1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. T. Vilcot (Groupe Casino) : "Le candidat doit être considéré comme un client"

T. Vilcot (Groupe Casino) : "Le candidat doit être considéré comme un client"

t-vilcot-groupe-casino--le-candidat-doit-etre-considere-comme-un-client

Sylvia Di Pasquale

21/05/2013

Dans son plaidoyer pour un recrutement plus responsable, ce recruteur défend une pratique plus respectueuse des candidats. Le point avec Thomas Vilcot, auteur du Recrutement responsable et directeur du recrutement du Groupe Casino.

Démagogie, marketing appuyé, ou volonté sincère de renverser la table ? Recruter autrement, plus humainement et en toute transparence : tel est, en tout cas, le credo affiché par Thomas Vilcot. L’homme est directeur du recrutement du groupe Casino et il affiche la couleur dans son ouvrage Le recrutement responsable fraichement publié chez Afnor Editions. Le programme qu’il y expose ressemble à un doux rêve de manager social ou à un cauchemar d’entrepreneur obsédé par le retour sur investissement. Les réponses automatiques aux candidats évincés ? Pour lui, et chez Casino, c’est fini. « Il faut réenchanter les ressources humaines et ça commence par une réponse personnalisée. Voire des conseils aux candidats. »

« Seules comptent les compétences »

Ses vingt recruteurs se sont donc transformés en coachs chargés de guider les candidats, et le cas échéant de leur expliquer pourquoi le poste qu’is convoitaient n’est pas pour eux. Et leur boss de convenir que « cela demande un effort. Mais on peut, parfois les réorienter vers une autre fonction, à laquelle ils n’avaient pas pensé. » Dans la foulée, depuis un an, il invite les candidats à remplir un questionnaire de satisfaction, pour savoir s’ils ont été bien reçus. Mais Thomas Vilcot ne s’en tient pas à cette seule mesure puisque, selon lui, « le candidat doit être considéré comme un client ». Il souhaite également dénoncer notre obsession du diplôme. « Seules comptent les compétences. » Comme il dénonce la trop grande jeunesse de nombre de recruteurs. « Il y a beaucoup de responsables de recrutement, mais assez peu de recruteurs responsables. Il faut de l’expérience pour exercer et de la déontologie. »

Evidemment, on peut se demander pourquoi le responsable du recrutement du groupe Casino déploie autant d’efforts pour chambouler la manière d’aborder son métier. Sans douter de sa bonne volonté dans ce domaine, l’explication tient peut-être également dans la difficulté qu’il rencontre au quotidien. Dans la pénurie de candidats qu’il subit. « Nous recherchons des managers de boucherie ou de restauration, sans les trouver. » Une difficulté qui peut expliquer, en partie, l’opération séduction qu’il mène dans son livre.

Par Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr

2

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Nonosse

23/05/2013

à 22:56

Il faut saluer la lucidité de M. Vilcot sur le recrutement.
Mais ses intentions louables, se retrouvent opposés aux manières "ancestrales" de la grande distribution. De nombreux avantages ou méthodes positives peuvent être mis en avant, il n'en reste pas moins que la servilité obtenue par la mobilité indéfectible est incontestable.

Père divorcé, je souhaitais rester à proximité de les enfants. Entre Nice et Toulon, 41 points de vente CASINO correspondaient à mes compétences. Malheureusement CASINO exige une mobilité nationale et vérifiable lors du recrutement.

La grande distribution peine de plus en plus à recruter des cadres de terrain mobiles. Les générations ne sont plus les mêmes. Quel trentenaire, après bac + 5, un premier enfant, et une épouse de même niveau socio-professionnel que lui, accepterait de partir dans un délai allant de 6 mois au jour même, pour un nouveau centre de profit ?

Il ne faut pas s'étonner des difficultés de recrutement, tant il y a déconnexion entre demande d'engagement et gratitude.

> Répondre

Marion75

21/05/2013

à 22:02

Bsoir, je me souviens que Thomas Vilcot m'a aider pour mon mémoire de Master 1 et a pris du temps pour moi là où peu l'avaient fait. C'était il y a 2 ans. Merci.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte