Qui embauchera dans l'Ouest en 2010 ?

Tiphaine Réto

La crise est passée, mais tous n'ont pas trépassé. Gros plan sur les secteurs qui continuent d'embaucher.

L'aéronautique donne des ailes au grand Ouest

Airbus, bien sûr, imprime sa marque sur la région. Le site nantais du géant de l'aéronautique va bénéficier d'un plan d'investissement de 500 millions d'euros d'ici à 2013 ou 2015. Une manne financière nécessaire pour la construction du caisson centrale de voilure de l'A350. Ce programme de haute volée devrait générer autour de 3000 emplois, tant chez Airbus que chez ses sous-traitants. L'équipementier Daher, notamment, s'est vu confier plusieurs activités industrielles, l'obligeant ainsi à renforcer la structure de ses sites de Saint Nazaire et de Nantes par l'ouverture d'une nouvelle usine à Saint-Aignan-de-Grand-Lieu. Dédiée aux procédés innovants de matériaux composites, la plateforme de 8 hectares devrait entrer en service au second semestre 2010. Le groupe y prévoit à terme le recrutement de 400 personnes.

Perspectives alléchantes également chez Spirit AeroSystems, tout juste attiré par le dynamisme du secteur en Pays de la Loire. Le leader mondial de la sous-traitance aéronautique a posé la première pierre de son usine de Montoire-en-Bretagne le 1er octobre 2009. Il y prévoit la création de 75 emplois pour la fin 2010.

Mais la Loire Atlantique n'est pas seule à profiter de la manne. Tirée par son technopôle AeroEspace, la Haute Normandie continue à générer de l'emploi dans l'aéronautique. Entre EADS, Aircelles, dont le siège est implanté au Havre, Thalès et un tissu de PME ultra dynamique, ce ne sont pas moins de 1 000 recrutements dans la région prévus en moyenne sur 5 ans. Des RH à la maintenance, du marketing à l'étude de méthode...il y en a pour tous les goûts.

La R&D fait le plein de talents

Rien de mieux pour sortir des jours difficiles que de miser sur l'innovation. Le grand Ouest l'a bien compris, qui reste une région pilote pour les projets R&D. De Rouen à Cholet, de Lannion à Angers, pas moins de 13 pôles de compétitivité, dont 4 à vocations mondiales, animent le territoire. La Bretagne, portée par son pôle Réseau et Images, affronte quelques turbulences dans les milieux des TIC, mais Haute-Normandie et Pays de la Loire sont portées par les industries pharmaceutiques. Vivalis doit ouvrir, en 2010, un second laboratoire à Saint Herblain (Loire Atlantique) pour doubler ses capacités de recherche et de production. Ses effectifs aussi devraient doubler avec 55 recrutements prévus d'ici à 2013.

La Haute-Normandie, rattachée avec la région Centre et la région Ile-de-France au cluster PharmaValley est, elle, dynamisée par de grands industriels. Le groupe britannique GlaxoSmithKline, notamment, prévoit la réouverture de son labo R&D d'Evreux pour l'année en cours. Et tout au bout de la chaîne, c'est dans son usine de Trait (Seine-Maritime) que Sanofi Aventis, qui s'est vu confier la commande des 28 millions de vaccins contre le H1N1, vient d'investir 87 millions d'euros pour lancer une nouvelle ligne de conditionnement. Une centaine d'emplois devrait y être créée.

Du pain sur la planche dans l'agroalimentaire

Terres agricoles reconnues, les régions du grand Ouest ont toujours été propices au développement de l'agroalimentaire. En témoigne l'appartenance de la Basse-Normandie, la Bretagne et les Pays-de-la-Loire au cluster Valorial, œuvrant pour la valorisation de la recherche et de l'innovation dans l'alimentaire. Les plus grands groupes, comme Lactalis, dont le siège est à Laval, ont pris conscience du potentiel. Il propose actuellement 72 postes répartis uniformément sur l'Ouest... et sur l'étranger. Le turn-over et la dynamique du groupe permettent des embauches régulières de cadres comme de techniciens. Et le géant n'est pas seul. Nestlé ou Bongrain ont également investi le territoire bas-normand, tandis qu'après le rachat de Maître Coq et d'Arrivé, le numéro un de la volaille, LDC, continue aussi d'embaucher régulièrement en Pays de la Loire et en Bretagne. En Bretagne, justement, la société Mix Buffet investit 8 millions d'euros pour agrandir son site de Guer (Morbihan), et table sur la création d'une centaine de postes d'ici à 2011.

Tiphaine Réto
Tiphaine Réto

Vous aimerez aussi :