1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. 8 % et non 25 % des jeunes sont au chômage

8 % et non 25 % des jeunes sont au chômage

8--et-non-25--des-jeunes-sont-au-chomage

Sylvia Di Pasquale

14/02/2011

Pourfendeur d'idées reçues, l'économiste de l'OFCE revient sur la question du chômage des jeunes de moins de 25 ans. Pour Eric Heyer, son taux est inférieur à celui de l'ensemble de la population. Il s'en explique sur le plateau du Club emploi Cadremploi / Le Figaro Economie.


Ce serait un faux problème. « Le chômage des jeunes n'est pas plus élevé en France que dans la plupart des pays d'Europe ». Selon Eric Heyer, il serait même en deçà du taux moyen de chômage français, tous âges confondus, « avec 8 % seulement », au lieu de plus de 9 % pour l'ensemble de la population.

Un chômage des jeunes dans la moyenne européenne

Mais comment cet économiste, directeur adjoint au département analyse et prévision de l'Observatoire Français des conjonctures économiques, parvient-il à un tel résultat, alors que le chiffre communément admis table plutôt sur un quart des jeunes de moins de 25 ans sans emploi ? « Ces 25 % de chômeurs sont calculés sur la totalité de ceux qui sont sortis de la scolarité. Or, la France est un cas particulier dans ce domaine. A moins de 25 ans, seuls un tiers d'entre eux ont achevé leurs études, ou y ont renoncé. En Allemagne, ils sont un sur deux. Du coup, si l'on divise le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans par celui du nombre de jeunes de moins de 25 ans, on obtient un taux d'environ 8 % seulement, soit la moyenne européenne. »

Pénalisés dans 40 ans

Il n'en reste pas moins qu'ils restent une catégorie fragilisée et qu'il faut tenter de leur trouver un emploi. « Le problème, c'est que le chômage c'est comme une file d'attente. Si l'on fait passer ces fameux jeunes devant, cela décale d'autant les chances des autres populations sur le marché de l'emploi ». Sauf que les juniors deviendront un jour des seniors et des candidats à la retraite. S'ils ne travaillent pas aujourd'hui, ils n'auront pas cotisé suffisamment dans une quarantaine d'années. « Je crois que c'est sur ce point précis que l'on peut aider les jeunes : en leur ouvrant le compteur de la retraite coûte que coûte et tout de suite ». Et l'économiste de suggérer de développer d'avantage les emplois aidés pour ces jeunes : « les cotisations restent faibles, mais au moins, elles existent.»

Inflation de contrats très courts

Des emplois qui n'ont qu'un temps, comme la plupart des contrats de travail, tous âges confondus, signés au cours de l'année 2010. « L'an passé, 65 % des contrats signés avaient des durées de moins d'un mois, ils ne représentaient qu'un tiers en 2000.» Une situation qui, selon Eric Heyer, ne devrait pas s'arranger à court terme. « Faute de croissance suffisante, on ne pourra pas absorber tous les nouveaux entrants sur le marché du travail. Le chômage devrait donc perdurer. Car il reste un potentiel de suppressions d'emplois non négligeable, notamment dans l'industrie et la construction. »

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr et Figaro Economie - 14 février 2011

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte