Reste-il des grosses entreprises à Paris ?

Publié le 23 mars 2010 Mathieu Bruckmüller

Flambée des prix de l'immobilier oblige, peu de grandes entreprises ont encore les moyens de s'offrir une adresse dans Paris intra muros. Ainsi, parmi celles du CAC 40, à peine plus de la moitié y ont leur siège. Qui sont ces entreprises qui offrent une chicissime carte de visite à leurs salariés ?

Le mouvement se dessinait depuis plusieurs années, mais la crise l'a amplifié. « Depuis deux ans, les grands groupes cherchent à réduire leurs coûts locatifs par tous les moyens. Si elles n'arrivent pas à obtenir gain de cause, elles partent en première couronne », constate Marc-Henri Bladier, directeur général de CB Richard Ellis France, conseil en immobilier d'entreprise. En effet, entre la proche banlieue et Paris, le prix du m2 va du simple au double.

« Des groupes comme Axa, GDF-Suez et BNP Paribas sont des gros consommateurs de première couronne », illustre Henri Bladier. Car en période de vache maigre, toutes les sources d'économies sont bonnes à prendre. Une mauvaise nouvelle pour les cadres parisiens qui voient souvent leur temps de transport passablement rallongé.

Signe qui ne trompe pas, les grandes transactions immobilières sont choses du passé. « Actuellement, nous sommes sur un marché de 3000 à 5000 m2 alors que pour un siège, il faut compter 6000m2 au minimum », estime Henri Bladier.

Et il ne faut pas s'attendre à un retour en force des grandes entreprises vers Paris intramuros, une fois que les plantureux bénéfices seront de retour. « Le déménagement est vécu par les salariés comme un vrai traumatisme. On le fait une fois mais pas tous les cinq ans. Entre temps tout le monde a du prendre ses marques et réorganiser ses déplacements », analyse Henri Bladier.

Malgré tout, contre vents et marées, des majors cassent leur tirelire pour garder au moins une adresse dans Paris, même si certaines ont juste la place d'accueillir les tops dirigeants. Question d'image pour la plupart. Quand on recrute des hauts-potentiels ou qu'on reçoit des clients étrangers, avoir une adresse dans les beaux quartiers, plutôt qu'en première couronne, est toujours du meilleur effet.

 

Par curiosité, voici la liste des entreprises du CAC 40 qui ont encore un pied à Paris :

Alcatel-Lucent : 54 rue de la Boétie, dans le 8ᵉ.

Air Liquide : 75, Quai d'Orsay, Paris 7ᵉ.

Axa : 25 Avenue de Matignon dans le 8ᵉ.

BNP Paribas : 16 Boulevard des Italiens dans le 9ᵉ.

Bouygues : 32 Avenue Hoche dans le 8ᵉ.

Cap Gemini : 11 Rue de Tilsitt dans le 17ᵉ.

EDF : 22-30 Avenue de Wagram dans le 8ᵉ.

GDF-Suez : 23 Rue Philibert Delorme dans le 8ᵉ.

Danone : 17 Boulevard Haussmann dans le 9ᵉ.

France Telecom : 6 Place d'Alleray dans le 15ᵉ.

Lafarge : 61 Rue des Belles Feuilles dans le 16ᵉ.
Lagardère : 4 Rue de Presbourg à Paris dans le 16ᵉ.

LVMH : 22 Avenue Montaigne dans le 8ᵉ.

Pernod-Ricard : 12 Place des Etats-Unis dans le 16ᵉ.

PPR : 10 Avenue Hoche dans le 8ᵉ.

Peugeot : 75 Avenue de la Grande Armée dans le 16ᵉ.

Unibail : 7 Place du Chancelier Adenauer dans le 16ᵉ.

Veolia Environnement : 36 Avenue Kléber dans le 16ᵉ.

Vivendi : 42 avenue de Friedland dans le 8ᵉ.

Sanofi-Aventis : 174 Avenue de France dans le 13ᵉ.

 

Mathieu Bruckmüller
Mathieu Bruckmüller

Vous aimerez aussi :