1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Michel Ghetti (France Industrie & Emploi) : "Il n'y a plus d'emplois pérennes aujourd'hui"

Michel Ghetti (France Industrie & Emploi) : "Il n'y a plus d'emplois pérennes aujourd'hui"

michel-ghetti-france-industrie--emploi--il-ny-a-plus-demplois-perennes-aujourdhui

Sylvia Di Pasquale

02/06/2014

Certains secteurs d’activités, dans certaines régions, continuent de créer des emplois. Mais aucune branche n’offre de garantie à long terme.

Inutile d’user de méthode Coué : la France détruit davantage d’emplois qu’elle n’en crée. Et l’étude du cabinet conseil France Industrie et Emploi réalisée avec le spécialiste en transformation des entreprises Kurt Salmon, est formelle : la France s’installe dans la crise. « Entre 2009 et 2013, on n’a jamais cessé de détruire des emplois, souligne Michel Ghetti qui a copiloté la 5e édition de ce panorama hexagonal des créations et destructions d’emplois. Et l’an passé les créations n’ont pas compensé les destructions. Du coup, on se retrouve avec un solde négatif de 100 000 emplois ». L’industrie souffre, le BTP s’effondre, les services commencent à être atteints et « même la R&D semble touchée ». Malgré tout, l’étude livre également quelques raisons de garder son sang-froid. D’abord, les destructions d’emploi ont malgré tout diminué l’an passé (-31%). Il faut notamment se méfier des faillites très médiatisées. Ces grands plans sociaux ne concernent que 7 % des emplois détruits. « Et dans ces entreprises, les salariés sont mieux protégés que dans les PME et les TPE. » Des entreprises liquidées loin des caméras.

L’Île-de-France, championne des créations d’emplois

La sinistrose est également une question géographique. Si certaines régions, comme la Champagne-Ardenne, la Haute-Normandie ou la Picardie détruisent beaucoup d’emplois, d’autres témoignent d’une vraie vitalité. C’est le cas de l’Île-de-France, « centralisme oblige », où se crée près de la moitié des emplois français. Mais, dans une moindre mesure, Midi-Pyrénées ou les Pays-de-la-Loire affichent eux aussi un certain dynamisme. Contre toute attente, le secteur agro-alimentaire crée encore des emplois dans cette dernière région. « Mais c’est surtout l’aéronautique qui recrute. » Une branche implanté à la fois à Nantes et à Toulouse et qui possède une autre qualité, de plus en plus rare : des cycles longs. Les variations saisonnières ne la touchent pas. « Malgré tout, il n’y a plus d’emplois pérennes aujourd’hui, dans ce domaine comme dans d’autres. » La fin de l’emploi à vie a peut-être sonné, pas celles des opportunités d’emploi. A condition de choisir les secteurs d’activité et les territoires qui tirent toujours leur épingle de ce jeu délicat.

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

fred60440

16/06/2014

à 06:58

Bonjour, lesage.
tous a fait d accord, excellente explication mais vous faite une petite erreur la retraite et l assurance maladie ne sont pas des charges mais des cotisations, deplus vous donner une tres bonne definition.
les charges ce sont le loyers, la facture d électricité.
Maintenant maury78 lorsque je regarde une video et on m explique qu il y a plus de destruction d emploi que de creation en france, je trouve ca choquant que l on disent que l on n incite pas les gens a travaillé.
Le travail se fait rare et il est tres dur de conserver un emploi de nos jours.
apres je trouve ca dommage que l on parle continuellement des anciens fleurons de la france.
si on veux aller de l avant, il faut arreter de regarder en arriere et mettre en place des leviers de développement sans revenir continuellement sur des lois que le gouvernement precedent a mis en place, exemple encore mettre en cause les 35 heures ou retirer comme cela a ete fait les heures supplémentaires non taxe.
si on veut rassurer les investisseurs, les créateurs d entreprises et les employés ils faut arrete de jouer la girouette.

> Répondre

Lesage

09/06/2014

à 17:01

Bonjour Maury78,

Sache que les entreprises qui créent le plus d'emplois sont les artisans, les PME et PMI et se sont elles qui sont le plus taxées !

Les grosses entités créent relativement peu d'emplois durables et sont plus sensibles à la spéculation de leurs actions et à l'image de leur entreprise qu"à la productivité de leurs entreprises et il est plus faciles pour les grosses entreprises de quitter la France, qu'il ne l'est pour l'artisan du coin !

De plus, effectivement elles préfères quitter le navire quand l’appât du gain les incite à émigrer vers d'autres pays exotiques plus rentable en laissant derrière eux un véritable désert social.

Heureusement pour les malheureux laissés pour compte que l'état joue son role autant qu'il le peut en conformité avec notre modèle social. Car quoi que tu en dises, sache que la grande majorité des demandeurs d'emplois seraient heureux de se lever le matin pour aller retrouver son lieu de travail car avoir un emploi est devenu un privilège réservé à quelques uns !

Par ailleurs, si la baisse des charges salariaux peu apparaître comme LA solution, il n'en est rien car ses charges ne sont pas des dépenses, mais des investissements et des garanties octroyées aux salariés pour leur santé, leur retraite, etc...

Il est surprenant de constater par ailleurs que le CAC40 est à sont plus haut niveau depuis plus de 10ans et que le taux de chomage soit à son plus haut niveau depuis 30 ans ! Aussi, dire qu'il n'y a pas d'argent est un mensonge. L'argent est là, mais il est spéculatif et non investi en production de richesses réelles.

La France est riche de la rentabilité de ses salariés mais ne tire pas son épingle du jeu par manque d'investissement productif en France. En d'autres termes, seul les banques et les spéculateurs privés s'enrichissent !

S'il est des reformes à faire, elles sont d'ordre fiscal afin d'inciter les entreprises à embaucher en établissant un barème fiscal adéquat tenant compte de son nombre de salariés.

> Répondre

maury78

04/06/2014

à 14:47

La France n'a plus de grandes entreprises qui étaient le fleuron de notre pays comme les charbons de france, Alsthom etc... qui quittent le navire car trop taxées.
Notre gouvernement donne trop d'aides sociales au détriment de la valeur TRAVAIL
et n'incite pas les gens à travailler.
Les entreprises trop taxées demandent une baisse de charge drastique et notre gouvernement doit le faire très vite ainsi que la baisse des prélèvements sur les salaires et retraites afin de redonner du pouvoir d'achat aux français.
Mais tout le monde sait que la France est ingouvernable et ne se complait que dans la médiocrité par rapport à nos voisins qui ont su redresser la barre en matière d'endettement. Pourquoi pas notre pays.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte