1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Wanagement : "Ne recrutez pas le meilleur mais le candidat le plus bizarre"

Wanagement : "Ne recrutez pas le meilleur mais le candidat le plus bizarre"

wanagement--ne-recrutez-pas-le-meilleur-mais-le-candidat-le-plus-bizarre

Sylvia Di Pasquale, Cadremploi.fr

16/01/2012

Benjamin Chaminade et Pierre-Yves Poulain remettent en question les pratiques de recrutement actuelles et donnent des idées pour un management moins conformiste. Les auteurs de « Wanagement » s'en expliquent au Club emploi.



C'est un pavé dans la mare des ressources humaines. Un ouvrage* écrit par trois experts en RH et en Web qui n'ont qu'une idée en tête : renverser le management normatif, disperser les méthodes de recrutement actuelles façon puzzle et bousculer les organisations en place. Et les trois forbans, auteurs de ce livre, avancent des arguments.

Manager autrement les compétences

Pierre-Yves Poulain ouvre le feu. « On s'occupe toujours des plus talentueux, alors que pour élever le niveau moyen de l'entreprise en termes de mesure de talents, on devrait plutôt se soucier des plus faibles, des moins performants.» Et Benjamin Chaminade, autre co-auteur sniper, d'enfoncer le clou sur cette fameuse mesure des talents, mètre étalon des ressources humaines. « Elle a été inventée pour donner une légitimité au DRH. Pour que lui aussi puisse agiter des chiffres et entrer au comité de direction. »

Recruter des « bizarres »

Autre cible du trio, les méthodes de recrutement. Dans ce domaine, ils ont deux ennemis : le clone et le CV. « Le clone est triste. Pour l'éviter, mieux vaut recruter son contraire. Le candidat bizarre, celui qui prend des risques, » s'emporte Benjamin Cheminade. Quant au bon vieux curriculum, il en prend pour son grade, lui aussi. Et c'est Pierre-Yves Poulain qui l'exécute. « C'est le miroir d'une annonce, où l'entreprise est toujours dynamique et leader sur son secteur. »

Communiquer plus directement

Autre cible de nos flibustiers du management : la communication interne et sa dernière marotte : les réseaux sociaux. « Un réseau interne, c'est bien, quand les sites sont géographiquement dispersés, dans une très grande entreprise. Dans une PME, ce n'est pas nécessaire, » analyse Pierre-Yves Poulain. Et son compère d'ajouter, « pour ces dernières, le meilleur réseau social reste la machine à café ».

Les bonnes pratiques de « wanagement »

Heureusement, dans leur chamboule-tout de l'entreprise, certaines trouvent grâce à leurs yeux. Et de citer Danone « qui donne l'occasion aux jeunes de transmettre leur savoir aux plus anciens. Et non l'inverse ». Ou encore Atos, « qui a décidé de supprimer 90% de ses échanges de mails. Une manière de réinventer l'organisation. » Et de prouver à nos iconoclastes que tout n'est pas perdu pour l'entreprise.

Pour en savoir plus : Wanagement : manager à contre-courant, Benjamin Chaminade, Armand Mennechet, Pierre-Yves Poulain, Dunod, 2012.

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte