Cadres illusionnistes au secours des ministres

Sylvia Di Pasquale

C'est vraiment pas le genre de la maison. Mais on est bien obligé. Nous en appelons à votre bon cœur, à votre sens du civisme et à votre expérience de cadre. Il en va de la grandeur de la France et de ses ministres. Comme vous le savez, un audit leur tombe sur le paletot. Et pas sous la forme d'une antépénultième commission missionnée par un sous chargé de prospective au centre d'étude organisationnel du département des statistiques. C'est d'un audit pour de vrai qu'il s'agit, avec cabinet privé, consultants tatillons, bureaux à Paris, Tokyo, Londres, et boutons de manchette.

On imagine la tête de nos politiques élevés au bon grain de l'ENA et de l'Etat devant ces extra-terrestres. Un peu comme si la princesse Ira Von Furstenberg était délocalisée à Villiers-Le-Bel, ou si Jean-Luc Godard était chargé de réaliser Les bronzés 4. Ce choc des mondes, les ministres du gouvernement Fillon le subissent en ce moment même, face au cabinet Mars & Co, que Nicolas Sarkozy leur a mis dans les pattes. On pourrait s'interroger sur la pertinence de l'expérience, se plonger dans le déjà très ancien débat de la République qui doit être gérée, ou pas, comme une entreprise. Mais le temps presse et l'urgence aujourd'hui, consiste à éviter à quelques hommes et femmes politiques de venir grossir la liste suffisamment longue des demandeurs d'emploi.

Et c'est vous, cadres internautes, qui pouvez sauver la mise des Xavier Bertrand, Christine Lagarde, Brice Hortefeux ou Christine Albanel. Car les évaluations que subissent leurs services et leurs petites personnes, vous les connaissez mieux qu'eux : respect des objectifs, rentabilité des actions et autres critères de productivité. Pour commencer, il s'agit d'instruire nos ministres, de leur apprendre une langue étrangère, celle de leurs auditeurs. Avec vos conseils, c'est d'un ton limite désinvolte qu'ils parleront de « workflow », de « comop », de « merging project ». Leurs actions auront forcément été « armées » après « reportings croisés ». Ainsi appareillés, nos audités s'exprimeront dans le même idiome que leurs auditeurs, histoire de les mettre dans de bonnes dispositions. Evidemment, une fois amadoués, reste à convaincre ces consultants. Soyez sympa, partagez avec nos ministres les différentes martingales qui permettent de faire passer le réalisé pour l'objectif. Qui dit mieux : « Nous avons revu les forecasts de façon à lisser les atterrissages du 1ᵉʳtrimestre ». Un tour de passe-passe utile quand on n'atteint pas ses objectifs mais qu'il faut faire semblant de maîtriser le delta. Un problème de productivité ? Il faut détourner l'attention et se plaindre de sous-effectif chronique : « J'ai 40% d'actions no follow actées, mes temps plein sont à 120%, si je n'ai pas de nouvelles ressources, je ne m'engage plus sur les livrables. » Même une équipe moyenne se fait illico passer pour un groupe d'attaque auprès duquel un bataillon du GIGN ferait figure d'aimable chambrée de louveteaux. D'autres banales difficultés pourraient faire baisser la note de certains ministres : les cadres de son équipe démissionnent les uns derrière les autres, un de ses collaborateurs fait cavalier seul ou encore ses collègues contestent ses décisions... Alors, benchmarkez vos bonnes pratiques avec nos ministres, ils ont besoin de vous.

Bien sûr, nous vous en demandons beaucoup. Trop, même. Car ces ficelles font partie de la panoplie de compétences d'un bon cadre qu'il est risqué de dévoiler. Mais il en va de la cohésion nationale. Et si nos ministres risquent de ne pas vous être reconnaissants de leur avoir sauvé la mise, votre conscience en sera à jamais sereine.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :