1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. Le Club emploi >
  5. Valérie de Launay (Malakoff Médéric) : "Nos commerciaux ne connaissent pas la routine"

Valérie de Launay (Malakoff Médéric) : "Nos commerciaux ne connaissent pas la routine"

valerie-de-launay-malakoff-mederic--nos-commerciaux-ne-connaissent-pas-la-routine-

Sylvia Di Pasquale

10/06/2014

Une entreprise qui innove a davantage de chance d’attirer les meilleurs candidats, selon la DRH de Malakoff Médéric, qui doit en recruter un millier d’ici 2016.

Une loi peut être une contrainte. Ou une aubaine. Comme celle, instaurée l’an passé qui oblige désormais toutes les entreprises, grandes comme petites, à proposer une complémentaire santé à leurs salariés d’ici 2016. Un texte providentiel pour les professionnels du secteur et notamment l’un de ses leaders, le groupe Malakoff Médéric, qui recrutera un millier de personnes sur trois ans. «Mais pas seulement pour couvrir ces nouveaux besoins », corrige Valérie de Launay, la DRH de ce groupe de protection sociale.

Des évolutions sur-mesure

Tout de même, un renfort de commerciaux est nécessaire pour répondre à cet afflux de prospects. « Nous recrutons pour tous les niveaux hiérarchiques du parcours commercial. » Les as de la vente ont aujourd’hui l’embarras du choix. Du moins s’ils sont performants. La DRH du groupe dirigé par Guillaume Sarkozy, frère de, n’a pourtant aucun doute sur leur choix. « Ils viennent à nous pour nos produits innovants et parce que nous aidons nos clients à mettre en place une politique de prévention et de bonne santé de leurs salariés. Cela donne du sens et évite la routine.» Mais les commerciaux aiment également entendre un autre discours, plus sonnant et trébuchant. « Nous proposons un fixe plus important que les autres. » Un bon argument pour les attirer. Et pour les garder ? « Malakoff a mis en place un programme concret d’évolution. Depuis 2008, la moitié des salariés du groupe a évolué et changé de fonction. » Deux atouts qui devraient faire mouche et permettre à Valérie de Launay de voir affluer les CV en nombre suffisant pour recruter chaque année 70 nouveaux commerciaux. A noter : nul besoin pour eux d’être du sérail. Qu’ils aient vendu des autos ou quoi que ce soit d’autre, ils sont les bienvenus, « car ils nous aident à faire évoluer nos méthodes. Nous les recrutons s’ils maîtrisent les aspects techniques de la vente et du conseil ». Des experts pas trop âgés tout de même. « Nous recrutons des seniors mais pour d’autres fonctions ». Car le groupe recherche également des chefs de projet informatique. La vente est plutôt un sport de jeunes, même dans le secteur de la complémentaire santé.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+