1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. B. de Raphélis Soissan (Clustree) : "L'obsolescence des compétences des seniors est un mythe"

B. de Raphélis Soissan (Clustree) : "L'obsolescence des compétences des seniors est un mythe"

b-de-raphelis-soissan-clustree--lobsolescence-des-competences-des-seniors-est-un-mythe

Sylvia Di Pasquale

06/07/2015

Les seniors ne sont ni obsolètes ni incapables de se reconvertir. C’est la conviction de Bénédicte de Raphélis Soissan, fondatrice de la jeune start-up Clustree, dont l’outil commence à faire bouger les lignes dans quelques grandes entreprises.

Cette start-up brasse des données sur nos carrières par millions. Avant de les mettre au service des DRH et de leur suggérer des reconversions notamment de seniors, auxquelles ils n’auraient pas pensé, au-delà des clivages et de l’âge. Pour convaincre les recruteurs, l’équipe de Bénédicte de Raphélis Soissan, fondatrice de Clustree, a mouliné dans ses gros serveurs pas moins de 25 millions de parcours professionnels dans le monde entier. « Des CV et des données tout à fait publiques, récupérés sur les réseaux sociaux ou accessibles sur le Web,» justifie-t-elle. Dans cette énorme base, son algorithme croise les formations, les compétences, les parcours, les performances (entre autres données) de tous ces professionnels et en tire d’intéressantes leçons. « On s’est aperçu que les passerelles entre les métiers fonctionnent. Des RH passés au commercial s’en sortent très bien, grâce à leur vraie connaissance de l’entreprise. De la même manière, des ingénieurs en R&D passés au marketing réussissent aussi, notamment dans l’automobile. »

Reconvertir sans "cloner", c'est possible

Un moyen d’éviter la tentation de prendre toujours les mêmes profils, des "clones" des salariés déjà en poste, et de rendre possibles des bifurcations inattendues. Voilà de quoi donner quelque espoir aux seniors. Lesquels sont trop souvent traités d’obsolètes, incapables de rebondir, « alors que c’est un mythe ». Pour bousculer les idées reçues, la patronne de Clustree brandit ses chiffres : « Lorsqu’on propose un saut de carrière original à un senior, dans 62 % des cas, il gagne en performance et en motivation. » Avoir connaissance de ces statistiques encourageantes est une bonne chose pour les entreprises, mais Clustree est également capable de mouliner des data dont ses clients disposent, parmi lesquels Engie et Canal +. Dans ce cas, ses gros serveurs brassent les données relatives aux salariés en poste, et celles des postulants. Toujours dans le même esprit de reconversion et de bifurcation de carrière. « Lorsqu’un DRH dispose de 5 000 CV pour un poste, et de 300 pour l’autre, il est possible de trouver des candidats qui se font refouler pour la première offre mais qui s’adapteraient parfaitement à la seconde. » Une manière de faire gagner du temps au recruteur. « Et de le laisser se concentrer sur la partie humaine du recrutement ». Une partie sensible qu’elle refuse de mouliner dans ses serveurs.

5

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

DUB

18/11/2015

à 18:52

Bonjour,

Je partage totalement votre avis, car lors du passage en filiale en 2008 pour devenir Grdf j'ai fait parti des personnes sacrifiées de plus de 45 ans comme beaucoup d'autres après 25 ans de bons et loyaux services. Depuis je galère sur le marché du travail pour me reconstruire.

En fait cette société prononce de beaux discours, mais fait exactement le contraire, en dernier lieu le passage de contrats avec les US sur l'approvisionnement en gaz de schiste..

> Répondre

Oldies

07/07/2015

à 22:42

entièrement d'accord sur le commentaire et l'on peut y rajouter GDFSUEZ / ENGIE, qui sous de beaux discours ne fait pas mieux quoi qu'en dise la représentante de Clustree.
Chez engie, la gestion des carrières des sénior se fait au travers de plans de départ volontaires, de mutations au bout du monde, etc...Beaucoup de communication et de pseudo actions pour l'employabilité des séniors, mais en réalité beaucoup de vent!

> Répondre

Tante Pim

07/07/2015

à 18:31

Lorsque nous voyons, nous les "seniors", les soit-disant personnes "obsolètes", les entreprises telles EDF, AREVA et SNCF notamment, mais pas uniquement, engluées dans leurs méprises, leurs manques de compétences, leurs manques de savoir-faire, leurs manques de savoir être, et leurs "résultats", tels EDF Flamanville, AREVA Finlande, et SNCF avec ses rabotages de quais, puis "d'adaptations" des tunnels aux gabarits de l'UE, je ne suis pas jaloux. Je leur laisse leur pseudo-compétences qualifiables uniquement par un célèbre général français, pour des entreprises de même natures, et un personnel itou.

> Répondre

Pearl

07/07/2015

à 13:28

Un grand MERCI à cette jeune entreprise d'essayer de faire évoluer les mentalités des recruteurs !
Senior ne signifie pas obsolète, loin s'en faut !
Je suis senior et je reste motivée pour tout type de challenge professionnel pour autant que le contenu de la mission me donne envie de me dépasser et de découvrir un champ nouveau.
Lorsque l'on a une formation initiale, le fait que l'on exerce longtemps dans une spécialité
ne signifie pas qu'on ne puisse en sortir, non plus que l'on a oublié ses bases. Cela peut juste nécessiter une petite remise à niveau !?

Bienvenu à Clustree !

CE

> Répondre

snage

07/07/2015

à 11:35

Je viens d'écouter l'interview et je dois dire que cela me laisse sceptique. On parle d'humain alors que les principaux concernés (l'humain dont il est question dans le débat, le senior) par ces reconversions certainement forcées, n'a pas été évoqué ou questionné une seule fois ?
De plus, il n'y a pas assez de recul pour savoir si cela fonctionne vraiment, il serait bon d'analyser les parcours de ces seniors dans 5 ou 10 ans pour voir où ils en sont, mesurer leur ressenti et leur degré d'épanouissement.
C'est bien de recaser les gens mais il est aussi vrai que le bien-être des salariés pèse peu dans la balance des résultats d'entreprises et aucune machine, aussi performante soit-elle, ne pourra jamais mesurer l'angoisse et le désarroi que beaucoup préfèrent taire.
Certains y trouveront peut-être leur compte, mais ce qu'aucune machine ne détectera, c'est bien tout ce qui n'est pas exprimé. Les reconversions ne peuvent être bien vécues que lorsque qu'elles sont choisies, est-ce le cas ici ? Pour moi qui ai une longue expérience de l'entreprise, je sais que beaucoup de choses ne sont pas dites, trop de pression.
Je ne suis pas pessimiste ou réticente au changement puisque je suis moi-même en reconversion choisie. Mais j'ai du vécu...et je pense que certaines personnes sont très éloignées des réalités du terrain. Croient-elles réellement que les salariés disent ce qu'ils pensent au risque d'être mis sur la touche.

De plus, il serait inconvenant de se plaindre de son travail d'autant plus lorsque l'on est senior...

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte