1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Jean-Michel Caye (BCG) : "Soigner son personnel, c'est bon pour les profits"

Jean-Michel Caye (BCG) : "Soigner son personnel, c'est bon pour les profits"

jean-michel-caye-bcg--soigner-son-personnel-cest-bon-pour-les-profits

Sylvia Di Pasquale

08/12/2014

Selon une étude mondiale, il faut prendre soin de ses effectifs, salariés ou pas. Car leur bien-être booste la croissance de l'entreprise.

C’est une remise en question pour les DRH. Et peut-être une bouffée d’air pour les salariés. Car la toute dernière étude menée par le Boston Consulting Group (BCG) indique aux responsables des ressources humaines une feuille de route qu’ils n’ont pas vraiment l’habitude de suivre. Un programme destiné à rendre leurs salariés plus heureux. Pour cette 8e enquête baptisée « Creating People Advantage », le cabinet de conseil en stratégie a interrogé 3507 décideurs dans 101 pays.

Rendre ses salariés plus heureux

Selon Jean-Michel Caye, directeur associé senior au BCG, les DRH devront certes soigner leurs salariés, et en particulier les managers opérationnels, mais pas seulement. « Ils doivent aussi prendre en compte les autres parties prenantes, notamment les free-lance et les prestataires. Certaines entreprises ont 20 % de leurs effectifs qui viennent de l’extérieur. Et pour qu’il y ait de l’harmonie en interne, les RH doivent s’occuper de ces salariés qui ne sont pas les leurs.» Sans oublier de gérer de leur côté la communication externe. « À cause des médias sociaux, c’est devenu indispensable. L’entreprise est une maison de verre et les RH doivent se charger de l’image externe ».

Pour chouchouter sa marque employeur 

Du moins celle de leur marque employeur. Et comme si cette révolution n’était pas suffisante, il recommande, en plus, aux directeurs des ressources humaines de devenir des geeks. « Les DRH sont fâchés avec les chiffres. Pourtant, ils doivent les analyser, recueillir des données, utiliser le big data. » C’est la seule manière d’anticiper les véritables besoins en compétences de l’entreprise et les carrières porteuses. Autant de nouvelles voies où les ressources humaines doivent accélérer. Mais les salariés y trouveront-ils leur compte ? « Dans la gestion de carrières par exemple. Cela fait 25 ans qu’on en parle. Mais on est loin d’avoir les résultats espérés. » Une révolution ne fonctionne que si tous les protagonistes y trouvent leur compte. Celle qui consiste à rendre les salariés heureux peut-elle faire les affaires de l’entreprise ? Deux indicateurs le prouvent. Celui de l’indice boursier d’une société et celui de son rang dans les palmarès des meilleurs employeurs. La bonne nouvelle est qu’ils se rejoignent étrangement.

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte