1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. C’est la rentrée, résisterons-nous au co-walking ?

C’est la rentrée, résisterons-nous au co-walking ?

cest-la-rentree-resisterons-nous-au-co-walking-

Sylvia Di Pasquale

11/09/2018

Une tendance à deux balles, et tout le monde s’emballe. C’est peut-être ce qui est en train d’arriver au co-walking. Le quoi ? Autrement appelé walking meeting ou walk and talk, cette pratique consiste à ne plus faire de réunions dans un endroit aussi bête qu’une salle de réunion, mais en marchant.  Pas autour de la table, ou dans un couloir : trop facile. Il s’agit de mettre un pied devant l’autre sur un trottoir, ou mieux encore, au bord de l’eau et entouré d’arbres. Rien que ça. 

 

Il aura suffi la semaine dernière, que BFM exhume une vieille pseudo tendance américaine, née en 2015, et racontée par la Harvard Business Review, pour que le bon vieil effet boule de neige se mette en marche. Sur le mode « youpi c’est trop génial » comme souvent, comme ici et , ou sur un mode plus goguenard comme c’est trop rarement le cas.

 En réunion-promenade, laissez les idées s'écouler pendant que vous marchez

Donc, si l’on en croit la cadre citée par la chaine info, faire une réunion en marchant, permet de tout retenir de la conversation sans même avoir à prendre de notes. En plus, la marche à pied ouvrirait d’autres pistes de réflexion. Du bonheur en barre (de rire). En plus, cette pratique permettrait de lutter contre la sédentarisation, la position assise et l’ensemble des risques pour la santé qui y sont liés. Au moins, ce dernier argument est imparable. 

 

Du coup, on n’hésite plus et on se balade avec ses collègues, son chef, ses collaborateurs, ses clients et ses fournisseurs. Tous dehors et en sneakers

 

Bon, les spécialistes préviennent : il faut limiter le co-walking à trois ou quatre participants. Mais diantre, pourquoi donc ? Pour être entendu et si possible compris, pardi. Et si jamais quelques participants ont la mémoire qui vacille et si jamais ce client a la main qui tremble trop pour signer un bon de commande en marchant, on refait les mêmes réus, assis dans la bonne vieille salle de réu. De toute façon, on l’a déjà réservée la semaine prochaine. Pour faire valider auprès du boss la pratique du co-walking.

 

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]



 

2

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Cassandra

19/09/2018

à 15:02

Avant même d’entendre parler de ce mot, je l’ai pratiqué dans le cadre d’un poste au siège Titres d’une grande banque: après la pause déjeuner, on sortait marcher autour du bâtiment pour s’aérer et discuter entre collègues... Cependant utiliser le co-walking comme temps de réunion je ne connaissais pas, je trouve ça super

> Répondre

cechenry

13/09/2018

à 16:19

La marche comme source de créativité, bien sûr ! Le cerveau adopte alors un mode de connexion différent et propice à de nouvelles approches, idées, solutions :-)
Et quelle bonne idée que d'apporter du nouveau dans les réunions ... pour créer du nouveau, du vrai !

> Répondre

+