1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Avoir un mauvais boss pourrait vous rendre meilleur manager

Avoir un mauvais boss pourrait vous rendre meilleur manager

avoir-un-mauvais-boss-pourrait-vous-rendre-meilleur-manager

Sylvia Di Pasquale

18/03/2019

Dans tous les petits manuels du Freudisme expliqué aux nuls, on nous serine la farouche tendance de l’être humain à reproduire ce dont il a été victime. 

Mais le vieux père Sigmund n’étant pas un habitué des open-spaces, il a peut-être laissé échapper ce que d’autres après lui ont observé. 

Comme ces chercheurs américains et singapouriens. Les universitaires ont mené leurs petites expériences pour s’apercevoir que certains collaborateurs de mauvais managers devenaient de bons chefs. Elles ont démontré qu’être sous le joug d’un mauvais boss augmente de 12 % ses chances de devenir un bon manager par rapport à ceux qui n’ont jamais été confrontés à des supérieurs abusifs.

Le fait d’avoir fait l’expérience de se désolidariser d’un mauvais chef rendrait donc meilleur.

Pourquoi donc ? 

Parce qu’au lieu de reproduire son comportement abusif, on a réussi à garder ses distances, on s’est forgé une carapace, on a développé une résilience et que l’on est devenu plus fort. Et ce sont autant de qualités qui font, entre autres, les bons managers d’équipe. 

Savoir que pour devenir un bon chef, il n’est pas nuisible d’en avoir eu un mauvais est une chose. Encore faut-il mettre à profit cet enseignement. Un DRH peut, par exemple, s’en aller puiser dans le vivier des services dirigés par les pires chefs pour constituer sa relève de managers. Et, pourquoi pas, faire encadrer ses high potentials par des mauvais, histoire de leur forger le caractère.

Plus sérieusement, ces deux études apprennent surtout à relativiser les carrières en entreprise, parfois sinueuses. Et permettent à ceux qui accordent des promotions, de ne pas procéder par élimination au premier coup de mou, parfois lié à un supérieur plutôt inférieur. Et à ceux confrontés à des superviseurs mauvais ou abusifs de garder espoir.

Sur le même thème :

>> Repérer un manager toxique dès l'entretien d'embauche

>> Promu manager ? Les 5 erreurs à ne pas faire

>>  Toute vérité est-elle bonne à dire... à son chef ?

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+