1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Philippe Lamblin (Avril) : "Je voudrais que les gens prennent leur pied au travail"

Philippe Lamblin (Avril) : "Je voudrais que les gens prennent leur pied au travail"

philippe-lamblin-avril--je-voudrais-que-les-gens-prennent-leur-pied-au-travail

Sylvia Di Pasquale

12/01/2015

Les activités industrielles du géant des huiles alimentaires et de la nutrition animale changent de nom pour se rendre plus lisibles. Y compris pour les candidats que le groupe cherche à recruter en 2015.

Et dire que la très grande majorité des Français l’ignorent. Dire qu’il y a dans l’Hexagone, un groupe agroindustriel discret de 8 200 salariés, qui réalise 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans 22 pays, qui embauche une bonne centaine de cadres par an, et s’offre, par-dessus le marché, le luxe d’être leader sur la quasi-totalité des marques qu’il fabrique. Entre autres, les huiles Lesieur et Puget, les œufs Matines ou les produits d’alimentation Sanders, stars chez les agriculteurs, mais aussi le biodiesel Diester. Ces marques appartiennent tous à la belle méconnue. Une foisonnante galaxie de PME qui, jusqu’au 7 janvier dernier, s’appelait Sofiprotéol. Mais elle a décidé de se rendre plus visible. En donnant un nouveau nom à ses activités industrielles (tandis que ses activités de financement restent sous le nom de Sofiprotéol). Place donc au nouveau groupe Avril – qui évoque « le mois où la terre renaît, avec un A pour animal puis un V pour végétal, symbolisant nos deux principaux métiers ».

100 recrutements de cadres cette année 

Un renouveau qui semble ravir son DRH, Philippe Lamblin, ex sportif de haut niveau, et ancien président de la Fédération française d’athlétisme, reconverti dans les ressources humaines et l’oléagineux. « Il était temps de changer », se contente-t-il de commenter, même si on devine qu’un nom d’entreprise plus facile à mémoriser devrait faciliter ses recrutements. Car si les ingénieurs agronomes spécialistes du "triturage" (c’est l’expression consacrée) ou du raffinage des graines, connaissent ce fleuron de l’agro-industrie, en revanche les commerciaux, les financiers, les RH ou les professionnels du marketing ne pensent guère à lui envoyer leur CV. Alors en attendant qu’Avril soit aussi connu qu’Airbus, Philippe Lamblin déploie son enthousiasme pour évoquer sa maison « où l’on donne du sens, où l’on invente l’alimentation du XXIe siècle, où l’on réinvestit l’intégralité du bénéfice. » Une entreprise aussi, où les salariés vont recevoir des actions. Un argument qui peut convaincre les derniers réticents aux seuls bons sentiments.

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

lulu008

14/01/2015

à 09:59

Qu'il bosse à la chaine en 3x8 , ou caissière de supermarché sans espoir d'évolution pour le smic pendant 40 ans, et il nous expliquera, comment il prend son "pied"....

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte