1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. 3 bonnes nouvelles qui peuvent vous faire aimer 2020 (et snober le Blue Monday)

3 bonnes nouvelles qui peuvent vous faire aimer 2020 (et snober le Blue Monday)

3-bonnes-nouvelles-qui-peuvent-vous-faire-aimer-2020-et-snober-le-blue-monday

Sylvia Di Pasquale

20/01/2020

Une bonne fois pour toute, le Blue Monday étant une gigantesque arnaque, aucune raison de s’appesantir plus que de raison sur ce mème internet. Surtout qu’il y a plein de raisons de se réjouir en ce début d’année.

Fini le Blue Monday ? Cette gigantesque arnaque n'a pas dit son dernier mot mais nous n'en dirons plus un mot. Car le ciel de l’emploi est truffé de petits bonheurs et de petites avancées. Entre les queues de comète d’une longue grève, les jours qui ne rallongent pas assez vite et le peu de perspective à court terme de jours fériés et de leur cortège de ponts, on entrevoit quelques lumières tout au long du tunnel :

En 2020, tu télétravailleras

Même les grèves ont produit l’une de ces victoires appréciables, et pas forcément sur l’âge pivot ; Mais au cours de ces quarante derniers jours, les managers, bien obligés de lever le pied sur leurs réticences au télétravail, ont fini par concéder quelques journées à leurs collaborateurs coincés chez eux. Et ils ont pu constater que ça s’est plutôt bien passé ! Les dossiers ont avancé mieux, et plus vite, parfois, que ceux confiés à des salariés exténués et démotivés par des heures de galère et de marche à pied. De quoi faire changer d’avis les chefs réfractaires et plus open aux prochaines demandes. 

En 2020, 4 jours sur cinq tu travailleras

Microsoft l’a fait au Japon, alors pourquoi pas nous. La semaine de 4 jours payés 5 jours rend les salariés plus zen (on n’en doute pas).  Et selon les boîtes qui y sont passé en France (interviews à paraître sur Cadremploi), cette décision ne nuit pas à la progression, du chiffre d’affaires ni des performances individuelles. Évidemment, on se demande, comme dans la bonne vieille histoire de l’œuf et de la poule, si ce genre de méthode ne peut être mis en place que dans une entreprise en forte croissance, ou si c’est la semaine de 4 jours qui crée la croissance.

En 2020, ton manager te taclera car tu l’impressionneras

Cette année, l’amour vache débarque en entreprise. La sympathie, c’est so 2019. En 2020, il vous surchargera de travail, pour tester vos limites et vérifier que vous êtes bien le collaborateur à haut potentiel qu’il espère et qu’il a détecté. De la même manière, s’il ne vous fait jamais le moindre compliment, c’est tout simplement parce que vous l’avez habitué à être parfait. Ou qu’il est persuadé que vous êtes bien au-dessus de la mêlée, et qu’il n’a nul besoin d’en rajouter. C’est en tout cas ce que vous penserez après avoir lu le subtil ouvrage de Suzanne Bates en VO, puisqu’il n’est toujours pas traduit.

Un chef qui vous déteste (donc vous aime), une journée de boulot en moins pour travailler mieux, tout en restant à la maison : difficile de terminer décennie sous de meilleures auspices. 2020, l’année du travail serein.

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+