« C'était mieux avant ! », soupirent les recruteurs

Sylvia Di Pasquale

Oubliez tout ce que nous, et les autres, ont pu vous raconter sur l'art et la manière de décrocher un emploi. Le dossier de candidature expédié par mail, seul accès possible à un entretien ? Halte là. Les recruteurs ne dédaigneraient pas les CV envoyés par la poste. Pareil pour le petit coup de fil passé avant même de candidater. Tous les spécialistes sont d'accord pour  affirmer que c'est la gaffe à ne pas commettre. Sauf les responsables RH qui sont quelques uns à le solliciter.

Et ça continue dans le registre « nous ne sommes pas ceux que vous croyez ». L'engouement pour les réseaux virtuels, les espaces communautaires et autres facebookeries pourvoyeuses de jobs ne serait qu'une lubie passagère qui devrait s'essouffler dès la fin de cette année. Pareil pour les forums de l'emploi, ils les dédaignent majoritairement. Même la bonne vieille annonce dans la presse papier, pourtant tombée dans une disgrâce vérifiable chaque jour, trouve à nouveau grâce à leurs yeux.

Cette volte-face des pros des ressources humaines, aussi soudaine que peu compréhensible, a été constatée par le cabinet de recrutement Robert Half qui a interrogé 3 000 recruteurs en entreprises dans 17 pays différents. Et les résultats de cette enquête internationale sur les outils du recrutement 2008 vont tellement à l'encontre du message envoyé aux chercheurs d'emploi depuis des années, que Fabrice Coudray, directeur de la branche française du cabinet international a tenu lui-même à rectifier le tir en affirmant que, en ce qui concerne la maison qu'il représente, « il est clairement recommandé d'adresser une candidature par email pour en faciliter et accélérer le traitement. » Faites ce que je dis, mais pas ce que je constate.

Alors, cette dichotomie entre un sondage, aussi international et complet soit-il, et la réalité du terrain, pose évidemment quelques questions. La première étant de savoir quelle mouche a piqué les recruteurs qui ont répondu aux enquêteurs de Robert Half ? L'une des hypothèses plaiderait en faveur d'un excès de romantisme nostalgique. Ces messieurs-dames les recruteurs rêveraient d'un temps jadis où leurs seules compétences pouvaient leur permettre de sélectionner le right candidat pour le right job. Un temps d'avant les logiciels de tri de CV, les réseaux virtuels et leur cooptation tout aussi virtuelle la multiplication et la sophistication des outils.

Un temps où le pétrole était moins cher, où les cadres avaient des RTT, où la croissance pétait le feu. Alors ils font part de leur angoisse du temps qui passe aux sondeurs. Comme ces téléspectateurs qui à la classique question « qu'elle est votre type d'émissions préféré ? », répondent invariablement « le JT et les documentaires d'Arte». Histoire de passer pour des citoyens cultivés. Aux yeux du questionneur, comme à leurs propres yeux. Mais dès que l'interrogatoire est terminé, ils s'en vont regarder « L'Ile de la tentation ».

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :