P. Dumoulin, DG Great Place To Work : "Ce n'est pas parce qu'un salarié reste qu'il apprécie son entreprise"

Publié le 10 janvier 2017 Sylvia Di Pasquale

Qu’est-ce qu’une entreprise où il fait bon travailler ? Quels critères font vraiment la différence ? Les candidats à un emploi peuvent-ils trouver l'entreprise de leur rêve dans les classements publiés ? Le directeur général de l’Institut Great Place To Work nous explique le dessous des cartes, à quelques semaines de la parution des nouveaux palmarès 2017.

Interview intégrale retranscrite ci-dessous et en vidéo ci-dessus

Cadremploi : Quel est le rapport entre deux entreprises labellisées Great Place To Work l’an passé, par exemple entre Decathlon et les hôtels Hyatt ?

Patrick Dumoulin : Ce sont des entreprises où les salariés ont confiance dans leur management, sont fiers de leur entreprise dont ils sont d’excellents ambassadeurs et dont ils apprécient l’ambiance conviviale. C’est le cas dans ces deux entreprises aussi différentes.

Vous dites « être une Best Workplace, ce n’est pas une question de taille ». Mais alors pourquoi publiez-vous des palmarès distincts selon la taille des entreprises ?  

Être une entreprise où il fait bon travailler, c’est avant tout une question de volonté des dirigeants. Ce n’est pas qu’une question de moyens. Dans chacun des palmarès, on a voulu regrouper des entreprises qui se ressemblent.

Trois catégories existent désormais. Bientôt une quatrième ?

Oui. Après avoir lancé le premier palmarès des entreprises de moins de 50 salariés en 2016, nous publierons le 22 mars prochain un tout nouveau palmarès des entreprises de plus de 5000 salariés. Il n’y en a pas énormément en France mais nous ferons quand même un focus.

Les classements liés au bonheur au travail se multiplient. Est-ce qu’une entreprise GPTW attire toujours les candidats ?

Chez Great Place To Work, on ne se situe pas dans le bonheur au travail qui a un côté plus personnel et individuel. Nous parlons d’entreprises où il fait bon travailler. Celles qui sont mises en avant par notre label, comme Davidson, Accuracy, Mars, Leroy Merlin etc., disent toutes qu’il est une force pour l’attraction et la rétention de leurs talents.

Quelle est la vraie différence de la méthodologie GPTW ?

Notre méthodologie repose à la fois sur une enquête auprès de l’ensemble des salariés d’une entreprise ou d’un échantillon représentatif. A laquelle s’ajoute une évaluation des pratiques managériales.  D’ailleurs on publie tous les ans un recueil des bonnes pratiques managériales des meilleures entreprises. C’est cette méthodologie qui nous rend unique. En plus, c’est l’équipe GPTW qui mène à bien tous ces travaux. Nous sommes 35 à avoir pour mission de construire une société meilleure en aidant les organisations à transformer durablement leur environnement de travail pour tous.

Lire aussi : " Il ne suffit pas d'un baby-foot pour rendre une entreprise sympathique"

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :