1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. Cadremploi TV >
  4. L’Invité RH >
  5. On revient vers vous >
  6. Olivier Besancenot : "Si j'étais un recruteur, je serais un enfoiré"

Olivier Besancenot : "Si j'étais un recruteur, je serais un enfoiré"

olivier-besancenot--si-jetais-un-recruteur-je-serais-un-enfoire

David Abiker

10/09/2012

Le « facteur de troubles » Olivier Besancenot, ex porte-parole de la LCR, explique à David Abiker comment il a menti à La Poste en entretien d’embauche.

 

Olivier Besancenot… sur le Bloc Notes de David Abiker

Malicieux

Têtu

Serein

Paradoxalement réaliste

Impression générale

« Si j'étais un recruteur, je serais un enfoiré ». Il ne faut pas se tromper sur le sens de cette sortie d'Olivier Besancenot, facteur de son état et membre de la LCR (dont il fut longtemps le porte-drapeau avant de laisser la place à Philippe Poutou). Non, olivier Besancenot n'a pas de haine contre les recruteurs. Il dit seulement que s'il faisait du recrutement à La Poste, il saurait repérer les trotskistes en entretien d'embauche.

Il connaît l'autre côté du miroir. Il confesse lui-même avoir bluffé pour rejoindre l’entreprise lorsqu'on lui a demandé ce qu'il pensait de la privatisation de La Poste. Besancenot, ce jour-là, est resté ambigu, passant sous silence ses opinions politiques. Et il a été admis à la grande fierté de sa grand-mère. Facteur à Neuilly-sur-Seine (qu'il aimerait quitter car il y a subi, pour la première fois, en 2012, des manifestations d'hostilités de certains électeurs de droite remontés), il s'amuse de la paranoïa de ses employeurs le concernant. On le considère comme un facteur… de troubles, toujours soupçonné par la direction de préparer des mauvais coups. Il s'en défend, un éternel sourire aux lèvres.

Besancenot a aussi un côté grand-frère, qu'il ne veut surtout pas assumer auprès de la génération Y lorsqu'il s'agit de donner des conseils pour l'oral. Mais, tout de même, pour lui la prise de parole est le seul moyen dans la société d'aujourd'hui de sortir d’un rapport de domination. Parle-t-il de la domination politique ou de l’entretien d'embauche ? Les deux, pour lui, c'est la même.

David Abiker
David Abiker anime depuis 2009 l'émission « On revient vers vous » diffusée sur Cadremploi.fr. Auparavant, il a travaillé dans les ressources humaines, la communication et la formation avant de signer plusieurs essais et romans. Il sévit désormais en tant que journaliste sur les ondes d'Europe 1 (Des clics et des claques), sur Paris Première (La Grande expo) et est chroniqueur pour Marie-Claire, GQ et Cadremploi.fr. Il a collaboré 7 ans à l'émission de France 5 Arrêt sur images. #
3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

ddore

08/07/2014

à 08:44

Il n'a pas besoin de devenir DRH, il l'est déjà!

> Répondre

Chris

13/03/2013

à 14:03

C'est la même *chose.

> Répondre

Steph

10/09/2012

à 19:30

Quand on parle du loup...

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte