« Chéri, on passe à l'Est »

Sylvia Di Pasquale

 

 

Evidemment, il y a ses marchés de Noël et leur odeur de cannelle. Bien sûr, il y a son pain d'épices, en forme de Saint Nicolas. L'Est de la France ? Idéal pour un week-end d'hiver en amoureux, quelque part du côté de Strasbourg, Nancy ou Dijon. Mais de là à s'y installer avec armes, bagages, conjoints et enfants, il y a comme un Rubicon à franchir que nombre de cadres troqueraient sans vergogne contre une escalade de l'Annapurna sans oxygène.

Car le plus ardu dans ce projet de migration vers la droite de la carte de France, ce n'est pas tellement de se laisser convaincre par les nombreux cabinets de recrutement qui essaient d'attirer des pointures en tous genres dans l'une des 5 régions où les entreprises n'ont pas bouclé leurs objectifs de recrutement pour 2007. Le plus raide est de faire adhérer son entourage aux vertus de ces régions. On imagine la scène et la tête de ce col blanc de retour au foyer, tard le soir comme il se doit. Avant même de poser son cartable et son trench dans l'entrée, il (elle) annonce fièrement à madame ou monsieur, « chéri(e), fait les valises, on s'installe à Obernai » (que l'on peut aisément remplacer par Epinal, Montbéliard, ou Colmar). Les valises risquent d'être effectivement bouclées à la hâte, mais elles seront remplies des affaires perso du cadre enthousiaste. Lesquels bagages risquant en outre d'être précipités sur le palier sans ménagement et accompagnés d'un mot doux, dont nous ne livrons qu'un ersatz, pour ne pas heurter la sensibilité de nos lecteurs : « Vas-y tout(e) seul(e) ! ».

Alors, pour lutter contre le célibat forcé des cadres mobiles vers le Grand Est français, et surtout pour ne pas contrarier les ardeurs de ceux qui envisagent d'y trouver un nouveau job, nous leur avons concocté un petit argumentaire tellement convaincant que leur moitié(e) risque d'embarquer toute la famille dans le premier TGV Est avant même la fin de l'exposé. Passons très vite sur l'état de l'emploi dans ces régions. L'Alsace dispose de l'un des taux de chômage les plus bas du pays. Quant à la Lorraine, sa situation géographique unique en France lui offre des frontières avec la Belgique, le Luxembourg et l'Allemagne dont elle profite largement, tout comme la Franche Comté profite du voisinage suisse. Entre les industries implantées depuis des lustres et les pôles de compétitivité en pleine expansion, l'Est regorge d'emplois qualifiés.

Si ce premier topo ne convainc pas le conjoint en train de balancer par la fenêtre la garde robe du candidat au départ, passez rapido en phase II. Et abordez les arguments sur la qualité de vie. Le climat hautement continental de ces régions a moult avantages. Quel cadre ne rêve de neige à Noël et de grand soleil en été. C'est le cas par ici. L'amplitude entre le froid hivernal et la chaleur estival est la plus importante de France. Il ou elle exige des preuves ? Montrez-lui les chiffres de ventes de piscines individuelles dans ces régions. L'Alsace est le deuxième recoin de France à battre des records de vente, juste derrière le Sud-Est. Ca y est l'amoureux(se) est à moitié conquis.

Reste à porter l'estocade finale, l'argument qui tue, le truc qui laisse l'adversaire à terre. A ce niveau du combat, il ne faut pas hésiter à faire appel aux plus bas instincts de l'être humain : son estomac. Sur un ton absolument badin, il convient d'asséner, avec une insolente assurance puisque c'est totalement exact, que l'Est est la région de France qui détient le record de concentration de restaurants trois étoiles Michelin.

 

 

Ces grandes maisons ne se transformeront peut être jamais en cantine pour cette famille de cadres en partance vers le Grand Est. Pas grave. Et même si les étés lorrains, alsaciens, francs comtois ou bourguignons sont parfois pourris, même s'il y pleut parfois plus qu'il y neige, ils ne devraient jamais regretter leur décision, même prise sous influence. Car une région qui produit autant de grands cuisiniers, un coin ou les gens se baignent même sous la pluie et font du ski dans la gadoue mérite que l'on s'y attarde.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :