1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Ce que vous avez raté pendant vos vacances (ou pas)

Ce que vous avez raté pendant vos vacances (ou pas)

ce-que-vous-avez-rate-pendant-vos-vacances-ou-pas

Sylvia Di Pasquale

17/08/2015

Ça va comment ? Comme un jour de reprise. Comme un matin de retour au boulot où l’on se demande, après quinze petits jours ou trois longues semaines d’absence, ce qu’on a loupé. Car on est forcément persuadé que, dès qu’on a le dos tourné et enduit de crème solaire, le monde s’arrête de tourner rond puisqu’on n’est pas là pour lui indiquer dans quel sens il doit tourbillonner. Alors, pour les persuadés de leur irremplaçabilité, pour les convaincus de leur indispensabilité, voici un florilège de ce qu’ils ont loupé. Un pot-pourri de chiffres indiscutables, d'infos essentielles, d'études irréfutables qui prouvent que l’on peut s’éloigner de ses collègues sans que l’économie mondiale n’en soit chamboulée.

À moins que l’on ne se préoccupe du coût, exorbitant forcément, de la gueule de bois dans les entreprises australiennes. Les chercheurs du National Centre for Education and Training on Addiction ont livré cet été ces chiffres à la face du monde : les post-beuveries coûtent 3 milliards de dollars chaque année aux boîtes du pays, conséquemment aux 11,5 millions de congés maladie pris à cause du mal de crâne des fêtards. Mais on peut n’avoir aucune commisération pour les gueules de bois des antipodes. En revanche, les travaux estivaux des chercheurs de l’université de Floride ne sauraient laisser indifférents. 

Car ils ont découvert que l’impolitesse au bureau est une maladie contagieuse. Si l’on est bon comme du bon pain, le simple fait de fréquenter des collègues impolis transformera un gentleman/woman en parfait goujat(e).

Poli ou pas, chaque salarié est un homme ou une femme soumis aux lois naturelles. Comme celle de la grosse commission. Pas celle d’une séance plénière au siège de l’Union européenne, mais celle qui se passe au petit coin. Et l’on découvre, effaré, la difficulté des salariés de s’y livrer au bureau. S’ensuivent des maux de ventre et des stratégies d’évitement intenses et parfois douloureuses.

Reste pour tous ceux qui ont le sphincter heureux, même en cas de forte promiscuité, une offre d’emploi parfaitement adaptée. La Russie va recruter des cosmonautes dès l’an prochain. Et l’annonce précise que le job est ouvert à tous. Aux impolis, aux victimes de la gueule de bois et aux perturbés des WC.

Quant à tous les autres, ceux qui se contentent de retourner au boulot ce matin, ils peuvent se rassurer. En leur absence le monde a continué son bonhomme de chemin et ils le retrouvent dans l’état où ils l’avaient laissé. Empli de préoccupations essentielles et de graves questionnements existentiels. Deux bonnes raisons pour vous encourager à refaire votre CV. Comme vous l’aviez décidé avant vos congés.

@Syl_DiPasquale  ©Cadremploi.fr

Dessin de Charles Moniier

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+