Alexandre Malsch (Melty) : « On recrute en disant "tu vas en chier" »

Cadremploi

Chaque semaine, David Abiker parle entretien d'embauche avec une personnalité. Aujourd'hui, Alexandre Malsch, directeur général du groupe média web Melty nous dit tout sur les embauches et le management dans la Melty Family.

[vidéo publiée initialement le 2 juin 2014]

Alexandre Malsch, directeur général de Melty Network… sur le bloc-notes de David Abiker

- Précis

- Timide

- Centré sur l'objectif

- Volontaire

Impression générale

Il recrutera une trentaine de CDI d'ici la fin 2014. Alexandre Malsch a 29 ans et a créé Melty.fr, site d'info pour les jeunes, en 2008. Melty compte aujourd'hui un peu moins d'une centaine de salariés tous issus, ou presque, de la fameuse génération Y. Sous des airs faussement cool, Alexandre interrogé sur le management façon Melty égraine une série de pratiques et de procédures dignes des plus grands groupes : évaluation, mesure de la performance, éviction si les objectifs ne sont pas atteints, rémunération en actions pour les plus méritants. La direction a beau demander aux jeunes de se fixer eux-mêmes leurs propres challenges - qu'elle note en "Kilo Poneys"…-, elle y ajoute aussi ses propres objectifs mesurés en pourcentage et dispose, technologie oblige, d'outils de contrôle des performances très pointus.

Tout cela contraste avec la déco et l'esprit Bisounours du lieu : prairies, skate-boards, jardin intérieur qu'on croirait conçus pour les Schtroumpfs et qui accueillent des jeunes gens de la génération d'Alexandre, vêtus comme lui, se promenant dans les couloirs comme lui, avec leur ordinateur portable sous le bras comme lui. Les salles de travail alignent toutefois des dizaines d'écrans où s'affairent dans un silence monacal les rédacteurs qui vont tout au long de la journée mettre en ligne des papiers qui "font du clic".

Dans cet univers à la fois cool et laborieux, on entre en affichant son adhésion à l'esprit maison résumé par l'expression "We are of peace, always", sans nécessairement avoir fait de longues études. "Nous cherchons des gens capables d'apprendre à apprendre, qui sont dans l'esprit de Melty". Et Alexandre qui ne regarde jamais les CV d'expliquer qu'il faut des gens capables de se lancer dans l'aventure Melty, qui acceptent "d'en chier" et qui sache s'adapter. Chemin faisant, ce presque trentenaire décrit le rêve de tout entrepreneur : des ressources humaines malléables, réactives, partageant avec lui un même esprit d'entreprise.

En entretien, Alexandre n'aime pas les candidats qui pipeautent, qui ne savent pas pourquoi ils sont là et qui débinent leur ancien employeur. Et de paraphraser Spider-Man pour expliquer que des conditions de travail sympas impliquent du salarié des contreparties autrement dit "Une grande coolitude implique de grandes responsabilités". 

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :