Cadres : tous fonctionnaires ?

Sylvia Di Pasquale

On les avait quittés flamboyants et prêts à bouffer de la crise. On les retrouve frileux et encombrés d'un gros besoin de se rassurer. Rappelez-vous, c'était il y a quinze petits jours seulement. Nous relations ici même que les cadres affirmaient qu'ils se sentaient bien dans leur peau et dans leur boulot, et qu'ils étaient confiants dans leur avenir perso. A peine deux semaines plus tard, qu'apprend-on, stupéfaits et trahis ? Que les mêmes n'ont qu'un rêve : bosser chez EDF. Pour 22% des cadres interrogés par Viavoice pour HEC, le Figaro-L'Express Réussir, France 24 et France Info, la boite publique représente le modèle idéal.

 

Electricité de France enfonce largement les Google, L'Oréal et autres Orange. Un rêve de fonctionnaire à l'opposé d'une carrière privée. François Miquet-Marty, l'un des auteurs de l'étude, la décrypte pour la chaîne France 24*. Et ce sont les termes d'entreprise « solide, rassurante, stable » qui reviennent le plus souvent dans son analyse. Affublés d'un zeste de « développement durable ». Il faut dire qu'EDF est associée à la verdure écologique pour 50% des Français. Autre argument avancé pour justifier ce choix : cette entreprise traverse mieux la crise que les autres.

 

Alors nous voilà fort marris et plutôt décontenancés sur les bords. On cherche, on fouille, on remonte le fil de l'incompréhension, et on ressort un calendrier. Le sondage Ifop pour Cadremploi a été mené en décembre. Celui de Viavoice date de janvier de cette année. Un mois où nos gagnants prêts à affronter des ouragans avec une niaque à toute épreuve se sont transformés en fonctionnaires en puissance, prêts à se mettre à l'abri de la moindre brise. Que s'est-il passé entre-temps ? Les cadeaux sous le sapin étaient décevants ? La dinde n'était pas bio ? La bûche n'était pas pur beurre ? Des hypothèses pour un virement de bord qui ne tiennent pas. On ne change pas d'avis comme ça, à cause d'une crise de foie.

 

Et si l'affaire Proglio et son joli double salaire de boss d'EDF-Veolia était passée par là ? Si nos cadres, plus matois qu'on ne le croit, se disaient que forte rémunération et fonction publique n'était plus si incompatibles que ça ? Pire encore. Peut-être que nos cols blancs anticipent une future privatisation. Et veulent leur ticket d'entrée avant que le sort en soit jeté.

 

Autant d'élucubrations qui ne tiennent pas plus la route que la dinde frelatée. Il est plus probable que les cadres, même satisfaits de leur sort et confiants dans leur avenir, n'ont aucun mal à se projeter dans l'idée d'un meilleur job, là-bas quelque part, surtout quand un sondage le leur suggère. Mais au train où vont les sondages, peut-être apprendra-t-on la semaine prochaine qu'une majorité de cadres français approuve la baisse des effectifs dans la fonction publique. Y compris chez EDF.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr - 8 février 2010

 

 

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi.fr

 

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :