1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Jacques Feytis (DRH ministère de la Défense) : "Nous sommes le meilleur premier employeur"

Jacques Feytis (DRH ministère de la Défense) : "Nous sommes le meilleur premier employeur"

jacques-feytis-drh-ministere-de-la-defense--nous-sommes-le-meilleur-premier-employeur

Sylvia Di Pasquale

14/07/2014

INTERVIEW. L'armée française doit supprimer 34 000 postes d'ici 6 ans et continuer de recruter 15 000 personnes par an. Le responsable des ressources humaines de Jean-Yves Le Drian détaille en exclusivité les manœuvres RH en cours.

Restructurations en cours

Jacques Feytis, contrôleur général des Armées, dirige les ressources humaines du ministère de la Défense depuis juillet 2012. Sa principale mission : restructurer c'est-à-dire réduire les effectifs tout en réorganisant pour éviter toute vacance de postes et surtout préserver les compétences vitales à l’armée française. Une « manœuvre RH » que lui a directement confiée le ministre Jean-Yves Le Drian après le vote de la deuxième loi de programmation militaire de décembre dernier, elle-même précédée de la parution d'un "Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale" remis au président de la République le 29 avril 2013. Elle doit conduire à supprimer 34 000 postes d’ici 6 ans, pour ne garder que 242 000 militaires et civils. Des coupes qui devraient préserver les forces opérationnelles « même si elles devront faire aussi bien, avec 10 000 postes de moins ». Sa tâche est d’accompagner la transformation des armées, avec moins d’hommes et plus de matériel sophistiqué. « La puissance de feu d’un Rafale représente trois fois celle d’un Mirage 2000. » Donc moins de pilotes et de mécaniciens de maintenance. Sur les opérations extérieures aussi, les troupes s’amenuisent. « Moins de 2000 militaires tiennent le Mali qui est plus grand que la France. » Evidemment, cette réduction d’effectifs ne va pas de soi. La cravate Feytis a fort à faire avec les galons en place, les chefs d’état-major qui veulent conserver leurs effectifs. « Il n’y a pas de bras de fer, mais des discussions », tempère le DRH. D’autant que les réductions en question doivent également toucher les cadres. « Chaque année, nous devons inciter 1000 officiers à quitter l’Armée. »

15 000 recrutements chaque année

Des manœuvres qui n’empêchent pas la Défense de recruter, chaque année aussi. Car les hommes et les femmes de troupe doivent être jeunes. « Ils restent cinq ou six ans en moyenne ». Alors l’Armée en embauche 15 000 nouveaux par an. Est-ce plus facile de les attirer quand le chômage sévit ? « Ils ne viennent pas de guerre lasse à cause du chômage, nous les attirons parce que nous sommes un premier employeur qui forme, qui emploie et qui reconvertit. » Même si l’Armée n’a pas sur tous les postes les moyens de sa sélection. « Nous avons un tout petit peu plus d’un candidat pour un poste d’opérateur mais huit pour un poste de gradé. »

Pour en finir avec Louvois

Le rôle du DRH au ministère de la Défense c’est aussi de faire en sorte que les personnels soient payés en temps et en heure. Ce qui n’était pas le cas avec le désastreux système Louvois de paiement de soldes des militaires, qui depuis son entrée en fonction en 2011 a connu des dysfonctionnements, au point de plonger 160 000 familles de militaires dans de graves difficultés financières. Officiellement abandonné en décembre dernier, il ne sera néanmoins remplacé que « fin 2016, début 2017 », le temps de concevoir le nouveau système. Un groupement de trois industriels, dont l’anonymat est juridiquement protégé, y travaille. « Nous ne voulons plus prendre de risques avec la paie de nos militaires. » Il sera déployé quand « tout sera impeccable. A la différence de Louvois, nous prévoyons de longs mois de tests du produit. »

Propos recueillis par Sylvia Di Pasquale dans le cadre d’une interview video réalisée pour Cadremploi.fr et Le Figaro Economie.

Photo : François Bouchon © Le Figaro

 

4

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

ojcstef

24/07/2014

à 13:13

Jean Yves le Drian, responsable des ressources humaines... Il faudra relire sa fiche de poste mais je pense que ses responsabilités sont plus larges.

> Répondre

Mars

17/07/2014

à 06:18

Allez demander sur place si avec "2000 militaires" la France "tient le Mali" !
Ces propos, tout simplement ridicules, sont ceux d'un fonctionnaire en mission, dont l'expérience des réalités opérationnelles est proche de zéro. Le gouvernement a décidé de faire payer ses largesses "par la grande muette", sans se soucier des répercussions à terme d'une telle approche de ses responsabilités régaliennes.

> Répondre

Meriem

16/07/2014

à 17:29

Peu importe le statut de ce DRH. L'essentiel est de savoir si cet homme a le pouvoir de faire évoluer cette direction. J'aurais bien aimé en savoir plus sur les "nouveaux métiers" de l'armée. Auriez-vous davantage d'info sur ces métiers et les critères de sélection ? Merci

> Répondre

Nuh

14/07/2014

à 20:25

Les CGA sont des militaires et non des civils, cf décret 2008-951 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000019483678
C'est donc une position étrange d'avoir un militaire à la tête de la DRH surtout civil du ministère. Les armées ayant leur propre DRH.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte