1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Octo : "Nous ne laissons pas nos salariés s’ennuyer"

Octo : "Nous ne laissons pas nos salariés s’ennuyer"

octo--nous-ne-laissons-pas-nos-salaries-sennuyer

Sylvia Di Pasquale

19/03/2012

La SSII Octo Technology arrive pour la 2e année consécutive en tête des petites entreprises où il fait bon travailler, selon le palmarès Great place to work. Ludovic Cinquin, son DG France, détaille les méthodes managériales qui remportent les suffrages de ses salariés.

Il est comme ça, Ludovic Cinquin : à ses yeux, ses salariés sont plus importants que ses clients. Et ça lui réussit plutôt pas mal. Octo Technology, la SSII qu’il a cofondée et qu’il dirige est en croissance constante depuis douze ans et vient de décrocher, pour la deuxième année consécutive, la première place du palmarès Great Place to Work, dans la catégorie des entreprises de moins de 500 salariés.

Un management à l’écoute

Octo, l’entreprise où il fait bon travailler, ne ferait donc pas fuir ses clients, même s’ils ne sont pas rois ? « Au contraire. On est sur un métier de la connaissance, de la matière grise. Et quand les salariés se sentent bien, les clients se sentent bien également. » Même s’il faut en venir à dire « non » à un client ? « Oui. Nous ne laissons pas nos salariés s’ennuyer. Il nous est arrivé d’exfiltrer une équipe de consultants parce que la mission était monotone. » Un client perdu, le DG d’Octo l’exprime autrement, tout en diplomatie. « On se redéploye ailleurs ». Tant pis, le salarié passe avant tout.

Du temps libéré pour des projets

Un choix de management qui l’a également conduit à octroyer aux « Octos » –  comme ils se nomment eux-mêmes –  20% de temps personnel pris sur le temps de travail, pratique déjà en usage chez Google. Un temps que les salariés occupent de diverses manières. « Certains font du commercial, d’autres de la R&D ». En développant des applis pour smartphones que l’entreprise exploite, ou en mettant sur pied un événement annuel baptisé l’Université des systèmes d’informations.

Des niveaux de salaires assumés

Mais chez Octo, l’entreprise où il fait toujours beau, les salaires sont peut-être un peu moins hauts. En tous cas moins élevés que la moyenne du secteur. C’est ce que prétendent certains salariés. « On ne recrute pas des mercenaires, mais des gens à la recherche d’un juste équilibre entre l’accomplissement au travail et la qualité de vie personnelle ». Mais la concurrence est rude. Et Ludovic Cinquin qui affichait l’un des taux de turnover les plus bas parmi les SSII françaises a vu s’envoler ce dernier de 6% à 20%. Et s’est décidé à offrir des augmentations moyennes de 4% quand l’ensemble des entreprises françaises ne dépasse pas 2,5%. Le management soft ne peut pas tout.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Arkhamon

21/03/2012

à 14:49

Tiens... Aucun commentaire sur une boite qui pratique la gestion des ressources humaines de façon... humaine.

Tellement inhabituel et contre-courant que ça laisse tout le monde sans voix.

Bravo M. Cinquin. Je vous souhaite, à vous et à votre société longue et heureuse vie !

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte