1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Confinés ! Chronique de bureau par temps de virus

Confinés ! Chronique de bureau par temps de virus

confines--chronique-de-bureau-par-temps-de-virus

Sylvia Di Pasquale

09/03/2020

[Chronique SF] Même pas peur. En route vers son bureau ce lundi matin, Laurent est plutôt content. « Le Corona ne passera ni par moi, ni par le service achats », se répète-t-il. L'équipe qu’il manage va être en télétravail et il devrait pouvoir bosser tranquille. Mais une surprise l’attend.

Laurent a bien reçu le dernier mail de la DRH, lui indiquant que l’Hexagone passait en stade 3 de l’épidémie*, mais il s’était contenté de lire l’objet du message. Des mails ? Laurent en reçoit dix par semaine sur le sujet alors, à la troisième interdiction de se serrer la paluche et au cinquième conseil de lavage de main entre les phalanges à la solution hydroalcoolique, il ne les ouvre même plus.

Ce matin, il est en mode détendu. Son équipe de cinq acheteurs et deux assistants ? A la maison, ouste, en télétravail. OK, ils ne lui ont rien dit vendredi soir en partant, mais il s’attend à une pluie de messages en arrivant. Impossible de trouver une meilleure raison pour bosser à la maison que le Covid-19. C’est sûr, ils vont tous en profiter pour rester chez eux.

Sauf que la magnifique perspective d’une journée zen en solo au boulot tourne court dès qu’il ouvre la porte du service achats. Tout le monde est là. Pas un retardataire, pas un malade. Mais un manager ne peut pas jouer la surprise, surtout pour un tel motif. Alors il salue son petit monde, comme si de rien n’était, comme si tous les lundis matins du monde, l’équipe était au complet, ce qui, foi de Laurent, ne s’est pas produit depuis 10 ans.

 

« On s’embrasse ? Mais non, je déconne »

commence Nina, acheteuse et boute-en-train du service.

Laurent sourit en mode complice, fait comme si de rien n’était, mais va discrètement lire le mail de la RH. Et c’est bien indiqué : « pas de télétravail pour la semaine à venir, mais une limitation stricte des déplacements professionnels extérieurs, ainsi que des rendez-vous et réunions. »

OK, donc il va falloir gérer 5 garçons et filles généralement nomades devenus brusquement sédentaires, pendant une, voire plusieurs semaines, sans qu’ils bougent, sans qu’ils ne se réunissent et sans qu’ils ne s’entretuent.

Alors que cette perspective lui paraît aussi joyeuse que d’assister à la répétition d'une fanfare municipale, Géraldine entre en transe. « Taisez-vous. J’ai un skype avec PointMousse&Co. C’est la dernière réunion. On doit signer aujourd’hui pour 230 000 crochets n°10 ». Évidemment, Nina vient se placer juste devant la webcam pour faire des grimaces. Laurent intervient et les sépare avant le pugilat.

De l’autre côté de l’open space, Michel panique. Il doit composer un code pour participer à une conférence téléphonique. « J’ai jamais bossé comme ça. Moi, les fournisseurs, je discute avec eux en face à face, les yeux dans les yeux. A mon âge, je vais quand même pas utiliser vos bidules ». Laurent lui explique, le code, le dièse, les chiffres, la manière de parler, de se présenter, de ne pas interrompre les autres.

Et soudain, il pense à Madame Verneuil. Elle était son institutrice au CP. Il se souvient surtout qu’elle passait son temps à séparer les élèves qui se chamaillaient, les garçons qui se tiraient les cheveux, les filles qui s’envoyaient des volées.

Et Laurent se dit qu’aujourd’hui, après dix ans de boîte, précédés de trois ans d’école de commerce et un MBA, d’une ambition chevillée, d’une volonté de manager, il est devenu Madame Verneuil. Simplement à cause d’un virus.

 

* Ce récit est une fiction. Au 9/3/2020, la France reste officiellement au stade 2 (qui consiste à freiner la propagation du virus). Mais le gouvernement n’écarte pas la possibilité d’un passage au stade 3 (le virus circule et de nombreuses mesures restrictives seront imposées. Mais pas de confinement pour tous.)

 

Dessin original de Charles Monnier © Cadremploi

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+