1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Chômeurs, tous des tire-au-flanc ?

Chômeurs, tous des tire-au-flanc ?

chomeurs-tous-des-tire-au-flanc-

Sylvia Di Pasquale

13/10/2014

Le joli raccourci que voici. Un chômeur sur cinq ne cherche pas d’emploi. Résultat : 20 % des inscrits à Pôle emploi sont des tire-au-flanc. CQFD. « Ah mais non, pas du tout, on n’a jamais dit ça », s’offusquent les politiques, les boss de l’ex-Assedic et le chœur des médiatiques. Mais leurs précautions sont vaines et seul surnage ce taux : 20 %.

Pourtant, chacun a saisi ses pincettes du bout des doigts. Les auteurs de ce rapport d’étape comme Les Echos qui l’ont publié cette semaine : ce taux de chômeurs qui « n’ont pas fait d’actes positifs et répétés de recherche d’emploi » a été constaté dans exactement 2 agences, à Toulon et à Manosque. Deux agences seulement alors que la France en compte 956. En plus, seuls 6,7 % des chômeurs inscrits dans les agences incriminées ont été finalement sanctionnés. Pour la représentativité des fameux 20 %, on repassera.

Il n’en reste pas moins que cette info, avec l’amalgame qu’elle crée forcément, déboule en plein débat sur la réforme des indemnités chômage et la volonté d’intensifier les contrôles des chercheurs d’emploi. Quand une institution comme l’Unédic est en déficit de 4 milliards, il est totalement légitime de s’interroger sur les moyens d’enrayer la machine à perdre. Comme il est légitime de contrôler les chercheurs d’emploi, de vérifier qu’ils recherchent bien un emploi et d’éviter les abus.

Mais est-il vraiment nécessaire d’argumenter cette volonté avec un rapport d’étape qui n’est représentatif que de la volonté de certains ? Une volonté de rechercher des coupables annexes quand c’est l’institution Pôle emploi toute entière qui est en cause, qui ne sert que de chambre d’enregistrement pour constater la (mauvaise) situation des sans-emploi. Qui se contente (le cas échéant) de les indemniser. Et qui n’a pas les moyens d’effectuer, pour un nombre de chercheurs d’emploi croissant, la mission pour laquelle elle a été créée : gérer industriellement la mise en relation d’entreprises qui recherchent des candidats, avec ceux qui recherchent un emploi. 

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr

Illustration © Charles Monnier

26

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Léo

10/12/2014

à 13:53

Le fait est qu'un certain nombre de demandeurs d'emploi ne sont pas en "recherche active" (selon la terminologie de Pôle emploi) de travail. Chiffrer précisément cette réalité est d'autant plus difficile qu'il y a des degrés dans la vigueur des recherches.

Quant aux explications possibles, elles sont nombreuses. On peut s'octroyer quelques jours juste après l'inscription, ou plus, voire beaucoup plus. On peut être découragé-e. On peut être proche de la retraite. On peut être en attente d'une embauche, promise plus ou moins vaguement par un employeur. Etc.

On peut comprendre tout ça. Et comme il est dit dans un des commentaires, dans la mesure où l'on n'a pas d'emploi non pourvue (en général) à proposer à ces personnes, il est un peu vain de les traquer.
Cela dit, certain-e-s poussent le bouchon un peu loin, c'est mal.

> Répondre

Isabel55555

28/10/2014

à 22:25

Pepito chocolat au lait,

Oui mais ils sont hypocrites en fait en France, tout simplement parce que les annonces qu'ils postent sur le net ne reflètent pas du tout ce qu'ils recherchent réelement en terme de critères.... Par exemple là j'ai vu des offres de la société edf, qui propose des postes soit disant ouverts aux jeune enfi. Ceux qui ont moins de 7 ans d'expériences.... mensonge en contactant le cabinet de recrutement qui n'est autre que le cabinet menway il se trouvent que le Directeur en question veut une personne qui a + de 7 ans d'experiences... Et qui a deja eu un experience chez un concurrent ( bah oui depuis l'ouverture de la concurrence au niveau des energies) + une experience à l'international,
Et pourtant rien de tout cela n'est indiquer sur la fiche... Du coup quand le candidat croit bien cobler bah non piégé il a mal ciblé.

D'autre part certains métiers sont "voler" par des personnes n'ayant aucune légitimié à être à ce poste, quand je vois des personnes qui ont fait un doctorat en droit, et se trouvent à un poste d'attachée de Direction ou d'Assistante de Direction.... Je trouve cela anormal, ces personnes n'ont rien à faire sur ces postes mais les entrprises ferment les yeux et sont contents !

Et pourtant ils devraient ouvrir les heux et voir à quel point les employeurs sont hypocrites et surtout corrompus.

> Répondre

pepito

24/10/2014

à 12:39

La recherche d'emploi est un travail à temps plein quand on répond correctement aux offres. Personnaliser sa lettre de motivation, adapter son cv au poste.

Le problème est que le système est ficelé, on ne laisse pas la chance aux chômeurs car il y a toujours un critère qui ne correspond pas, on est trop ou pas assez diplômé, il faudrait remplir les cases au centimètre près...... il faudrait se baser sur le système anglo-saxon lequel favorise l'engouement, l'initiative dans la prise de fonctions au lieu de nous gargariser avec des "conditions strictes" qui plombent la reprise.....

> Répondre

micael

23/10/2014

à 23:46

je suis au chomage depuis 1an et tjr rien je demande des rdv ac ma conseillère pour un projet et j'ai tjr pas eu de reponse pour mon rdv et apres dit ke c'est nous ke cherchons pas de travail il faut arreté de mettre la faute sur nous alors ke le problem est dans le pole emploi

> Répondre

thierry

17/10/2014

à 11:52

En réalité, je ne vois pas bien pourquoi nous perdons notre temps à conjecturer sur 20%¨de chômeurs qui soi-disant ne cherchent pas à travailler, voire profitent du système...
Alors qu'il y en a 80% qui cherchent et qui n'en trouve pas !!!

Ce n'est pas en conjecturant sur le sujet et en poussant d'une manière ou d'une autre ces 20% à chercher du travail, que l'on créera plus de postes pour les 80% et même 100% de demandeurs d'emploi.
Si ces 20% ne cherchent pas d'emploi, c'est tout simplement plus de chance pour les autres d'en trouver.
Et si on n'arrive pas à embaucher des tourneurs, fraiseurs, chaudronnier...au métier 'non sexy', les entreprises n'ont qu'à présenter des évolutions de postes et de carrières pré-établies et signées avec engagement des 2 cotés

Bref, ne nous préoccupons pas de ces 20% (à moins d'en être jaloux) et attaquons-nous aux vrais problèmes.

> Répondre

kinoui

16/10/2014

à 21:45

et bien, passez les concours si c'est aussi cool d'être fonctionnaire. Trois tentatives et trois échecs malgré mon bac + 5 ... Très sévère sélection .....
je suis demandeur d'emploi et je vais créer ma boite car ce sera beaucoup plus simple que d'être fonctionnaire !

> Répondre

Epoch71

15/10/2014

à 11:34

Et de s'attaquer au effets plutôt qu'aux causes.

Faire payer aux chômeurs les échecs consécutifs des pactes de responsabilité et autres baissent de TVA dans la restauration pour ne citer que ces mesures. Faire payer aux chômeurs les mensonges répétés du MEDEF en réponse aux génuflexions de gouvernements couards et incompétents dans la résolution du chômage par une vraie redynamisation de l'emploi en France.

La dévalorisation du travail manuel et technique en vidant de leur substance les filières d'apprentissage de bons éléments à conduit les entreprises à avoir du mal à trouver du personnel compétent pour sortir des produits de qualité de chaînes de fabrication atones, donnant toujours un peu plus de raisons aux industriels d'aller chercher la main d'oeuvre ailleurs où le travail manuel existe. L'industrie allemande se porte bien parce que les apprentis en mécanique (par exemple) sont reconnus et sont payés pour leur excellence et sont valorisés. Les gens acceptent alors aussi de se salir les mains.
En France, avoir les mains sales est un gage de ratage social.

Ca fait des décennies que la France scie patiemment la branche sur laquelle elle était assise et c'est les chômeurs qu'on stigmatise, c'est de meilleur ton que d'accuser l'afflux de main d'oeuvre étrangère pour répondre au besoin de main d'oeuvre sur les métiers désaimés des français. Ne me prêtez pas de discours racistes nauséabond, je veux juste dire qu'il faut chercher une solution facile : détruire les chômeurs plutôt que de construire de l'emploi pour faire baisser les chiffres du chômage.

J'ai reçu ce jour même il y a 30 minutes un courrier de Pole Emploi qui me relance pour la remise d'un dossier que je leur ai déjà déposé il y a 15 jours. J'ai quinze jours pour me bouger (je résume) ou sinon je me fais radier.

Qui est ce qui chôme entre moi et le Pôle Emploi ? Mais biensûr, c'est plus facile de stigmatiser les chômeur plutôt que l'agonie d'un système économique étouffé par des patrons et des multinationales qui n'ont jamais été aussi grasses !

A bon entendeur

> Répondre

Bruno67

15/10/2014

à 10:23

Le nombre de sans emploi est du à une politique, qui favorise cela. Le manque de flexibilité de Pôle Emploi du aux politiques. Exemple un chômeur travaille 5 jours en intérim il sera payé le 15 du mois suivant et il touchera de Pôle Emploi le solde de son allocation le 25 du mois suivant. Celui qui est resté sans travaille lui aurra son allocation le 5 du moi suivant. Cela veut dire que en pratique, le futur intérimaire, c'est mieux pour lui de travaillé que des mois plein. Coût pour changer cela nul ou pratiquement, gains énormes. Les formations, en manque l'état oblige les salariés et les entreprises d'avoir des habilitations diverses et variées. Par exemple un mécanicien aujourd'hui il faut qu'il est une habillitation de pontier de cariste de secouriste de nacelliste etc...

> Répondre

ggt

15/10/2014

à 10:09

Il serait temps de parler des discriminations en tout genre réaliser par les entreprises et des processus de recrutement aberrants.
Tous cela sont des freins à l'embauche de personnes au chômage.
Les entreprises par ces pratiques entretiennent le chômage.

> Répondre

Valerie78

14/10/2014

à 22:07

Qu'il y ait des fraudeurs profitant du système d'assistanat en France, je le crois. Mais je pense aussi et surtout que la majorité des personnes inscrites à Pôle Emploi ne veulent pas rester à Pôle Emploi et font face à des difficultés diversifiées et différentes selon les cas personnels. On ne peut pas faire des généralités, chaque cas étant particulier.

Penchons nous aussi sur le rôle et les missions de Pôle Emploi : en dehors de la gestion des dossiers d'inscription (qui se compte malheureusement en dizaine de millions) et l'organisation d'ateliers thématiques (se préparer à un entretien, travailler sur son CV, les techniques des réseaux....) le "fameux retour à l'emploi" me paraît bien difficile devant le peu de solutions proposées soit parce qu'elles ne sont pas suffisantes, soit parce qu'elles ne sont pas appropriées, sans compter le côté très procédurier et les anomalies de courrier émanant de Pôle Emploi. Une personne en recherche a autre chose à faire que de résoudre les problèmes de communication ou transmission de messages car il y a fréquemment des bugs informatiques qui peuvent conduire à recevoir des courriers de menace de radiation injustifiés. Pôle Emploi est un établissement public à caractère uniquement administratif et procédurier. Et l'emploi dans tout cela ?

Par ailleurs les conseillers de Pôle Emploi n'ont pas les compétences nécessaires pour le recrutement ni l'orientation conseillée ou bien l'accompagnement sur un projet de création ou reprise d'entreprise. Je ne les blâme pas, je dis simplement qu'il y a une pénurie de solutions ainsi que des personnes appropriées au sein même de l'organisme en charge du retour à l'emploi.

Et dans un contexte de mondialisation et de course à la compétitivité que dire des entreprises qui licencient ? Le contrôle devrait aussi se faire de ce côté là. J'aurais pour ma part connu le licenciement pour différentes raisons : plan social, restructuration, transfert d'activité à l'étranger, fermeture de site, problèmes économiques.... Et la situation est devenue trop récurrente à mes yeux. Alors, les membres du gouvernement - qui vivent dans leur tour doré et qui me semblent loin des problèmes quotidiens de nos concitoyens - devraient apprendre à examiner le sujet sous tous ses aspects la conjoncture, le marché du travail, l'entreprise (petite, moyenne ou grande, leurs problématiques sont différentes), Pôle Emploi plutôt que l'addition soit payée par les personnes qui n'ont certainement pas demandé à être dans une situation inconfortable. Si contrôle il y a, il ne devrait pas être aléatoire mais plutôt être sélectionnés sur les "personnes suspectées".... Un chômeur de longue durée ne veut pas automatiquement dire un fraudeur mais une personne en détresse ou qui a sombré, faute de n'avoir rien trouvé....

Une active en colère

> Répondre

Christine

14/10/2014

à 20:13

On n'arrête pas de fustiger les chômeurs : ce sont des profiteurs, ils ne cherchent pas d'emplois et ils coutent cher à la société. Cela me choque et encore plus le fait que le gouvernement soit socialiste.

Je consulte les sites d'offres d'emplois et je ne vois pas des offres à la pelle. Sur le site de Pole Emploi qui collecte le plus d'offres, on arrive à environ 200 000 offres tout métier confondu, tout type de contrat et pour tout le territoire. Parmi ces offres, beaucoup sont en doublon voire triplon (offre diffusée par l'entreprise, par une ou plusieurs agences d'intérim ou cabinets de recrutement pour le même poste).

Je lis la presse et je vois régulièrement des fermetures d'entreprises ou des suppressions de postes.

La croissance stagne.

S'il y a du chômage, ce n'est pas la faute des chômeurs.

L'annonce du pourcentage des demandeurs qui ne cherchent pas ne dit pas grand chose sur la méthode. Qui ont ils contrôlé ? des chômeurs fraichement inscrits ou des chômeurs de très longue durée qui n'ont plus espoir vu les réponses négatives accumulées.

> Répondre

mysting

14/10/2014

à 17:46

chômage il y des gens qui profitent trop du systême et qui Est-ce qui trinquent toujours les mêmes

> Répondre

concombre masqué

14/10/2014

à 15:58

Et qui expliquera que ces 4 milliards de déficits viennent , non pas de l'argent versé aux chômeurs (indemnités pour lesquelles ils ont cotisées, quand-même) mais des exonérations accordées aux entreprises?

si l'on supprimait ces exonérations ce sont plus de 20 milliards qui seraient versés aux organismes ! on pourrait augmenter la durée d'indemnisation et/ou les montants, agir directement sur la croissance en relançant la consommation sur le territoire.

mais non, ce serait trop contraire au dogme.

> Répondre

Pour un monde différent !

14/10/2014

à 14:14

Encore un formidable ballon d'essai... Nos hommes politiques n'ont rien à envier à la série House of cards ! C'est brillant et redoutable, réussir à faire croire que les personnes en recherche d'emploi sont pire que celles qui travaillent. Et bien non, elles sont mieux que celles qui travaillent : il s'agit de moins de 7% des personnes en recherche d'emploi qui sont elles-mêmes tributaires d'un marché sur lequel elles n'ont pas prise contre BEAUCOUP PLUS de personnes qui font du présentiel ou d'autres activités ou pire sont congés (je blague) sur le temps de travail ! Et là tout est normal...

> Répondre

ALR

14/10/2014

à 13:21

Merci de relever une énième mauvaise interprétation des chiffres. Le ministre avait déjà sévit en citant le nombre total d'annonces du site de Pole, quelle qu'elle soit, comme étant le nombre de postes "désespérément" vacant d'un gentil chômeur.
Mon bête désir de compréhension aimerait avoir plus de détails de cette petite étude locale. Quelle est la définition de "actes positifs et répétés de recherche d’emploi"? De plus quand je regarde le tableau de résultats, je ne comprend pas 2 points :
507 est le nombre de sanctionnés, dont 145 jugés comme ne faisant pas actes… et 321 n'ayant pas retourné le questionnaire d'enquête. C'est quoi les 41 restant? Pourquoi n'ont-ils pas renvoyé le questionnaire et quels moyens ont été utilisés?
Mais à quoi bon! tout cela ne sera lu que par les victimes de ces inepties. La France, malgré Pasteur, continuera toujours d'accuser son chien d'avoir la rage, afin de le faire disparaitre…..

> Répondre

Lisa Lisa

14/10/2014

à 12:23

Je suis scandalisée par la façon dont on montre une fois de plus les chômeurs du doigt. On parle de l'arbre qui cache le ridicule pourcentage de fraudeurs du système (qu'il faut bien évidemment contrôler), pour mieux éviter de parler de la forêt des entreprises qui n'embauchent pas, ou qui le font au plus bas coût possible. Si on se retrouve au chômage à plus de 50 ans, impossible de trouver un emploi salarié. Et comme on est censé prendre sa retraite de plus en plus tard, comment faire dans l'intervalle ? Créer son emploi ? Tout le monde ne le peut pas, et je ne parlerai même pas du fait que les banques ne remplissent pas non plus leur rôle dans ce domaine. Quant aux annonces exigeant des compétences longues comme le bras pour un salaire guère supérieur au SMIC, elles sont bien révélatrices de la façon dont on se moque du "capital humain" !! Si on veut combler les déficits, qu'on commence par le commencement : faire payer aux entreprises toutes les cotisations qu'elles ne versent pas pour cause d'emploi au noir, de salariés détachés ou d'optimisation fiscale ! Le plus gros manque à gagner vient de là, pas des chômeurs que l'on présente honteusement comme des parasites et des profiteurs !

> Répondre

concombre masqué

14/10/2014

à 11:54

Et qui expliquera que ces 4 milliards de déficits viennent , non pas de l'argent versé aux chômeurs (indemnités pour lesquelles ils ont cotisées, quand-même) mais des exonérations accordées aux entreprises?

si l'on supprimait ces exonérations ce sont plus de 20 milliards qui seraient versés aux organismes ! on pourrait augmenter la durée d'indemnisation et/ou les montants, agir directement sur la croissance en relançant la consommation sur le territoire.

mais non, ce serait trop contraire au dogme.

> Répondre

Laurence

14/10/2014

à 10:28

Dire que les chômeurs ne cherchent pas d'emploi est déplacer le sujet et culpabiliser un peu plus encore les personnes en recherche d'emploi. Je trouve honteux cette attitude pour les personnes qui en sont la cible mais aussi pour les personnes qui émettent ces informations et qui ainsi en sortent dévalorisés (eux aussi) et dont on peut douter ainsi de l'intelligence et de la capacité à aller vers les solutions.
Il me semble plus judicieux de réfléchir à comment faire en sorte qu'il y ait plus de personnes qui trouvent un nouvel emploi ou un premier emploi à la sortie de l'école.
Merci encore à Sylvia Di Pascale pour ses éditos toujours si pertinents

> Répondre

pbay

14/10/2014

à 08:57

Bonjour

Je suis au chômage depuis plus de 2 ans et mon conseiller n'a jamais vérifié si je cherchais activement un emploi ou non. Je lui ai même proposé de lui montrer l'état de mes recherches et il m'a répondu que ce n'était pas son rôle…..alors pourquoi cette polémique ?

> Répondre

citoyen francais

14/10/2014

à 07:47

Comment manipuler l opinion pour cacher l'incompétence de pôle emploi, et des politques, merci à celui qui a écris cet article en précisant le nombre d agence, sans parler de tous les autres points, les gens conscensieux n ont pas de soucis à ce faire, à quand une étude sur la qualité du travail sur les services de cet établissement par ceux qui l utilise, je serais curieux de connaitre le résultat, sans oublier que c est gens sont payer avec nos cotisations et les charges que payent les entreprises, cela pourait être un bo' sujet d article basé sur un sondage au niveau national, la confuance n excluant pas le contrôle, je suis pour qu,'il y en ai, cela donnerai une base de travail pour la refonte de cet organisme, après cette pensée matinale je vais continuer à rechercher (sans aucune aide de PAUL) un poste en cohérence avec mes expérience s et compétences, bonne continuation à tous

> Répondre

Boxoperator

14/10/2014

à 04:02

Je travaille 15 heures par jour pour trouver un jour 6 jour sur 7 et cela depuis 3 ans. Et sans aucun indemnité assedic. Soit je suis surqualifée, soit je suis trop vieux. J'ai été dirigeant d'entreprise !

Des milliers de seniors sortent des effectifs des entreprises, trop chers, trop peu productifs, etc.... Avec cette prime d'allongement du départ a la retraite. Comme ça la galère c'est pour qq année.

Vive le RSA et la réduction des indemnités retraites. De plus si vous n'avez pas vos nombre de trimestres (parce au chomage) vous êtes bon pour une décote de votre retraite de 25% .

Vaut mieux être fonctionnaire dans ce pays.

> Répondre

ereig

13/10/2014

à 22:32

si certains ne recherches pas et qu'ils ne sont pas radiés c'est que le gouvernent ne met pas en place des contrôles ou pas de moyen humain ou autres !!!!
Nous ne sommes pas responsables si le travail part à l'étranger !
Pourquoi laissez partir des activités de France sans les pénaliser surtout que beaucoup de sociétés ont eu des avantages financier et autres illogique !!!!
Je suis un travailleur licencié en maladie professionnelle dépression après harcèlement sans reconnaissance. Pendant mon arrêt maladie c'est la sécurité sociale qui a payé mes salaires anormal !!!!
Alors au chômage reconnu travailleur handicapé pratiquement impossible de retrouver un emploi et quand j'ai des propositions c'est au SMIC avec 30 d'ancienneté en encadrement ou qualité alors merde !!!!!!!!!

> Répondre

LALY95

13/10/2014

à 22:24

Personnellement je suis chômeuse. Je dépense de l'argent pour me déplacer sur PARIS. Je vais aux entretiens cela ne mene à rien car je suis trop junior dans ci ou cela alors que j'ai 6ans d'experiences dans la gestion. Quand ils arreteront de penser que c'est la faute des chômeurs qu'il y'a le déficit ils feraient mieux de se mettre sur le dos des patrons qui ne veulent plus former!

> Répondre

Andrea

13/10/2014

à 20:41

Eh oui ... De l'art et de la manière d'orchestrer une jolie campagne médiatique en préambule à des mesures d'austérité ! Tuons vite tous ces vilains profiteurs qui flemmardent toute la journée et abusent ignoblement de l'argent public, bref des impôts de ceux qui s'échinent à bosser, eux ...
Vous qui criez vengeance et qui avez la chance de ne pas connaître le chômage, ne soyez pas jaloux car vous retrouver sans job peut vous arriver demain. Et là il sera trop tard pour désapprouver ces charmantes mesures gouvernementales, si elles aboutissent.
Personnellement, j'échangerais volontiers mon statut de demandeur d'emploi longue durée qui n'a jamais été indemnisée (montant maximum du RSA : 763 € pour deux) et son cortège de super problèmes quotidiens, contre un boulot.
Mais je ne suis plus directement suivie par Pôle emploi ... ouf, c'est toujours çà de gagné, ils ne m'ont jamais servi à quoi de ce soit !

> Répondre

furchti

13/10/2014

à 19:35

J'ai pourtant réagi il y a deux heures environ....

> Répondre

Paul

13/10/2014

à 19:20

Lorsque de tels chiffres tombent, il m'est difficile de ne pas être pris par une certaine lassitude : balancer de telles inexactitudes, c'est en fait un matraquage vicieux, exaspérant, contraire à l'honnêteté, démoralisant. C'est à désespérer de la qualité de l'information, du débat citoyen, et donc de la démocratie tout entière qui est ainsi méprisée ! A chaque fois, il faut que ces chiffres, faux, soient rectifiés, sans délai, avec persistance, soit ici à Cadremploi, soit chez les Décodeurs du quotidien Le Monde, etc..., mais cela ne suffit pas à rétablir la vérité auprès de l'opinion, hélas ! Merci tout de même à Sylvia Di Pasquale

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte