1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Séverine Coussot (Hudson) : "On cherche des commerciaux un peu filous"

Séverine Coussot (Hudson) : "On cherche des commerciaux un peu filous"

severine-coussot-hudson--on-cherche-des-commerciaux-un-peu-filous

Sylvia Di Pasquale

02/09/2013

Certains profils de cadres manquent à l’appel dans le transport et la logistique. Les employeurs du secteur font des efforts salariaux, surtout pour attirer des commerciaux confirmés. Le point avec Séverine Coussot, consultante senior transport - logistique - supply Chain au sein du cabinet Hudson.

Séverine Coussot chasse des profils rares pour ses clients transporteurs et logisticiens. Spécialiste du secteur au sein du cabinet de recrutement Hudson, elle est « modérément optimiste ». Mais avec 3000 recrutements de cadres prévus pour cette année, 100 000 créations de postes depuis dix ans et « une hausse attendue des embauches en 2014 », d’aucuns seraient beaucoup moins prudents. Entre les managers de supply chain, les chefs d’équipe et les commerciaux, les demandes sont nombreuses. Il faut dire que le secteur ne connaît pas la crise. La très grande majorité des entreprises sous-traitent tout ou partie de leur activité pour des raisons économiques. Les besoins existent et « certains profils manquent à l’appel parmi les opérationnels, les managers et surtout les commerciaux.» Alors pour les attirer, la chasseuse dispose d’un appeau en usage depuis la nuit des temps : la rémunération. « Pour des expérimentés, les recruteurs proposent parfois des fixes majorés de 10% par rapport au salaire précédent mais aussi un variable et des primes plus importants. Ou une voiture de fonction un peu plus haut de gamme. » Des négociations parfois ardues dont Séverine Coussot peut se charger à la place des candidats. Mais attention : cette sollicitude est réservée aux cadors de la profession. « Des commerciaux expérimentés, rares et un peu filous. »

« les recruteurs proposent parfois des fixes majorés de 10% »

Mais est-ce qu’une bonne rémunération est suffisante pour attirer des cadres vers un secteur qui n’est pas vraiment réputé comme le plus sexy de l’économie française ? La consultante et son cabinet tentent en tous cas de le parer des paillettes qui pourraient lui manquer. Et d’évoquer des start-up qui se lancent dans le transport écolo, à coup de voitures hybrides et de vélos. Sans oublier les entreprises nées de l’e-commerce. Un coup de jeune qui pourra séduire les fraîchement diplômés. Les autres, Séverine Coussot ne manque pas de leur demander la nature de leur intérêt pour ce secteur. Et leurs réponses sont souvent similaires : « La vocation de la logistique s’attrape de père en fils. » Le virus familial, la meilleure des motivations.

Par Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte