Chris Esquerre, humoriste : "Mon 1er job, je me suis trompé"

Publié le 17 février 2014 La rédaction Cadremploi

Chaque semaine, David Abiker parle « entretien d’embauche » avec une personnalité. Cette semaine, l’humoriste Chris Esquerre, qui a débuté dans le conseil, raconte comment il a raccroché sa voie.

Chris Esquerre… sur le Bloc Notes de David Abiker

- Ponctuel

- Précis

- Indépendant

- Parcimonieux

Impression générale

Chris Esquerre est un humoriste qui s'est trompé de premier emploi. Diplômé de Sup de Co Rouen après avoir fait une partie de son cursus en Angleterre, il a réussi un premier stage chez Andersen Consulting. Dans cette vidéo, Chris explique comment il s'est trompé en trompant malgré lui le grand cabinet de conseil qui a misé sur lui. "J'étais très fort pour les lettres. J'avais compris qu'il ne fallait pas faire une lettre bateau. Il fallait faire court, direct et sincère. Je voyais bien que c'était en s'adressant aux entreprises en tant qu'adulte que ça pouvait marcher." Effectivement, Chris est parvenu à convaincre Andersen Consulting de son désir de démarrer dans le conseil et il a décroché le stage qui mène au premier emploi.

En évoquant ce souvenir, Chris donne la clé du recrutement en entreprise : la peur de se tromper tout en souhaitant recruter un candidat qui a de la personnalité. "C'est pas parce que quelqu'un écrit une lettre type qu'on est rassuré sur ce qu'il est", explique l'humoriste qui est convaincu que le style de la lettre est déterminant dans une candidature spontanée. "J'étais assez convaincant", confie-t-il en souriant.

Et pourtant, Le recruteur comme le recruté se sont trompés, mutuellement. Pourquoi ? Parce que celui qui n’a pas rempilé après un an de stage a été convaincant à l'embauche, convaincant pendant un an de stage mais déçu à l'arrivée. Parce qu'il a été bon, Chris s'est fait des illusions sur son adéquation avec le job et parce qu'il a été bon, Andersen a cru qu'il ferait l'affaire et lui a proposé un CDI un 24 décembre.

Mais non, Chris a refusé, préférant rejoindre l'Humour Consulting Group où il a pu conjuguer son envie de stand-up et sa connaissance de l'entreprise. La suite vous la connaissez. La morale de l'histoire, c'est qu'on peut se tromper de job tout en décrochant le job.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :