comme étant une métropole verte où il fait bon vivre, avec ses 12 000 hectares d’espaces naturels. En font partie les berges du Rhône et la Saône, qui ont été entièrement aménagées et piétonnisées. Parlons parc. Celui de la Tête d’Or est le plus grand d’Europe en zone urbaine. Autant d’éléments qui font de Lyon une ville ouverte et agréable à vivre.

4

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Boursedegorille

07/06/2018

à 10:45

Croix rousse a vraiment une identité forte politiquement,elle se revendique de gauche mais le prix des loyers font qu elle s est boboïsé a fond,sinon, sinon Très bon article l ami

> Répondre

Air pur

11/09/2017

à 15:19

Pensez à apporter vos masques autonomes.

> Répondre

kcirtapain

06/09/2017

à 21:55

On dit Montchat, et non Mont chat, et surtout Monplaisir (et non Mont plaisir !) Quand à la croix-rousse, l'attirance vient de plusieurs facteurs : Une vraie âme de village, beaucoup de charme, de petits restos, de petits endroits culturels et/ou branchés, etc... Tout cela sur une colline un peu séparée du reste.

> Répondre

En réponse à kcirtapain

Vero

08/09/2017

à 06:45

La cx rousse c est aussi l associatif et le partage, des valeurs humaines et une grande mixité.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte