Cadremploi.fr  > Actualités > L'édito de Sylvia Di Pasquale > Cadre innovant cherche boîte innovante

Cadre innovant cherche boîte innovante

cadre-innovant-cherche-boite-innovante

Ça y est. On est dans les starting-blocks, prêts à en découdre. Partant pour la grande aventure de l'entreprise. Pas pour en créer une, ni en reprendre une autre. Juste pour changer de boîte. Troquer notre routine pour une entreprise qui a de l'éthique et du sens. Et surtout qui innove comme c'est pas permis. Pas seulement dans ses produits, mais aussi dans sa gouvernance, son marketing, ses méthodes commerciales, voire sa musique d'attente.

Après tout, c'est le plein emploi pour les cadres. On s'attend à 200 000 embauches cette année alors on pourrait bien avoir l'embarras du choix. A condition, bien sûr, d'avoir entre 30 et 40 ans, d'être un individu plutôt blanc, de couver une compétence rare, d'être diplômé de la bonne école et d'avoir entre 5 et 10 ans d'expérience.

Mais supposons qu'on ait cette quinte flush en mains : comment trouver l'entreprise qui s'emboitera parfaitement à nos ambitions ? On peut se reporter au palmarès de l'institut Great Place to Work réalisée avec le Figaro Economie pour trouver the bonne boîte et taper at the bonne porte. Pour concocter leurs listes, les limiers de l'organisme s'en sont allés vérifier pour chaque entreprise candidate, et donc volontaire, des critères qui vont des règles éthiques à l'honnêteté de la gestion, en passant par la satisfaction de se rendre au travail tous les jours ou la fierté d'appartenance.

Dans la catégorie des sociétés de plus de 500 salariés, PepsiCo a gagné devant Microsoft. Et pour les PME, le jury a distingué Octo, une petite société de conseil en informatique. Soit. Ce sont des boîtes à la coule, avec pleins de chouettes chefs et de chouettes collègues. Mais nous, ce qu'on veut, c'est non seulement de la vraie bonne ambiance, mais aussi du neuf, du révolutionnant et surtout, de l'innovant.

Alors, on peut s'en aller voir du côté des entreprises adhérentes de Croissance Plus. Voilà un club d'entrepreneurs qui vient de réunir 150 de ses membres à Avoriaz du 24 au 26 mars lors de son « Spring Campus 2011 » pour débattre de cette fameuse innovation. Parmi les questions soulevées : existe-t-il une organisation idéale pour provoquer l'innovation en interne ? Comment encourager ses collaborateurs à prendre des libertés, toujours pour innover ? Faut-il prévoir de rémunérer les salariés innovateurs ? Les avis furent disséqués, partagés, débattus.

Parmi les chefs d'entreprise présents, certains ont milité pour l'innovation spontanée qui naîtrait de rien et ferait son petit chemin. D'autres la provoquent avec des organisations conçues pour mixer les modes de pensée, comme chez Lego. Ou l'encouragent financièrement par des primes, comme chez Cisco où les carottes peuvent aller jusqu'à 5000 euros. D'autres encore préfèrent offrir des crédits de temps à leurs salariés les plus créatifs comme chez SAS. Les uns et les autres s'interrogent, se remettent en cause, se contredisent parfois. Mais toujours réfléchissent, ce qui en soit, est déjà une forme d'innovation.

Du coup, on ne sait plus vers quelle boîte s'en aller. Vers l'entreprise velléitaire ou vers l'entreprise volontariste ?

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr - 28 mars 2010

Une réaction ? Un témoignage ? Le forum ci-dessous vous est ouvert.

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi.fr

7

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Thierry Cipi

03/04/2011

à 20:31

D'accord avec Sophie et Jacquot. En gros passé les 40 ans nous sommes bons pour la poubelle. Moi aussi, j'ai des réalisations en innovation et montage de nouveaux businesses qui ont réussi etc.. Depuis que j'ai passé les 40 ans, les chasseurs de têtes me snobent, les employeurs aussi, alors que le CV n'a rien de honteux bien au contraire et les entreprises où je suis passé sont très connues comme des références. Et ce n'est pas Cadremploi qui va militer en faveur d'un marché de l'emploi plus rééquilibré, alors qu'en ce moment c'est le jeunisme échevelé. L'absurdité de la situation est telle que jeune sortie de l'université, ça ne va pas, et 15 après ça ne va plus !!!

> Répondre

Caro

02/04/2011

à 08:16

Article plein de bon sens et réalité du marché français sauf que si on tape sur des entreprises à vision internationale, il est plus facile de se caser en tant que "non blanc", esprit d'ouverture normalement ancré. Ceci dit, ce n'est pas souvent le cas et je le conçois. Le réseau est extrêmement important pour trouver THE boite. Alors cultivez votre réseau, donnez des nouvelles cela fait toujours plaisir...

> Répondre

JACQUOT

01/04/2011

à 15:59

Entre 30 et 40 ans... C'est une honte de pouvoir lire ça... Alors que l'on commence notre carrière de plus en plus tard et que nous devrons la finir à l'aube de nos 70 ans. On nous impose une carrière de 10 ans... C'est une honte!!! Avant trop jeunes, après, trop vieux!! Je pense qu'il est grand temps de réagir, UNE BONNE REVOLUTION pour remettre las choses à plat.

> Répondre

Sophie

29/03/2011

à 20:13

Cadre innovant cherche boite innovante :
C'est tout mon profil: Mais 20 ans d'expérience, 44 ans, Femme, diplômée MBA et Post master innovation, Mobile à l'international.
C'est peut être un peu trop actuellement et cela ne rentre plus dans le cadre 30-40 et 5 à 10 ans d'expérience...

> Répondre

palphadembele

29/03/2011

à 14:19

C'est une honte qu'au 3è millénaire la couleur de peaux puisse etre un critère de choix pour la recevabilité ou non de candidature à un poste .La France c'est un pays qui a été sauvé grace à une coalition multi-culturelle (on a tendance à l'oublier).

> Répondre

J

29/03/2011

à 13:03

Cet article me rassure, je rentre dans les cases...
le problème c'est plutot de me caser...

J'ai mis en place un concept novateur de développement des performances. Faute de réseau, de temps et d'argent, je rame un peu.

Je dois donc me resoudre à revenir dans le monde des salariés, ce qui ne me déplais pas pour autant.
Surtout si je trouve l'entreprise qui cherche un profil ambitieux et créatif.

Je vise la lune, au pire j'atterirais dans les étoiles!!!!

> Répondre

stephane

29/03/2011

à 11:18

j'ai bien aimé la phrase 'individu plutot blanc'. c'est en effet la réalité, d'ou mon expatriation...formé en France, bossant a l'étranger par nécessité car non blanc mais français parait il...LOL

> Répondre

+