1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Elise Lucet, la nouvelle héroïne des cadres ?

Elise Lucet, la nouvelle héroïne des cadres ?

elise-lucet-la-nouvelle-heroine-des-cadres-

Sylvia Di Pasquale

22/06/2015

Et si la présentatrice du 13h de Cash Investigation sur France 2 était en train de défendre tous les cols blancs de toutes les entreprises françaises ? On se calme. Elise Lucet ne s’est pas lancée dans le syndicalisme, et n’a pas pris la tête de la CGC. Mais sa pétition, destinée à lutter contre la pénalisation du secret des affaires, et prévoyant de sanctionner ceux qui divulguent des agissements peu ragoûtants dans leur entreprise,  ne concerne pas que sa corporation. Car le projet de directive européenne entend sanctionner les journalistes qui révèlent ces agissements, mais aussi leurs sources. Et qui sont ces informateurs, au parfum des secrets de leur boîte, si ce ne sont les cadres ? 

L’acharnement de la passionaria de la télé a certainement participé à la prudence du législateur (sa pétition a engrangé près de 350 000 signatures), même si elle n’est pas la seule à s’être offusquée du texte. Celui-ci a disparu de la loi Macron. Et à Bruxelles, où il doit prendre la forme d’une directive européenne sur " la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués contre l'obtention, l'utilisation et la divulgation illicites", on s’interroge toujours sur sa substance. Car ce que souhaite avant tout Bercy comme l’UE, c’est protéger les entreprises contre l’espionnage industriel et la divulgation de leurs secrets économiques. Sauf que la frontière entre la dénonciation d’affaires crapoteuses d’une part, et les secrets industriels ou "businesstiques" à protéger d’autre part, semble assez flou pour que nos députés européens s’arrachent les cheveux.

Mais au final, l’affaire devrait pouvoir se régler sans que les journalistes et les lanceurs d’alerte qui dénonceront le prochain scandale UBS, HSBC ou PwC n’aillent croupir au fond des geôles. Un juge à la tête bien faite (voire un élu européen) est tout à fait capable de comprendre la différence entre une défiscalisation de masse dans un joli paradis fiscal, et une invention volée dans un bureau d’étude et divulguée à un concurrent.

Il n’en reste pas moins que sans la mobilisation d’Elise Lucet, mais aussi d’autres personnalités, la directive de départ, archi simpliste, permettait à toute entreprise, d’attaquer en justice « toute personne qui ferait des révélations considérées comme préjudiciables pour son activité ». Ce qui laissait grande ouverte la porte à tous les abus, et fermait celle de toutes les légitimes révélations. En bâillonnant, du coup, tous les cadres attachés au respect de l’éthique des affaires qui n’acceptent pas le principe malsain d’une fin que justifieraient tous les moyens. Même les pires.

@Syl_DiPasquale

Dessin de Charles Monnier

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

cadre et syndiqué !

15/07/2015

à 21:55

Bien vu !
Vous pouvez toujours signer la pétition. Objectif 500 000 !

> Répondre

domtom

23/06/2015

à 13:46

En tant que présentatrice, Elise Lucet n'a jamais été ma tasse de thé : d'abord parce qu'elle arbore une cascade de tics immuables (du genre "je tiens tout le bureau pour ne pas qu'il tombe avec mes 2 petits bras tendus pendant le générique de début de journal", toujours la même position), ensuite parce qu'elle n'invite à la rubrique de fin QUE des gens déjà célèbres et riches qui n'ont absolument pas besoin de promo, et enfin parce qu'elle s'obstine à nous faire perdre notre temps en citant tous les noms et prénoms de tous ceux qui ont fait les reportages (he oui Elise, on sait lire, c'est marqué à la fin du reportage, et d'ailleurs on s'en moque...).
Ceci dit, je dois dire qu'elle a mis un sacré coup de pied dans la fourmilière avec ses mauvaises manières et sa ténacité en reportage dans "Cash Investigation", et elle a stupéfié tout le monde : nous étions habitués à la componction servile de nos "journalistes de télé-fonctionnaires-de-luxe" envers les puissants de ce monde, à part quelques électrons libres impertinents sur Canal...
Si j'étais journaliste télé, j'aurais honte de ne pas ressembler à Elise Lucet, et de mettre toute mon énergie à gérer ma carrière et assurer ma retraite au lieu d'aller déranger les puissants.

> Répondre

domtom

23/06/2015

à 11:22

En tant que présentatrice, Elise Lucet n'a jamais été ma tasse de thé : d'abord parce qu'elle arbore une cascade de tics immuables (du genre "je tiens tout le bureau pour ne pas qu'il tombe avec mes 2 petits bras tendus pendant le générique de début de journal", toujours la même position), ensuite parce qu'elle n'invite à la rubrique de fin QUE des gens déjà célèbres et riches qui n'ont absolument pas besoin de promo, et enfin parce qu'elle s'obstine à nous faire perdre notre temps en citant tous les noms et prénoms de tous ceux qui ont fait les reportages (he oui Elise, on sait lire, c'est marqué à la fin du reportage, et d'ailleurs on s'en moque...).
Ceci dit, je dois dire qu'elle a mis un sacré coup de pied dans la fourmilière avec ses mauvaises manières et sa ténacité en reportage dans "Cash Investigation", et elle a stupéfié tout le monde : nous étions habitués à la componction servile de nos "journalistes de télé-fonctionnaires-de-luxe" envers les puissants de ce monde, à part quelques électrons libres impertinents sur Canal...
Si j'étais journaliste télé, j'aurais honte de ne pas ressembler à Elise Lucet, et de mettre toute mon énergie à gérer ma carrière et assurer ma retraite au lieu d'aller déranger les puissants.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte