1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Il propose des CDI, ils préfèrent des CDD

Il propose des CDI, ils préfèrent des CDD

il-propose-des-cdi-ils-preferent-des-cdd

Sylvia Di Pasquale

11/04/2011

Implantée en Haute-Normandie, sa petite entreprise a retrouvé son volume d'affaires d'avant-crise. Mais ce dirigeant peine à attirer des candidats en contrat à durée indéterminée

 

Il se bat contre les vents normands et les marées de la Manche. Pour développer son usine de fabrication de cloisons sur-mesure et continuer d'embaucher. « Mais c'est difficile, » convient Guillaume Loth Demay, directeur général de SIC Solutions, implantée en Haute-Normandie. Pas à cause du climat, ni de ses commandes - elles ont retrouvé leur niveau d'avant la crise -, mais de ses problèmes de recrutement liés à son éloignement des bassins d'emploi. « à 70 kilomètres de Rouen, on est trop loin pour les cadres et les agents de maîtrise qui y vivent. » Pour l'embauche d'ouvriers, il se heurte à un autre frein : « la prime de précarité à la fin des CDD ». Un détail ? « Pas vraiment. En décembre dernier, trois salariés en CDD à qui je proposais un CDI ont refusé pour pouvoir toucher cette prime de 10 %. » Ils préféraient cumuler d'autres contrats à durée déterminée pour gagner plus.

 

Emplois non délocalisables

Alors, lorsque l'on évoque avec lui les 150 000 emplois qui devraient être créés dans l'industrie cette année, lorsqu'il observe l'action gouvernementale récente, cette « Semaine de l'industrie » destinée à sensibiliser le public et les candidats potentiels aux entreprises comme la sienne, il sourit. « Les intentions d'embauches, j'y crois, puisque je fais partie des entreprises qui recrutent. Quant à la Semaine de l'industrie, pourquoi pas. Mais je n'y participe pas. » Pas le temps. Il laisse les plus grandes entreprises convaincre que l'industrie française n'est pas morte, ni totalement délocalisée. « Surtout pas dans des boites comme la nôtre. On fabrique des cloisons sur-mesure pour l'industrie. C'est lourd, et ça coûte cher en transport. » Impossible à rentabiliser en Chine.

 

Apprentis appréciés

D'autant qu'avec la reprise, les clients sont de plus en plus pressés d'être livrés. D'où l'importance pour Guillaume Loth Demay de disposer d'un personnel réactif et opérationnel. D'où son appétence pour l'apprentissage. « C'est un système qui nous permet de former des jeunes qui sont parfaitement opérationnels à la fin de leur alternance. Et nous offre des exonérations de charge non négligeables. Le seul bémol, c'est qu'un apprenti n'est présent que 60 % du temps.» L'un de ses apprentis vient d'être embauché, et quatre autres devraient l'être à l'issu de leur cursus. « Enfin, je l'espère. »

2

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

sand97

04/12/2013

à 10:52

L'article date mais totalement d'accord avec Gérard. Quand les patrons sont réglos, les employés restent.

> Répondre

Gerard

14/04/2011

à 22:21

Et si ce patron augmentait ses salariés en CDI de 10%, peut-être qu'ils resteraient.

Peut-être même que ça lui coûterait moins cher de procéder ainsi qu'en enchaînant les cdd.

Les patrons n'ont que le personnel qu'ils méritent.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte