1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Edouard Murat (Extia) : "Chez nous, les consultants ne sont pas des numéros"

Edouard Murat (Extia) : "Chez nous, les consultants ne sont pas des numéros"

edouard-murat-extia--chez-nous-les-consultants-ne-sont-pas-des-numeros

Sylvia Di Pasquale

17/02/2014

Suivi individualisé et missions sur mesure permettent à Extia de recruter ingénieurs et consultants. Et surtout de les retenir. Le point avec Edouard Murat, DRH d’Extia.

Si les sociétés de conseil en ingénierie informatique sont devenues ESN (entreprises de service du numérique), elles n’en sont pas moins accusées d’user leurs salariés, de les isoler et de ne pas chercher à les retenir. Mais elles sont de plus en plus nombreuses à travailler autrement. Comme Extia, labellisée « entreprise où il fait bon travailler» depuis deux ans (Best Workplaces France). D’ailleurs ses salariés, Edouard Murat, le DRH, les choie et l’assume : « Chez nous, les consultants ne sont pas des numéros. Nous les écoutons d’abord. Car un consultant heureux, c’est toujours un client satisfait alors que l’inverse n’est pas toujours vrai.»

Petits déjeuners et soirées pour garder le lien

Alors, tous les mois, avec d’autres membres du comité de direction, il va les voir, sur leur lieu de mission, chez leur client, avec les croissants. « Pour discuter, faire naître des idées », garder le lien, surtout. Un lien soudé par des fiestas offertes par l’entreprise toutes les 6 semaines. Un lien surtout soigné au quotidien par chacun des trois référents auquel a droit chaque salarié. Ces interlocuteurs administratifs, managériaux et RH, se rendent disponibles au moindre problème.

450 recrutements cette année

Evidemment, l’on peut se demander si l’altruisme a réellement sa place dans une ESN. Si tous ces efforts ne sont pas vains et si les sociétés qui en font moins ne s’en sortent pas aussi bien. Mais dans un secteur où le turnover reste préoccupant, celui d’Extia ne dépasse pas 10%. Et surtout, lorsqu’il faut attirer à soi de nouvelles recrues, il est préférable d’avoir la réputation d’être un prestataire à visage humain. Extia souhaite en recruter 450 cette année. Sachant que l’informaticien est une espèce courtisée, il faut déployer de l’imagination pour l’attirer. Quitte à provoquer.

Sérieux sans se prendre au sérieux

Comme l’ont fait les co-fondateurs d’Extia, en se présentant sur le site Internet de l’entreprise, sans pantalon. « Histoire de montrer que l’on peut être sérieux sans se prendre au sérieux, » s’amuse Edouard Murat. Une entreprise sympa, des dirigeants qui ne le sont pas moins, mais des rémunérations qui ne le sont pas forcément. « Ils sont dans le marché, » selon la formule consacrée. La quête de sens plutôt que l’abondance. Le concept semble porter ses fruits depuis 6 ans.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr

6

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

alice

25/01/2018

à 14:21

Tout à fait d'accord, Extia est juste un SSII, qui traite les consultants comme les jambons. Bon, il veut même voler les Congés, sans me payer...

> Répondre

Prestataire numero 321988

25/06/2017

à 20:55

Totalement d'accord avec les commentaires précédents. Extia n'est pas une société où il fait bon vivre. Il y a zéro écoute, formation, intérêt. Le commercial décide de vous placer dans une mission qui parfois ne vous convient pas. Si vous refuser c'est la porte. Vous êtes un tiroir caisse, une vache à lait, un pion qu'on place. Le regard du sympathique commercial qui change si vous n'êtes pas accepté par le client final ... que du bonheur

> Répondre

Julien Pezzer

16/02/2016

à 20:23

Une SSII (ESN?) comme les autres, voir pire que les autres. Vous etes un numéro, on vous place la ou le commercial décide. Si vous avez le culot de refuser on vous met à la porte sans ménagement ni explication. Formation zero, soirées bidons. L'impression d'etre dans un cirque, et vous etes le clou du spectacle ... bonne chance!

> Répondre

presta

19/10/2014

à 13:12

Tout à fait d'accord...

> Répondre

MyBestESN

05/03/2014

à 10:18

L'utopie, une société a visage humain. Quand on les entend, tous prétendent partager des valeurs mais la réalité est ailleurs. Comment peut-on garder un visage humain quand il est question de productivité et de rentabilité, de prestation, de mission et tout l'argent que ça rapporte!
On peut retirer tous les pantalons qu'on veut, l'humanité, le respect, l'écoute ... sont des valeurs qui tendent à disparaître....

> Répondre

Olivier Bleu

04/03/2014

à 17:34

Pour tous ceux (les chanceux) qui ne connaissent pas les boîtes de prestas, si vous lisez et écoutez entre les lignes, vous avez devant une bonne description de ce genre de boîte d'intérim de luxe :
- tout le monde à l'extérieur
- obligé en plus de ses heures d'aller à des animations le soir..
- éloignement donc pas de syndicats possible
- un salaire qui ne casse pas des briques, inférieur à ceux des clients pour les même compétences
- pas dévolution possible, quoi qu'il en dise... car la formation : NADA !

Bref, le bonheur....

> Répondre

+